Affichage de 140 résultats

Description archivistique
Alésia Français
Aperçu avant impression Affichage :

138 résultats avec objets numériques Afficher les résultats avec des objets numériques

Album "Fouilles d'Alise-Sainte-Reine"

Cet album réunit plus de 100 pièces d'archives de fouilles exécutées autour du Mont-Auxois, à la demande de Napoléon III. Ces travaux, dirigés par la Commission de Topographie des Gaules, étaient destinés à retrouver les traces archéologiques des lignes du siège d'Alésia édifiées par Jules César.
L'ouvrage rassemble des cartes, des relevés, des plans et coupes réalisés pour la plupart par l'ingénieur topographe Paul Millot entre mai 1861 et septembre 1862.
Une dédicace de Félicien de Saulcy, président de la CTG, atteste du don de ce volume au Musée de Saint-Germain.

Carte des fouilles d'Alise-Sainte-Reine (SN)

"Fouilles d’Alise Ste Reine".
Dessinée par Chartier, du Dépôt de la Guerre.
Carte au 10 000e indiquant les fossés fouillés en 1861-1862 par les membres de la Commission de Topographie des Gaules (Félicien de Saulcy, Alexandre Bertrand, Casimir Creuly) sur ordre de Napoléon III et sous la direction de l'agent-voyer Paul Millot.
Centre des archives, Fonds topographique, Côte-d’Or, Alise-Sainte-Reine.

L’emplacement d’Alésia a requis toute l’attention de Napoléon III et a mobilisé de très nombreux savants. L’empereur souhaitait apporter les preuves scientifiques décisives sur le lieu emblématique de la grandeur de César qu’il situait à Alise-Sainte-Reine, et voulait clore la querelle qui opposait les partisans d’Alise (Côte-d’Or) à ceux d’Alaise (Jura).
Les membres les plus actifs de la Commission de Topographie des Gaules (CTG) -Félicien de Saulcy, Casimir Creuly et Alexandre Bertrand-, attachés dès la création de celle-ci en 1858 à localiser les sites des huit campagnes de César dans les Gaules, effectuèrent des repérages sur le site bourguignon en 1859 à partir des Commentaires. Ils engagent des fouilles en avril 1861, en confiant la direction des équipes à l’agent-voyer Paul Millot et au chef de chantier Victor Pernet, cultivateur à Alise. Il s’agissait de retrouver avant tout les ouvrages du siège de César. Durant onze mois, la CTG, est parvenue à situer une partie des fossés de contrevallation et de circonvallation. En septembre 1862, Napoléon III, désireux d’accélérer les fouilles, chargea Eugène Stoffel de reprendre le chantier.
Les fouilles d'Alise-Sainte-Reine occupent une place privilégiée dans le tome 2 de l'Histoire de Jules César, rédigé par Napoléon III, et publié en 1866.
Cette carte, emblématique des premières fouilles impériales, a longtemps été exposée dans la salle XIII, appelée Salle d'Alésia ou salle de la Conquête.

Publication Les armes d'Alise (BIB 46489)

Verchère de Reffye, Auguste. "Les armes d'Alise. Notice avec photographies et gravures sur bois", Revue archéologique, 1864.
In-quarto. Tiré-à-part de l'article publié dans la Revue archéologique (p. 337-349). Illustrations : 3 épreuves photographiques sur papier albuminé collées, de A. Villeneuve photographe. Les mêmes photographies, non reliées, tirées sur papier albuminé en plus grand format portent la signature du photographe Augustin Paul Gueuvin.
Saint-Germain-en-Laye, MAN, centre des archives, BIB 46489

La diffusion des armes trouvées à Alise-Sainte-Reine entre 1861 et 1865 est un véritable enjeu : leur nombre et leurs typologies apportent la preuve de la localisation d'Alésia à Alise ce que Napoléon III souhaite faire connaître avant même que le tome 2 de la l'Histoire de Jules César ne soit publié. Auguste Verchère de Reffye est chargé par l'empereur d'en faire l'étude et d'être son porte-parole auprès des savants étrangers, comme ici le docteur Keller de Zurich. L'officier d'ordonnance est passionné d'armement antique auquel il consacre des recherches basées sur l'analyse des textes anciens et sur l'iconographie de la colonne Trajane ; il a suivi de près les fouilles menées à Alise, et il dirige les "ateliers de Meudon" dans lesquels il restitue des armes de jet et suit la restauration des objets venus d'Alise.
L'intérêt de cet article publié dans la Revue archéologique, devenue la tribune des grands chantiers impériaux, est triple : Verchère de Reffye propose une étude scientifique des pointes de pilum qu'il juge emblématiques de la guerre des Gaules, il aborde la question de la diffusion par les moulages et la nécessité pour le Musée gallo-romain d'ouvrir un atelier à cet effet, et enfin, il utilise la photographie, qui double les dessins, pour apporter la preuve tangible de la matérialité des armes trouvées à Alise. Ces images sont collées, faute de maîtriser encore les procédés photomécaniques de l'édition, ce qui ajoute au caractère exceptionnel de l'article et à sa renommée.

Histoire de Jules César - Tome 2 (BIB 59)

[Napoléon III], Histoire de Jules César. Tome deuxième, Guerre des Gaules. Paris, Imprimerie impériale, 1866.

Édition originale, de prestige, comprenant 30 cartes, vues et plans gravés en couleur, offerte par l’empereur à la bibliothèque du Musée gallo-romain à l’occasion de l’inauguration de ce dernier le 12 mai 1867.

Napoléon III envisage, probablement dès les années 1830, de rédiger une biographie de Jules César. Le général romain, qu'il perçoit comme un homme providentiel, pacificateur de la Gaule, tacticien habile et réformateur des institutions, a déjà inspiré son oncle Napoléon Ier. Ce projet prend corps une fois le Second Empire installé, à la suite de la guerre d'Italie. Il s'agit pour Napoléon III de justifier son coup d'État qui, par analogie avec Jules César, suit une arrivée au pouvoir par voie régulière, et de démontrer la grandeur du dictateur romain en vérifiant, preuves archéologiques à l'appui, les épisodes de son ascension rapide et glorieuse. Dans ce but, l'empereur ne se contente pas d'une étude des textes antiques ; il lance un nombre impressionnant de travaux scientifiques, d'expérimentations et de missions à l'étranger.
Prosper Mérimée, Victor Duruy, Alfred Maury, Félicien de Saulcy, Wilhem Froehner sont associés étroitement aux travaux de l'empereur pour leur connaissance de la Rome antique. Napoléon III collecte les informations auprès des érudits les plus divers, rédige et soumet ses écrits, comme l'attestent les archives d'Alfred Maury conservées à l'Institut de France.

Il est prévu une publication en trois tomes. Le tome 1 est consacré à l'histoire de Rome depuis sa fondation jusqu'au consulat de César et Bibulus en 59 av. J.-C. Il paraît en février 1865, publié par l'Imprimerie impériale en in-folio, sans nom d'auteur. Puis le texte est publié en mars 1865 par les éditions Plon, en in-quarto avec un atlas des planches indépendant, et traduit en neuf langues. Le tome 2 reprend la guerre des Gaules ; le tome 3, consacré à la guerre civile qui oppose Jules César à Pompée, ne paraît qu'en 1887, sous la plume d'Eugène Stoffel.

Le tome 2 de l'Histoire de Jules César paraît en mars 1866, dans un climat politique tendu et sans la publicité du premier volume. Le procédé éditorial suit celui du tome 1 : une première parution par l'Imprimerie impériale, luxueuse, en in-folio avec les planches en couleur intégrées ; une seconde publication aux éditions Plon avec son atlas indépendant.
L’œuvre s'attache à analyser la conquête des Gaules par le proconsul Jules César entre 58 et 51/50 av. J.-C.. Napoléon III confronte le texte de César, complété par Aulus Hirtius et intitulé communément Commentaires sur la guerre des Gaules -ou Comentarii de Bello Gallico-, avec le terrain. En se basant sur une traduction du texte d'Alexandre Bertrand et de Casimir Creuly, et grâce aux multiples travaux des érudits et aux fouilles impériales, l'empereur veut restituer les itinéraires empruntés par les troupes romaines et localiser les sites majeurs des batailles et sièges, comme Bibracte, Avaricum, Gergovia, Alesia ou Uxellodunum. L'accent est porté avant tout sur le génie militaire du général romain, qui en homme providentiel, parvient à discipliner ces peuples gaulois divisés, instables, mais courageux. Le tome II, composé en deux livres, est complété par quatre appendices présentant le calendrier romain, la concordance des heures romaines, une liste des lieutenants de César et une analyse des monnaies antiques trouvées dans les fouilles d'Alise-Sainte-Reine afin de justifier la localisation d'Alésia à Alise.
Enfin, les illustrations sont bien plus nombreuses que dans le tome I, mais frappent par leur rigueur. Des portraits de César et des scènes de bataille, initialement commandées auprès des peintres Gérôme et Brion pour enrichir l'Histoire de Jules César de détails pittoresques, ont été écartés au profit de cartes, plans, paysages et restitutions sobres, vraisemblablement pour conforter le caractère scientifique de l'ouvrage.
Sain-Germain-en-Laye, MAN, bibliothèque, inv. BIB 59.

Photographie de la Salle d'Alésia (SN)

Photographie montrant la salle de la Conquête, ou Salle d’Alésia, vers 1890
Auteur inconnu

La salle D'Alésia, appelée également salle de la Conquête, ou salle de César, est la salle XIII, située au premier étage du musée des Antiquités nationale, aujourd'hui musée d'Archéologie nationale. Elle est conçue comme une véritable illustration du tome 2 de l'Histoire de Jules César par Napoléon III et un hymne au génie militaire de César. Pourtant, l'empereur des Français qui a beaucoup contribué sur sa cassette personnelle à son élaboration, ne l'aura jamais vu dans son état définitif puisqu'elle n'est achevée qu'en 1879.
La muséographie de la Salle d’Alésia est démonstrative et didactique. L’art militaire romain en est le cœur. Les maquettes en plâtre peint des appareils de siège d’Avaricum, Alésia, Uxellodunum et du pont sur le Rhin côtoient les modèles réduits des catapultes et les reconstitutions de pilums. Au centre, l’immense plan d’Alise-Sainte-Reine restitue la topographie des lieux à partir des relevés de l’État-major et des vues photographiques. Le matériel archéologique découvert lors des fouilles impériales, Alise-Sainte-Reine, Gergovie, Puy d'Issolud, Bibracte, et de nombreux moulages sont présentés autour de la salle.

Musée d'Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

BIB 46489

Auguste Verchère de Reffye, "Les armes d’Alise", Revue archéologique, 1864. Page de couverture. Ouvrage fermé : H. 0,28 m l. 0,185 m.

BIB 46489

Auguste Verchère de Reffye, "Les armes d’Alise", Revue archéologique, 1864. Première page de l’article. Ouvrage ouvert :H. 0,28 m l. 0,365.

SN

Plan d’Alésia. Carte de travail pour les fouilles menées à Alise-Sainte-Reine, sans date [1861-1865]. Papier collé sur toile. H. 0,36 m ; l. 0,505 m.
Centre des archives, fonds topographique, Côte-d’Or, Alise-Sainte-Reine.
Prise de vue après restauration.

inv. BIB 59

Napoléon III Histoire de Jules César, tome 2, 1866, planche 24 « Vues du Mont Auxois ». In-folio.

Musée d'Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

PV_06570 (boîte 229)

Positif de la plaque de verre 27x33, ensemble d'armes d'Alise-sainte-Reine, pointes de lances, à leur arrivée au Musée gallo-romain, avec 2 hommes de part et d'autre du matériel

Musée d'Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

PV_06554 (boîte 226)

Positif de la plaque de verre 27x33, restitution des défenses romaines à Alésia dans les ateliers de Meudon par Auguste Verchère de Reffye

Musée d'Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

PV_01931 (boîte 81)

Plaque de verre 18x24, Environs d’Alise Ste Reine, carte encadrée qui était présentée en salle XIII du musée pour illustrer les fouilles d'Alise-Sainte-Reine, signée par les membres de la Commission de Topographie des Gaules (F. de Saulcy, A. Bertrand et C. Creuly)

Musée d'Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

PV_01931 (boîte 81)

Positif de la plaque de verre 18x24, Environs d’Alise Ste Reine, carte encadrée qui était présentée en salle XIII du musée pour illustrer les fouilles d'Alise-Sainte-Reine, signée par les membres de la Commission de Topographie des Gaules (F. de Saulcy, A. Bertrand et C. Creuly)

Musée d'Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

PV_07462 (boîte 246)

Positif de la plaque de verre 13x18, salle XIII du musée, dite "salle de Jules César" ou "salle d'Alésia", fin du XIXe siècle. Vitrine d'armes en fer retrouvées lors des fouilles d'Alise-sainte-Reine.

Musée d'Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

PV_07463 (boîte 246)

Plaque de verre 13x18, 4 stimuli en fer retrouvées lors des fouilles d'Alise-sainte-Reine, et présentés dans le salle XIII du musée, dite "salle de Jules César" ou "salle d'Alésia", fin du XIXe siècle.

Musée d'Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

PV_4902 (boîte 155)

Plaque de verre 13x18, photographie d'une épreuve d'après la plaque de verre " Soldats romains combattants ", de Gustave Auguste Brion, initialement peint pour le tome 2 de l'Histoire de Jules César, puis présenté dans la salle XIII du musée des Antiquités nationales.

Musée d'Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

Num 286

Drachme d'argent, Arvernes. Cavalier au galop à droite ; à l'exergue légende EPAD. Ier siècle av. J.-C. Prov. fouilles d’Alésia, Num 286
Revers

Num 357

Drachme d'argent, Arvernes. Cheval à gauche; au -dessus volute , au -dessous , anneau perlé, centré d'un point. Ier siècle av. J.-C. Prov. fouilles d’Alésia, Num 357
Revers

Num 487

Quinaire, argent, Eduens. Buste de diane , diadémé à droite. Ier siècle av. J.-C. Prov. fouilles d’Alésia, Num 487
Revers

Moule 10112*

Moule à pièces d’une arme découverte à Alise-Sainte-Reine (Côte-d'Or) avec un tirage moderne réalisé par Philippe Catro en 2019, plâtre. L. 0,32 m ; l. 0,115 m ; Ep. 0,07 m. Production de l’atelier de moulages du musée de Saint-Germain-en-Laye. 1869.

Musée d'Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

Moule 10112*

Moule à pièces d’une arme découverte à Alise-Sainte-Reine (Côte d'Or), plâtre. L. 0,32 m ; l. 0,115 m ; Ep. 0,07 m. Production de l’atelier de moulages du musée de Saint-Germain-en-Laye. 1869.

Musée d'Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

Moule 10112*

Moule à pièces d’une arme découverte à Alise-Sainte-Reine (Côte-d'Or) avec un tirage moderne réalisé par Philippe Catro en 2019, plâtre. L. 0,32 m ; l. 0,115 m ; Ep. 0,07 m. Production de l’atelier de moulages du musée de Saint-Germain-en-Laye. 1869.

Musée d'Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

Album blanc 5

Album blanc n°5, planche 259, cliché 863, boîte 77. Armes. Mention au crayon « Feuille d’Alise Ste Reine » ; vers 1860 (1864 ?). SRD Tirage photographique réalisé à partir d'un négatif sur plaque de verre au collodion humide : cliché 863, boîte 77

Album blanc 5

Album blanc n°5, planche 264, cliché 876, boîte 77. Armes (Alésia). Mention au crayon « Alise », vers 1860. SRD
Tirage photographique réalisé à partir d'un négatif sur plaque de verre au collodion humide : cliché 876, boîte 77

Album blanc 5

Album blanc n°5, planche 277, cliché 885, boîte 78. Vue d'Alise-Sainte-Reine. Mention au crayon « Alise », 1859-1861 ? SRD
Tirage photographique réalisé à partir d'un négatif sur plaque de verre au collodion humide : cliché

Album blanc 5

Album blanc n°5, planche 278, cliché 887, boîte 78. Vue d'Alise-Sainte-Reine. Mention au crayon « Alise », 1859-1861 ? SRD
Tirage photographique réalisé à partir d'un négatif sur plaque de verre au collodion humide : cliché cliché 887, boîte 78

Album blanc 5

Album blanc n°5, planche 279, cliché 886, boîte 78. Vue d'Alise-Sainte-Reine. Mention au crayon « Alise », 1859-1861 ?. Mention au crayon « Alise ». SRD
Tirage photographique réalisé à partir d'un négatif sur plaque de verre au collodion humide : cliché 886, boîte 78

Album blanc 5

Album blanc n°5, planche 280, cliché 879, boîte 78. Vue d'Alise-Sainte-Reine. Mention au crayon « Alise », 1859-1861 ? Mention au crayon « Alise ». SRD
Tirage photographique réalisé à partir d'un négatif sur plaque de verre au collodion humide : cliché 879, boîte 78

Album blanc 5

Album blanc n°5, planche 282, cliché 889, boîte 78. Vue d'Alise-Sainte-Reine. Mention au crayon « Alise », 1859-1861 ? SRD
Tirage photographique réalisé à partir d'un négatif sur plaque de verre au collodion humide : cliché 889, boîte 78.

Album blanc 5

Album blanc n°5, planche 291, cliché 896, boîte 79.Reconstitution du siège de César à Alésia, par Verchère de Reffye, dans les ateliers de Meudon. Mention au crayon « Alésia maquette Reffye 11892 » , vers 1860.
A mettre en relation avec la maquette du Camp de César (MAN 11892), réalisée par Abel Maître et offerte par Napoléon III au musée gallo-romain
Tirage photographique réalisé à partir d'un négatif sur plaque de verre au collodion humide : cliché 896, boîte 79

Photographie de la grande baliste - vue de face (PV_01694)

Photographie représentant la reconstitution grandeur nature d'une grande baliste romaine réalisée par Auguste Verchère de Reffye. L'arme de jet est installée dans la cour du château de Saint-Germain-en-Laye vers 1870.
Musée d'Archéologie nationale, centre des archives, fonds photographique

Mis au point dans le monde grec au IVe s. av. J.-C., les engins balistiques connaissent d’importants développements techniques à l’époque impériale romaine. La propulsion de flèches et de traits, se fait grâce à l’énergie dégagée par le relâchement de faisceaux de cordages souples et résistants torsadés, installés dans un cadre mis sous tension par un treuil. Les machines, utilisées sur mer et sur terre, sont des armes offensives et défensives, plus légères à partir du IIe siècle, et facilement transportées et démontées. Vers 1860, à l’époque où Auguste de Reffye (1821-1880) réalise ces modèles de machines de guerre romaines, on ne connaît pas de vestiges de ces engins, et le polytechnicien, artilleur, excellent mécanicien, comme ses prédécesseurs, étudie les traités techniques grecs et latins. Il reçoit pour cela l’aide de philologues français qui, souvent sur commande de Napoléon III, œuvrent à la traduction de traités techniques grecs, comme le mathématicien Alexandre Vincent (1797-1868) ou l'helléniste Emmanuel Miller (1810-1886). Il exploite également des ressources iconographiques jusqu'alors négligées : les représentations de machines de guerre figurant sur la colonne Trajane, érigée à Rome en 113 après J.-C., et la stèle funéraire ornée d'une catapulte de Caius Vedennius Moderatus, ingénieur à l'arsenal de Rome à la fin du Ier siècle.

Musée d'Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

Num 388

Quinaire, argent, Eduens. Buste féminin à gauche, imité des deniers romains. Ier siècle av. J.-C. Prov. fouilles d’Alésia, Num 388
Avers

Num 388

Quinaire, argent, Eduens. Guerrier de face , tenant dans la main droite un sanglier enseigne ; légende VIIPOTAL. Ier siècle av. J.-C. Prov. fouilles d’Alésia, Num 388
Revers

Num 281 ; Num 357 ; Num 286 ; Num 388 ; Num 487 ; Num 618 ; Num 655 ; Num 2726 ; Num 2736

Vue d’ensemble de 7 monnaies provenant des fouilles d’Alésia et de 2 monnaies provenant des fouilles de Gergovie. De gauche à droite et de haut en bas : Num 281 ; Num 357 ; Num 286 ; Num 388 ; Num 487 ; Num 618 ; Num 655 ; Num 2726 ; Num 2736
Vue d'ensemble avec mire

Musée d'Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

Moule 10098 ; Moule 10114 ; Moule 10092 ; Moule 10112 ; Moule 10165 ; Moule 10084

Six moules à pièces d’objets métalliques découverts à Alise-Sainte-Reine (Côte-d'Or). Plâtre. L. 0,195 m ; l. 0,115 m ; Ep. 0,085 m (MAN 10084) ; L. 0,5 m ; l. 0,12 m ; Ep. 0,09 m (MAN 10092) ; L. 0,355 m ; l. 0,105 m ; Ep. 0,08 m (MAN 10098) ; L. 0,32 m ; l. 0,115 m ; Ep. 0,07 m (MAN 10112) ; L. 0,3 m ; l. 0,115 m ; Ep. 0,085 m (MAN 10114) ; L. 0,26 m ; l. 0,26 m ; Ep. 0,125 m (MAN 10165). Production de l’atelier de moulages du musée de Saint-Germain-en-Laye. 1869.

Musée d'Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

Moule 10098 ; Moule 10114 ; Moule 10092 ; Moule 10112 ; Moule 10165 ; Moule 10084

Six moules à pièces d’objets métalliques découverts à Alise-Sainte-Reine (Côte-d'Or). Plâtre. L. 0,195 m ; l. 0,115 m ; Ep. 0,085 m (MAN 10084) ; L. 0,5 m ; l. 0,12 m ; Ep. 0,09 m (MAN 10092) ; L. 0,355 m ; l. 0,105 m ; Ep. 0,08 m (MAN 10098) ; L. 0,32 m ; l. 0,115 m ; Ep. 0,07 m (MAN 10112) ; L. 0,3 m ; l. 0,115 m ; Ep. 0,085 m (MAN 10114) ; L. 0,26 m ; l. 0,26 m ; Ep. 0,125 m (MAN 10165). Production de l’atelier de moulages du musée de Saint-Germain-en-Laye. 1869.

Musée d'Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

Album blanc 5

Album blanc n°5, planche 265, cliché 872, boîte 77. Armes (Alesia). Mention au crayon « Manque », vers 1860. SRD
Tirage photographique réalisé à partir d'un négatif sur plaque de verre au collodion humide : cliché 872, boîte 77

Album blanc 5

Album blanc n°5, planche 267, cliché 875, boîte 77. Armes (Alesia). Mention au crayon « Alise », vers 1860. SRD
Tirage photographique réalisé à partir d'un négatif sur plaque de verre au collodion humide : cliché 875, boîte 77

Album blanc 5

Album blanc n°5, planche 269, cliché 873, boîte 77. Armes (Alesia). Mention au crayon « Manque », vers 1860. SRD
Tirage photographique réalisé à partir d'un négatif sur plaque de verre au collodion humide : cliché 873, boîte 77

Album blanc 5

Album blanc n°5 planche 273. Cliché 868, boîte 77, armes, fibules, etc. (Alésia) avec mention au crayon « Alise », cliché 864, boîte 77 avec mention au crayon « Manque », vers 1860. SRD
Tirage photographique réalisé à partir d'un négatif sur plaque de verre au collodion humide : cliché 868, boîte 77

Résultats 1 à 50 sur 140