Affichage de 533 résultats

Description archivistique
Commission de Topographie des Gaules
Aperçu avant impression Affichage :

514 résultats avec objets numériques Afficher les résultats avec des objets numériques

Carte de la Gaule

Carte de la Gaule sous le proconsulat de César dressée à l'aide des documents géographiques et topographiques du Dépôt de la Guerre par la Commission spéciale instituée au ministère de l'Instruction publique et des Cultes d'après les ordres de S. M. L'Empereur. 1861.
Carte dessinée par Guillet et Chabaud du Dépôt de la Guerre ; lithographie sur papier réalisée par Erhard Schieble, imprimée par l'Imprimerie impériale.
La carte est reliée dans le registre Carte de la Gaule avec les différents états des cartes préparatoires à la lithographie.
Carte : H. 78 x l. 84 cm ; Registre : H. 80 x l. 47 cm
Lors de sa création en 1858, la Commission de Topographie des Gaules a tout d'abord pour mission de réaliser une carte et un dictionnaire associé éclairant les sites mentionnés. Ce travail doit être mené à partir des documents envoyés par les sociétés savantes, mobilisées à la suite de l'instruction de novembre 1857 adressée aux recteurs par le ministre de l'Instruction publique. Le thème retenu de la carte répond aux besoins de Napoléon III pour le tome II de l'Histoire de Jules César : un état du territoire de la Gaule lors de la conquête du général romain. Alfred Jacobs, secrétaire de la CTG, en explique l'élaboration en janvier 1862 : "Sur cette première feuille ont pris place les anciennes peuplades, les lieux mentionnés dans les Commentaires de la guerre des Gaules et dans quelques ouvrages contemporains. On y a suivi les marches du conquérant et de ses légats, et on y a marqué les débris qui datent de l’époque celtique". La carte, remise à l'empereur en décembre 1861, n'aurait pas rencontré le succès attendu : Napoléon III l'aurait écartée, car en désaccord sur le tracé des campagnes de César, la CTG ayant refusé de placer Genabum à Gien et Uxellodunum au Puy d'Issolud. Elle n'est imprimée qu'en une centaine d'exemplaires et n'illustre pas l'Histoire de Jules César.
Pour autant, cette carte de géographie historique a bénéficié de la grande qualité des travaux des militaires du Dépôt de la Guerre, dont plusieurs de ces cadres, comme Antoine-Lucien Blondel et Charles-Raymond de Coynart, sont membres de la CTG. Le Dépôt, depuis la réforme de la cartographie militaire du Premier Empire, travaille à la production de la Carte d'État-major au 80000e, ce qui a amplement profité à l'élaboration des cartes de la Commission.

Saint-Germain-en-Laye, MAN, centre des archives, fonds de la CTG

Commission de Topographie des Gaules

Album des fouilles d'Alise

Fouilles d'Alise S.te Reine. Commission de la Topographie des Gaules
12 mai 1861 – 7 septembre 1862
Volume à l'italienne réunissant près de 100 plans, cartes et coupes ; dos en cuir orné de nerfs, plats cartonnés et entoilés.
H. 88 x l. 30 cm
Sur le premier feuillet, dédicace de Félicien de Saulcy, président de la Commission de Topographie des Gaules, précisant qu'il est fait don de l'album au Musée de Saint-Germain.
L'album des fouilles d'Alise-Sainte-Reine est conçu probablement en 1866 pour réunir près de 100 pièces d'archives produites lors de la première phase des fouilles impériales menées par la Commission de Topographie des Gaules. Entre avril 1861 et septembre 1862, Félicien de Saulcy, Alexandre Bertrand et Casimir Creuly assurent une conduite des fouilles sur le terrain en quasi permanence, accompagnés par le sous-préfet de Semur Bouillé. Les sommes dépensées s'élèvent à 11 254,09 f sur lesquelles l'empereur a donné 3000 f ; le reste est financé par la CTG.
L'album nous éclaire avec précision et détails sur l'objet des fouilles -retrouver les traces des lignes de siège d'Alésia élaborées par Jules César-, sur leur chronologie, sur les espaces prospectés, et surtout sur le mode opératoire, grâce aux cartes, relevés, plans et coupes réalisés pour la plupart par l'agent-voyer de Flavigny, Paul Millot, et largement annotés.
La méthode de fouille par tranchées, une fois validée par la découverte des fossés de César en mai 1861, est systématiquement mise en œuvre. Les fossés de contrevallation et de circonvallation sont ainsi progressivement révélés.
Malgré le sérieux des résultats obtenus par la CTG, Napoléon III ne publie, dans le tome II de l'Histoire de Jules César, qu'un plan général simplifié, sans utiliser le dossier des fouilles de la Commission. Pourtant, en dépit des limites techniques du XIXe siècle, ce dossier montre des méthodes innovantes pour l'époque, précises et bien documentées, et dont les conclusions ont rarement été prises en défaut par les fouilles récentes.
Saint-Germain-en-Laye, MAN, centre des archives, inv. BIB 24

Commission de Topographie des Gaules

Dessin aquarellé de bagues et d'objets d'ornements conservés au musée de Dornach

Dessin aquarellé de bagues dont l'une trouvée à Brumath en 1858 et d'objets d'ornement, tous conservés au musée de Dornach. Le document fait partie d'un ensemble de 24 aquarelles dessinées par Dumontet achetées par M. Guégan pour 120 Frs en mai 1878. Dans l'album noir 20A, il reste 21 dessins.

Commission de Topographie des Gaules

Oppidum de l'étang de Saint-Just (vue)

Vue de l'oppidum de l'étang de Saint-Just. Lande de Coujou VIII (sic). Le document porte un numéro d'inventaire coupé et la signature d'Alfred Ramé ou d'Alexandre Bertrand (?).
Cf.Alfred Ramé, Le Champ funéraire de Cojou, Revue archéologique, 1864, vol. 9, p 81.

Commission de Topographie des Gaules

Dessins d'objets découverts dans la baie de Penhouët

Dessins d'objets divers (poinçon, poignard, douille de framée, pierres de mouillage et poteries) trouvés dans la baie de Penhouët, commune de Saint-Nazaire. Ils ont été réalisés par René Kerviler, président de la société de géographie de Saint Nazaire, correspondant du CTHS et de la CTG.

Commission de Topographie des Gaules

Dessin aquarellé d'épingles et d'un bracelet conservés au musée de Dornach

Dessin aquarellé d'épingles dont une trouvée à Igerwiller et d'un bracelet, l'ensemble est conservé au musée de Dornach? Le document fait partie d'un ensemble de 24 aquarelles dessinées par Dumontet achetées par M. Guégan pour 120 Frs en mai 1878. Dans l'album noir 20A, il reste 21 dessins.

Commission de Topographie des Gaules

Dessin d'un vase en terre grise

Dessin aquarellé, réalisé d'après nature par Louis Revon, d'un vase en terre grise "grossière et fendillée", pêché par M. Fréd. Troyon dans une station de Thonon (lac Léman), peut-être celle de l'âge de la pierre. L'objet est conservé au musée de Lausanne.

Commission de Topographie des Gaules

Exposer les travaux : le Musée gallo-romain

Né par décret impérial du 8 mars 1862 et abrité dans un palais à la haute valeur symbolique, le Musée gallo-romain, aujourd’hui musée d’Archéologie nationale, revêt d’emblée des singularités bien en marge des musées des beaux-arts contemporains. L’investissement de la Commission de topographie des Gaules dans la création de cette institution novatrice et dont plusieurs membres participent à la commission d’organisation, marque vivement la muséographie, ainsi que l’accueil des chercheurs et grand public. Conçu comme un centre de recherche qui vise à rendre accessibles « les archives archéologiques » de la France, ce musée s’impose comme un « musée documentaire » dans lequel photographies, rapports, moulages, estampages, maquettes, relevés archéologiques, dessins, cartes et bibliothèque, rassemblés sur les directives de la CTG, se voient accordés une place de même importance que celle des objets originaux.
Ni les sources sur la Commission de Topographie des Gaules (CTG), ni celles relatives au musée d’Archéologie nationale n’exposent explicitement les liens entre la CTG et le musée gallo-romain, aujourd’hui musée d’Archéologie nationale. Pourtant l’étude attentive de la conception du musée et de son élaboration montre l’empreinte forte et omniprésente de la commission fondée par Napoléon III. Nous retrouvons la CTG parmi les personnalités qui gravitent autour de la toute jeune institution muséale, mais aussi dans la formation des collections et jusqu’aux choix muséographiques.

Commission de Topographie des Gaules

Carte des environs de Wissant marquant l'emplacement des fouilles

Carte des environs de Wissant présentant l'emplacement des fouilles menées sur le territoire des communes de Wissant, Andinghen, Onglevert, Tardinghen, Ausques, Herlan, Hervelinghen, Audembert, Saint Inglevert, Marquise et Landrethun le Nord. La carte a été dressée en 1862 par Louis Cousin, archéologue et historien local, avocat, membre fondateur et président de la "Société dunkerquoise pour l'encouragement des sciences, des lettres et des arts, correspondant de la CTG.

Commission de Topographie des Gaules

Plan des deux chambres et galeries et plan du tumulus de Dissignac avant les fouilles

Plan détaillé des deux chambres et galeries du tumulus de Dissignac après les fouilles.
Plan du tumulus de Dissignac avant les fouilles. Ce plan porte des annotations de la main de René Kerviler, président de la société de géographie de Saint Nazaire, correspondant du CTHS et de la CTG..
Le document d'une autre main porte la mention "Tumulus de Dissignac avec dolmens, 27 mars 1877"

Commission de Topographie des Gaules

Pièces isolées

Il s'agit de pièces éparses s'ajoutant au fonds épigraphique : quelques lettres signalant des envois (d'estampages très probablement), des mémoires, des notes. Les documents sont signés par le général Creuly, Léon Rénier ou des correspondants.

Commission de Topographie des Gaules

Collecte des données épigraphiques

Cette sous-série rassemble, pour l'essentiel, des documents de travail ( les carnets et les estampages) composant une partie des archives épigraphiques. On y retrouve les carnets qui recensent les observations effectuées par Creuly et Robert au cours des enquêtes épigraphiques qu'ils ont menées ainsi que les estampages d'inscriptions latines probablement effectués par des correspondants de la CTG. Ainsi que des documents administratifs organisant la collecte des documents et l'envoi par les correspondants.

Creuly, Casimir

Fouilles du tumulus de Dissignac

Vues en coupe par le milieu des galeries menant à la grande et à la petite chambre du tumulus de Dissignac. Le document a été annoté par le fouilleur.
Il porte la mention d'une autre main "Tumulus avec dolmens de Dissignac, 27 mars 1877"

Commission de Topographie des Gaules

Tertre et enceinte de La Croix Saint-Pierre (plan)

Plan à l'échelle du tertre et de l'enceinte de la Croix Saint-Pierre (sur la commune de Saint-Just). Lande de Coujou V (sic). Le document porte un numéro d'inventaire coupé et la signature d'Alfred Ramé ou d'Alexandre Bertrand (?).
Cf.Alfred Ramé, Le Champ funéraire de Cojou, Revue archéologique, 1864, vol. 9, p 81.

Commission de Topographie des Gaules

Champs d'études

Il s'agit ici des archives relatives à l'épigraphie et à la numismatique, deux champs d'études n'étant pas inscrits dans les objectifs initiaux de la Commission de Topographie des Gaules. Ces études ont très vite mobilisé les correspondants de la CTG grâce à l'expertise d'épigraphistes (Casimir Creuly, Pierre-Charles Robert et Léon Renier) et de numismates (Anatole de Barthélemy, Félicien de Saulcy) qui se trouvaient être des membres ou des correspondants de la Commission.

Commission de Topographie des Gaules

Carte des bornes milliaires

Carte des bornes milliaires réalisée en 1878 par Héron de Villefosse, elle semble être le point d'aboutissement de l'axe épigraphique dans les recherches de topographie et de géographie historique prévues initialement par la Commission.

Commission de Topographie des Gaules

Dessin d'une petite assiette en terre grise

Dessin aquarellé, réalisé d'après nature par Louis Revon, d'une petite assiette en terre grise, "d'un travail grossier", pêchée par M. Carrard, dans une station de Thonon (lac Léman), peut-être celle de l'âge de la pierre. L'objet est conservé au musée de Lausanne.

Commission de Topographie des Gaules

Résultats 1 à 50 sur 533