Affichage de 845 résultats

Description archivistique
Archives communales de Saint-Germain-en-Laye
Aperçu avant impression Affichage :

Acte de baptême d’Henriette Moray à Saint-Germain-en-Laye, le roi d’Angleterre étant son parrain

« Ce jourd’huy sezieme mars mil six cent quatre vingt douze, a esté baptisé par moy pretre, docteur de Sorbonne, abbé de Notre Dame de Sully, prieur et curé de ce lieu, Victoire, née le huitieme de ce mois, fille de Felix O’Nel, colonel irlandois, et de Rosa Arras, son epouse, le parrain tres haut, tres excellent et tres vertueux monarque Jacques second, roy d’Angleterre, d’Irlande et d’Escosse, qui l’a faicte presenter au sacrement de bapteme par milord Domberton, soussigné, la marraine madame Victoria de Montecucully, contesse d’Almont, dame d’honneur de la reyne d’Angleterre, qui a pareillement signé.
Dunbarton
Victoria Mon. d’A. d’Almont
L’abbé Converset, prieur de Saint Germain en Laye »

Acte de baptême de Marie Victoire Lecerteur, fille d‘un écuyer de la Bouche de la reine d’Angleterre, à Saint-Germain-en-Laye

« Ce jourd’hui vingt quatrieme juin mil six cent quatre vingt douze, par moi prestre, docteur de Sorbonne, abbé de Nostre Dame de Sully, prieur et curé de ce lieu, a esté baptisée Marie Victor, née le dix sept de ce mois, fille de Philippes Lecerteur, ecuier de la Bouche de la reine d’Angleterre, et d’Elizabeth Moone, sa femme, demeurant sur cette parroisse, le parrain monsieur Bevel Schelton, controlleur general de la maison du roy d’Angleterre, la marrainne madame Marie Victoire de Montecuculi, comtesse d’Amont, femme de M. le marquis d’Avia, premiere dame d’honneur de la reine d’Angleterre, demeurant en ce lieu, lesquels ont signez.
B. Skelton
Vittoria Montecucoli d’Avia d’Almonde
L’abbé Converset »

Acte de baptême de Marie Morice à Saint-Germain-en-Laye, l’apothicaire de la reine d’Angleterre étant son parrain

« Ce jourd’huy treizieme juillet mil six cent quatre vingt douze, a esté baptisée par moy pretre soussigné Marie, née le dixieme de ce mois, fille de Nicolas Morice et de Marie Willemns, sa femme, anglois de nation, demeurant dans cette parroisse, le parrain Mathieu Heris, apotiquaire de la reyne d’Angleterre, le marraine Marie Commorsurn, veufve de Jacques Pourcel, tous anglois de nation et demeeurant dans cette parroisse, qui ont signé.
Mary Purcell, M. Harrisson
Lehault »

Acte de baptême de Jacques Bottelard, fils d’un lieutenant du régiment des gardes du roi d’Angleterre, à Saint-Germain-en-Laye

« Ce jourd’huy vingt neufieme juillet mil six cent quatre vingt douze, a eté baptisé par moy pretre et vicaire de ce lieu soussigné Jacques, né le vingt septieme de ce mois, fils de Jacques Bottelard, lieutenant dans le regiment des gardes du roy d’Angleterre, et de Anne Fids Patrice, son epouse, de cette parroisse, le parrain millord conte de Melford, ministre et secretaire d’Estat du roy d’Angleterre, premier gentilhomme de la chambre et chevallier de la Jarretiere, la marraine madame Victoria de Montecucully d’Amont, epouse de monsieur le marquis d’Avia, tous demeurant dans cette parroisse, qui ont signé.
Melfort
Vittoria Montecuculi d’Avia d’Almonte
Michel »

Acte de baptême de Jacques Ignace Smith dans la chapelle du Château-Vieux de Saint-Germain-en-Laye, le prince de Galles étant son parrain

« Ce jourd’huy huitieme aoust mil six cent quatre vingt douze, a esté baptisé dans la chapelle du chateau vieux de ce lieu par monsieur l’abbé de Ronchy, premier aumonier du roy et de la reyne d’Angleterre, Jacques Ignace, né le jour precedent, fils de Mathieu Smith, gentillome anglois, et de Françoise Aman, son epouse, de cette parroisse, le parrain monsieur le prince de Galles, la ceremonie de ce baptesme faitte en presence et du consentement de messire Isaac Michel, vicaire de cette parroisse, revetu de surpellis et d’estolle, qui a signé avec M. l’abbé de Ronchy
J. Ronchi
Michel »

Acte de baptême de Louise Marie d’Angleterre dans la chapelle du Château-Vieux de Saint-Germain-en-Laye, Louis XIV étant son parrain

« Ce jourd’hui vingt troisieme d’aoust mil six cent quattre vingt douze, ont estez suppleez les ceremonies du baptesme dans la chapelle du chasteau vieil de Saint Germain en Laye à Louise Marie, princesse d’Angleterre, fille de tres haut et tres puissant et tres excellent prince Jacques second, par la grace de Dieu roy de la Grande Bretagne, et de tres hautte, tres puissante et tres excellente princesse Marie Eleonor d’Est, princesse de Modene, son espouze, née audit chasteau de Saint Germain en Laye le vingt huitieme juin de la presente année, aiant estée ondoyé en la chambre de laditte reine par un de ses aumoniers, et lesdittes ceremonies du baptesme lui ont estez suppleez par monseigneur l’eminentissime cardinal de Bouillon, grand aumonier de France, en presence de messire François Converset, prestre, docteur de Sorbonne, abbé de Nostre Dame de Sully, prieur et curé dudit Saint Germain, lequel a porté les saintes huilles revestu de surplis et d’estolle, le parrain tres haut, tres puissant et tres excellent prince Louis quatorze, par la grace de Dieu roy de France et de Navarre, la marainne tres haute et tres puissante princesse Elizabeth Charlotte, princesse palatine du Rhin, duchesse de Baviere, espouse de tres haut et tres puissant prince Philippes de France, frere unique du Roy, duc d’Orleans, de Valois, de Chartres et de Nemours, lesquels ont signé.
Louis, Jacques R., Maria R.
Elisabeth Charlotte
Le card. de Bouillon, l’abbé Converset »

Acte d’inhumation de François Persan, valet de pied du roi d’Angleterre, à Saint-Germain-en-Laye

« Ce jourd’huy dix septieme septembre mil six cent quatre vingt douze, a eté inhumé dans l’eglise le corps de François Persan, agé de quarante ans, anglois de nation, autrefois vallet de pied du roy d’Angleterre, decedé le jour precedent ; messe haute, prieres et suffrages accoutumées chantées pour le repos de son ame en presence de Thomas Brel, valet de pied du Roy, et de Nicolas Meilleur, aussy valet de pied du roy d’Angleterre, qui a signé avec maitre Antoine Marques pretre, et Jean Stableton, aussy valet de pied du roy d’Angleterre, de cette parroisse.
Thomas Brel a declaré ne scavoir signer, a fait + cette croix.
Marques
John Stapleton
Nicholas Milord »

Acte de baptême de Thomas Odnise, fils d’un garde du roi d’Angleterre, à Saint-Germain-en-Laye

« Ce jourd’huy vingt troisieme octobre mil six cent quattre vingt douze, a esté baptisé par moi prestre soussigné Thomas, né le quinze de ce mois, fils de François Odnise, garde du roy d’Angleterre, et d’Helene Cupe, sa femme, le parrain le sieur Thomas Neville, gentilhomme, ecuier de la reine d’Angleterre, la marraine damoiselle Marie Coffin, fille du sieur Jean Coffin, et de dame Elizabeth Corson, ses pere et mere, touts anglois de nation, demeurants dans cette parroisse, lesquels ont signé.
Marques, Mary Coffyn, Tho. Neville »

Acte de baptême de Jean Patrice O’Gara à Saint-Germain-en-Laye, la dame d’honneur de la reine d’Angleterre étant sa marraine

« Ce jourd’huy vingt cinquieme octobre mil six cent quatre vingt douse, a eté baptisé par moy pretre, premier vicaire, soussigné Jean Patrice, né le jour precedent, fils du sieur Ollivier O’Gara, collonel irlandois, et de demoiselle Marie Fleming, son epouse, demeurant en cette parroisse, le parrain messire Patrice Sarfeild, conte de Lucan, la marraine madame madame Victoria Victoria de Montecuculli d’Arcia, comte d’Armont, dame d’honeur de la reyne d’Angleterre, tous de cette parroisse, qui ont signé.
Vittoria Montecuculi d’Arcia d’Almonte
Michel, Lucan »

Acte de baptême de Jean Nairne à Saint-Germain-en-Laye, la gouvernante du prince de Galles étant sa marraine

« Ce jourd’huy trentieme octobre mil six cent quatre vingt douze, a eté baptisé par moy pretre, docteur de Sorbonne, abbé de Notre Dame de Sully, prieur et curé de ce lieu, Jean, né le jour precedent, fils de David Nairne et de Marie Copigné, sa femme, anglois de nation, demeurant dans cette parroisse, le parrain M. Jean, conte de Melford, secretaire d’Estat du roy d’Angleterre, la marraine madame Catherine Carneguy, contesse d’Aroll, gouvernante de monseigneur le prince de Galles, demeurant dans cette parroisse, qui ont signé.
Converset, K. Arroll, Melfort »

Acte de baptême de Marie Louise Lachaussée à Saint-Germain-en-Laye, un gentilhomme de la chambre du roi d’Angleterre étant son parrain

« Ce jourd’huy troisieme novembre mil six cent quatre vingt douse, a eté baptisé par moy pretre vicaire soussigné Marie Louise, né le vingt huitieme octobre dernier, fille du sieur François Lachaussée, garde des plaisirs du Roy en ce lieu, et de Louise Lagrave, sa femme, de cette parroisse, le parrain Jacques de Labadie, gentihomme de la chambre du roy d’Angleterre, la marraine Marianne Skinner, son espouse, femme de chambre de madame la princesse d’Angleterre, qui ont signé.
Mary Anne Skinner, de Labadie, Trinité »

Acte de baptême de Marguerite d’Aloyau à Saint-Germain-en-Laye, un sellier du roi d’Angleterre étant son parrain

« Ce jourd’huy trentieme decembre mil six cent quattre vingt douze, a esté baptisée par moy prestre, docteur de Sorbonne, abbé de Nostre Dame de Sully, prieur et curé de ce lieu, Margueritte, née le jour precedent, fille de Louis d’Aloyau, et de Marie Pintret, sa femme, de cette parroisse, le parrain Nicolas Michel, sellier du roy d’Angleterre, la marainne Marguerite Pintret, femme de Michel Joseph Ducreux, pintre, demeurant sur la paroisse Saint Gervais à Paris, le parrain a signé, la marainne a declaré ne scavoir signer.
Nicolas Michel
Converset »

Acte de baptême de Marie Skelton dans la chapelle du Château-Vieux de Saint-Germain-en-Laye, la reine d’Angleterre étant son parrain

« Ce jourd’huy treizieme may mil six cent quatre vingt treize, a esté baptisé par monsieur l’abbé de Ronchy, premier aumonier du roy et de la reyne d’Angletaire, dans la chapelle du chasteau viel de Saint Germain en Laye, Marie, née du mesme jour, fille de monsieur Beville Skelton, controleur general de la maison du roy de la Grande Bretagne, et de madame Marie O’Brien, son epouse, la mareinne tres vertueusse et tres excellente princesse Marie d’Este, princesse de Modenne, epouse de tres haut et tres puissant monarque Jacques second, roy de la Grande Bretagne, le tout en presence et du consentement de maistre Isaac Michel, prestre, vicaire de la ditte paroisse, lesquels ont signé avec le pere present.
J. Ronchi, Maria R.
Michel »

Acte de baptême de Charles Hubert, fils d’un gentilhomme du roi d’Angleterre, à Saint-Germain-en-Laye

« Ce jourd’huy seizieme septembre mil six cent quatre vingt treize, a esté baptisé par moy prestre soubsigné Charles, né du treizieme du present mois, fils de Denis Hubert, officier du roy d’Angleterre, et de Marie Barot, ses pere et mere, le parrain Antoine Dupuis, tondelier vinaigrier, la marainne Françoise Heriotte, domestique de monsieur Leprieur, tous de cette paroisse, le parrain a signé, la marainne a declaré ne scavoir signer.
Jamet, A. Dupuis »

Acte d’inhumation de Catherine Carnegie, comtesse d’Erroll et gouvernante du prince de Galles, à Saint-Germain-en-Laye

« Ce jourd’huy sixieme octobre mil six cent quatre vingt treize, a esté inhumé dans cette eglise le corps d’honorable dame madame Catherine Carnegy de Southaske, comtesse douariere d’Arroll, gouvernante de monseigneur le prince de Galles, aagée de cinquante six ans, decedée au chasteau vieux de Saint Germain en Laye le cinquieme du present mois ; messe hautte, prieres, suffrages accoutumées chantées pour le repos de son ame en presence de maistres Antoine Jamet, prestre, et Huges Augustin Baussonnet, acolythe de cette paroisse, lesquels ont signé.
Baussonnet, Jamet »

Acte de baptême de Richard Michel, fils d’un sellier du roi d’Angleterre, à Saint-Germain-en-Laye

« Ce jourd’huy vingt sixieme octobre mil six cent quatre vingt treize, a esté baptisé par moy prestre soubsigné Richard, né le vingt troizieme du present mois, fils de Nicolas Michel, sellier du roy d’Angleterre, et de Charlotte Petit, son espouze, le parrain le sieur Richard Chrosme, officier du roy d’Angleterre, la marainne Margueritte Guillaume, femme de deffunct Pierre Petit, de la paroisse Saint Sulpice de Paris, lesquels ont signé avec le pere present.
Margueritte Guillaume, Rich. Crumpe
O’Brien »

Acte de baptême de Marie Anne Haireby, fils d’un palefrenier du roi d’Angleterre, à Saint-Germain-en-Laye

« Ce jourd’huy sixiesme jour de novembre mil six centz quatre vingt treize, a esté baptizé par moy prestre soussigné Marie Anne, née du jour de dimanche premier jour de ce mois, fille de Henry Xaireby, palfrenier du roy d’Angleterre, et de Anne Matieu, sa femme, tous deux anglois de nation, le parrain monsieur Richard Bideulph, gentilhomme de la chambre du roy d’Angleterre, representé par Claude Maugis, son valet de chambre, la maraine madame Marie Hollande, angloise, representée par madame Isabelle Cllier, sage femme angloise, lesquels ont signé.
Maugis, Cellier
De Comhoult »

Acte de mariage de Guillaume Chauvois, officier de la garde-robe du roi d’Angleterre, à Saint-Germain-en-Laye

« Ce jourd’huy dix neuvieme novembre mil six cent quattre vingt treize, a esté fait et solemnisé en face de nostre mere la sainte Eglise par moi prestre vicaire soussigné le mariage d’entre Guillaume Chauvois, sieur des Jardins, officier de la garde robe du roy d’Angleterre, fils de Jean Chauvois et de Jacques Lhonneur, ses pere et mere, françois de nation, de cette parroisse, d’une part, et damoiselle Magdelene de Saint Paul, fille de Nicolas Saint Paul et de Magdelene Equinard, ses pere et mere, angloise de nation, aussi de cette parroisse, les fiancailles faittes en meme jour, apres avoir publié un ban au prosne de la messe paroissialle le quinze de ce mois, et veu la dispense qu’ils ont obtenu des deux autres de monseigneur l’archevesque qui porte permission de les fiancer et marier en meme jour en datte du seize du present mois, le tout sans opposition, en presence du sieur Jacques Rodez, premier valet de garde robbe du roy d’Angleterre, ami de l’espoux, et de messire Pierre Lefrançois, prestre, de cette parroisse, aussi ami de l’espoux, et du sieur Jacques de Labadie, premier valet de chambre du roy d’Angleterre, oncle de l’espouze, et de madame Marie Anne Squinard, espouze dudit sieur Labadie et tante de l’espouze, et de damoiselle Marie Anne Fueillard, espouze du sieur Gaultier, amie de l’espouze, et du sieur Thomas Saint Paul, frere de laditte espouze, lesquels ont signez avec l’espoux et l’espouze.
J. Chauvois, Mary Magdalen Saint Paull
Jaques Rodez, De Labadie
P. François, Mary Skinner
Francis Miner, Marie Anne Folliot
Mari Delaurie, Thomas Saint Paulle
Michel »

Acte de baptême de John Hamilton, fils d’un valet de pied de la reine d’Angleterre, à Saint-Germain-en-Laye

« Ce jourd’huy treizieme mars mil six cent quatre vingt quatorze, a esté baptisé par moy prestre, docteur de Sorbonne, abbé de Nostre Dame de Sully, prieur et curé de ce lieu, soubsigné, Jean, né du dixieme du present mois, fils d’Alexandre Hamilton, valet de pied de la reyne d’Angleterre, et de Françoise Hused, sa femme, anglois de nation et demeurant sur cette paroisse, le parrain le sieur Charles Leibourne, escuyer de la reyne d’Angleterre, la marainne Marie Honorette Ursulle River, fille de François Rive et de madame Nieulon, ses pere et mere, tous anglois de nation le parain a signé avec le pere present, la marainne a declaré ne scavoir signer.
L. Converset, Cha. Leyburne
Alex. Hameltown »

Acte de baptême de Françoise MacDonell dans la chapelle du Château-Vieux de Saint-Germain-en-Laye, le prince de Galles étant son parrain

« Ce jourd’huy douxieme juin mil six cent quatre vingt quatorze, a esté baptisé dans la chapelle du chasteau vieil de Saint Germain en Laye par monsieur l’abbé de Ronchi le jeunne, aumosnier de la royne d’Angleterre, Françoise, née du mesme jour, fille du sieur Rodolphe MagDanelle, gantilhomme de la chambre du roy d’Angleterre, et de dame Anne La Roche, on epouse, le parrain tres haut et tres puissant prince Jacques, prince de Galles, fils de tres haut et tres puissant Jacques second, roy de la Grande Bretagne, et de tres vertueuse et excellente princesse Marie d’Este, princesse de Modenne, la marainne madame Sophie Bonelay, dame d’honneur de la reyne, le tout en presence de moy François Converset, prestre, docteur de Sorbonne, abbé de Nostre Dame de Sully, prieur et curé de ce lieu, qui a apporté les saintes huilles de la paroisse, revestu de surplis et d’estolle, lesquels ont signé avec le pere present.
James Prince
P. Ronchi
J., Balkeley
R.m.D., L’abbé Converset »

Acte de baptême de Françoise Read, fille d’un officier de fruiterie du roi d’Angleterre, à Saint-Germain-en-Laye

« Ce jourd’huy vingt deuzieme juin mil six cent quatre vingt quatorze, a esté baptisé par moy prestre vicaire soubsigné Françoise, née le legitime mariage du dix septieme present mois, fille de Jean Raide, officier de fruiterie du roy d’Angleterre, et de Jeanne La Plume, ses pere et mere, le parrain Beville Skelton, controleur de la maison du roy, la marainne Françoise Pourcelle, fille de Nicolas Pourcelle et de Roze Trever, ses pere et mere, tous anglois de nation, lesquels ont signé avec le pere present.
Françoise Pourcelle, B. Skelton
Coppin, John Read »

Acte d’inhumation d’Alexandre Hamilton, valet de pied de la reine d’Angleterre, à Saint-Germain-en-Laye

« Du mesme jour, a esté inhumé dans le cymetiere le corps d’Alexandre Hamilton, agé de vingt six ans, valet de pied de la reyne d’Angleterre, decedé le jour precedent ; vespres des morts, prieres, suffrages accoutumées chantées pour le repos de son ame en presence de maistres Antoine Jamet, prestre, et Hugues Augustin Baussonnet, acolythe, qui ont signé.
Baussonnet »

Acte de baptême d’Alexandre Gordon à Saint-Germain-en-Laye, un gentilhomme de la chambre du roi d’Angleterre étant son parrain

« Ce jourd’huy deuxieme aoust mil six cent quatre vingt quatorze, a esté baptisé par moy prestre vicaire soubsigné Alexandre, né en legitime mariage le vingt neufieme du mois precedent, fils de deffunct Alexandre Gordon et de Françoise Gordon, ses pere et mere, le parrain Oualterre Henesse, gentilhomme de la chambre du roy d’Angleterre, la marainne madame Rosalie Castelly, fille de messire Joseph Castelly, gentilhomme, et de Barbe Bertechy, italiens de nation, lesquels ont signé.
Walter Innes
Castelli, Trinité »

Acte de baptême de Louise Weitdamer, fille d’un cocher de la reine d’Angleterre, à Saint-Germain-en-Laye

« Ce jourd’huy vingt cinquieme aoust mil six cent quatre vingt quatorze, a esté baptisé par moy prestre, docteur de Sorbonne, abbé de Nostre Dame de Sully, prieur et curé de ce lieu, Louise, née en legitime mariage le jour precedent, fille de François Weitdamer, cocher de la reyne d’Angleterre, et de Rebecca Cox, ses pere et mere, le parrain Benjamin Catne, la marainne Anne Pasne, tous anglois de nation et demeurants sur cette paroisse, lesquels ont signé.
Benj. Cottn, Anne Parsons
L. Converset »

Acte de baptême de François Philippe Makaire à Saint-Germain-en-Laye, un conseiller du roi d’Angleterre étant son parrain

« Ce jourd’huy trentieme aoust mil six cent quattre vingt quatorze, a esté baptisé par moi prestre, docteur de Sorbonne, abbé de Nostre Dame de Sully, prieur et curé de ce lieu soussigné, François Philippe, né le vingt huit de ce mois, fils du sieur Thadée Makaire et de Dorothée Fitswilliems, sa femme, le parain le sieur François Ploen, conseiller du roy d’Angleterre, la marainne madame Marie Smith, espouze du sieur Maggior Makaire, major du regiment de Moncassl, touts irlandois de nation, de cette parroisse, qui ont signez.
Fra. Plandon
Mary Meugher
L. Converset »

Acte d’inhumation de Pierre Vaudorre, valet de pied de la reine d’Angleterre, à Saint-Germain-en-Laye

« Ce jourd’huy premier du mois d’octobre, a esté inhumé dans le cymetiere de ce lieu le corps de Pierre Vaudorre, hollandois, vallet de pied de la royne d’Engleterre, agé de soixante et cinq ans, decedé le jour precedent ; messe haulte, prieres et suffrages accoutumez chantez pour le repos de son ame en presence de messire Estienne Coppin, prestre et vicaire, et messire Jacques Poquet, accolithe, qui ont signé.
Poquet »

Acte de baptême de Françoise Nairne à Saint-Germain-en-Laye, le prince de Galles étant son parrain

« Ce jourd’huy vingt unieme octobre mil six cent quatre vingt quatorze, a esté baptisé par moy aulmosnier de la reyne soubsigné Françoise, née en legitime mariage le dix septime du present mois, fille de David Nairn, gentilhomme escossois, et de Elisabeth Marie de Compigny, ses pere et mere, le parain tres haut et tres puissant Jacques François, prince de Galles, fils de tres haut et puissant roy Jacques second, roy de la Grande Bretagne et de tres puissante et tres vertueuse princesse Marie d’este, reyne de la Grande Bretagne, la marainne dame Sophie Bouclay, dame d’honneur de la reyne, le tout fait du consentement de moy vicaire soubsigné, revestu d’estolle et de surplis, le parain et la maraine ont signé avec le père present.
James Prince
Da. Nairne, L. Inest
Coppin, vicaire, Dempster, Bulkeley »

Acte de baptême de Thérèse Marie Hyde dans la chapelle du Château-Vieux de Saint-Germain-en-Laye, la reine d’Angleterre étant sa marraine

« Ce jourd’huy huitieme decembre mil six cent quattre vingt quatorze, a esté baptisée dans la chapelle du chasteau vieil de ce lieu par M. l’abbé Ronchy, aumonier du roy et de la reine d’Angleterre, Therese Marie, née le vingt huit de ce mois en legitime mariage, fille du sieur Guillaume Hyde, gentilhomme de la chambre de la reine d’Angleterre, et de damoiselle Marie Risdon, son espouze, la marainne tres vertueuse et tres excellente princesse Marie d’Est, princesse de Modene, espouze de tres haut et puissant monarque Jacques second, roy de la Grande Bretagne, qui a signé, en presence et du consentement de messire Michel Trinité, l’un des vicaires de cette parroisse, qui a apporté les saintes huilles revestu de surplis et d’estolle.
Maria R.
P. Ronchi, Trinité »

Acte de baptême de Charles Maxin à Saint-Germain-en-Laye, un écuyer de la reine d’Angleterre étant son parrain

« Du mesme jour, a esté baptisé par moy prestre, docteur de Sorbonne, abbé de Nostre Dame de Sully, prieur et curé de ce lieu, Charles, né en legitime mariage le quatorzieme du present mois, fils de Robert Mastilde et de Rebert Hooper, ses pere et mere, le parain le sieur Charles Leyborne, escyer de la reyne d’Angleterre, la marainne madame Marie O’Brien, epouse du sieur Beville Skelton, controlleur de la maison du roy d’Angleterre, tous anglois de nation, lesquels ont signé avec le pere present.
Skelton
Robdart Maxin, Cha. Leyburne
L. Converset »

Acte de baptême de Jean Douglas, fils d’un palefrenier du roi d’Angleterre, à Saint-Germain-en-Laye

« Du mesme jour, a esté baptisé par moy prestre vicaire soussigné Jean Douglas, né en legitime mariage le dixieme du present mois, fils d’Eduard, palfrannier du roy d’Angleterre, et de Marie Lacq, ses pere et mere, le parain Patrice Brian, fils Abraham et Anne Alcoq, la marainne Jeane Beliou, lesquels ont signé en presence du pere.
Jean Bellen
Edu. Douglas, Patt. Bryn
Trinité »

Acte d’inhumation de Marie Heide, fille d’un valet de chambre de la reine d’Angleterre, à Saint-Germain-en-Laye

« Ce jourd’huy dix neufvieme may mil six cent quatre vingt quinze, a esté inhumé dans cette eglise le corps de Marie, aagée de seize ans, fille de Guillaume Heide, valet de chambre de la reyne d’Angleterre, et de Marie Risdan, ses pere et mere ; messe haute, prieres, suffrages accoutumées chantées pour le repos de son ame en presence de maistres François Gaultier, prestre, et Hugues Augustin Baussonnet, acolythe, qui ont signé.
Baussonnet, Gaultier »

Acte de baptême de Jean Richard MacDonell, fils d’un gentilhomme de la chambre du roi d’Angleterre, à Saint-Germain-en-Laye

« Ce jourd’huy vingt troisieme may mil six cent quatre vingt quinze, a esté baptisé par moy prestre, docteur de Sorbonne, abbé de Nostre Dame de Sully, curé et prieur de ce lieu, Jean Richard, né en legitime mariage ce jourd’huy, fils Randell MacDonell, gentilhomme de la chambre du roy d’Angleterre, et d’Hanna Roche, ses pere et mere, irlandois, le parain Richard Hamilton, grand maistre de la garde robe du roy d’Angleterre, la maraine madame la duchesse de Berwick, lesquels ont signé avec le pere present.
Hon. Berwick, Rich. Hamilton
L. Converset »

Acte de baptême d’Elisabeth Maugis à Saint-Germain-en-Laye, le fils d’un officier du roi d’Angleterre étant son parrain

« Du mesme jour, a esté baptisé par moy prestre vicaire soubsigné Elisabeth, née en legitime mariage le vingt troizieme du present mois, fille de Claude Maugis et de Françoise Dadd, ses pere et mere, le parain Raphael Gaultier, fils du sieur François Gaultier, officier du roy d’Angleterre, et de damoiselle Marie Anne Foliot, ses pere et mere, la marainne damoiselle Elisabeth Broomer, epouse du sieur Georges Watkins, tous de cette paroisse, lesquels ont signé avec le pere present.
Elizabeth Watkins, Broomer, Raphael Gaultier
Trinité, Claude Maugis »

Acte de baptême de Jacques Michel Xavier Deane à Saint-Germain-en-Laye, un gentilhomme de la chambre du prince de Galles étant son parrain

« Du mesme jour, a esté baptisé par moy prestre soussigné Jacques Michel Xavier, né en legitime mariage le vingt neufvieme du mois dernier, fils de Thomas Deane, lieutenant de dragons, et de Margueritte Lee, ses pere et mere, anglois, le parain Thomas Nevell, gentilhomme de la chambre du prince de Galles, le maraine madame Anne Butteler, femme de lieutenant Butteler, lesquels ont signé.
Guy Forster
François Langhorne, A. Butler »

Acte de baptême d’Elisabeth Madeleine Glover à Saint-Germain-en-Laye, le chef du Gobelet du roi d’Angleterre étant son parrain

« Du mesme jour, a esté baptisé par moy prestre vicaire soussigné Elisabeth Magdelaine, née en legitime mariage le jour precedent, fille Jean Glover, gentilhomme escossois, et de Marie Magdelaine Guilhards, ses pere et mere, le parain Charles Mackarty, chef de gobelet du roy d’Angleterre, la maraine Elisabeth Broomer, femme du sieur Watkins, gentilhomme anglois, lesquels ont signé.
Charles Macarti
Elisabeth Broomer
Cuppin »

Acte de baptême d’Anne Piquot à Saint-Germain-en-Laye, le sous-gouverneur du prince de Galles étant son parrain

« Du mesme jour, a esté baptisé par moy prestre soussigné Anne, née en legitime mariage le jour precedent de Danyel Piquot et d’Anne Huart, ses pere et mere, de cette paroisse, le parain messire François Plandon, sous gouverneur du prince de Galles, la maraine madame Anne Darelle, veuf du sieur chevallier Moray, lesquels ont signé.
Fra. Plonden, Anne Murray
F. Gaultier, Darell »

Acte de mariage de Charles Ruffin à Saint-Germain-en-Laye, un officier du roi d’Angleterre étant présent

« Du mesme jour, a esté fait et solemnisé en face de nostre mere sainte Eglise par moy prestre soussigné, commis à cet effet par monsieur le prieur, le mariage de Charles Ruffin, officier du Roy, veuf de Thomasse Maillien, d’une part, et de Marie Margueritte Bonnement, fille de François Bonnement, officier de la Reine, et de Marie Vigé, ses pere et mere, d’autre part, tous deux de cette paroisse, apres en avoir publié trois bans aux prosnes des messes de paroisses par trois dimanches ou festes consecutifs, scavoir le huitieme, le quinzieme et le vingt deuxieme janvier de la presnte année, les fiancailles faites le jour precedent, le tout tout sans aucune opposition et en presence de Nicolas Capron, officier chez le Roy, beau frere, et de Simon Malliand, officier chez le Roy, beau frere de l’epoux, et de Jean Jouin, officier de feu la Reine, beau frere, et de maistre François Thureau, officier de la maison du roy d’Angleterre, neveu de l’epoux, et de François Bonnement pere, et de Pierre Lemair, beau frere de l’epouze, lesquelz ont signé avec l’epoux et l’epouze.
Ruggin
Marie Marguerite Bonnemant
Youn, Cparon
Thureau, Malljan
Bonnement, Carlevat, prestre »

Acte de baptême de Philippe Fleury, fils d’un officier du roi d’Angleterre, à Saint-Germain-en-Laye

« Du mesme jour, a esté baptizé par moy prestre soussigné Philippe, né en legitime mariage le mesme jour, fils de Michel Fleury, officier chez le roy d’Angleterre, et de Marguerite Tiercelin, ses pere et mere, le parein Philippe Tiercelin, oncle maternel dudit baptizé, la mareine Marie Lamiot, fille d’Anthoine et de Jeanne Quesne, de cette paroisse, lesquels ont signé.
Philippe Tiercelin
Marie Lamiot
F. Gaultier »

Acte de baptême de Marie Schave, fille d’un sellier du roi d’Angleterre, à Saint-Germain-en-Laye

« Du mesme jour, a esté baptizée par moy prestre vicare soussigné Marie, née en legitime mariage le trente octobre dernier, fille de Jean Schave, cellier du roy d’Angleterre, et de Jeanne Perkine, ses pere et mere, anglois de nation, le parein honorable homme Charles Lesbornes, ecuyer de la reine d’Angleterre, la mareinne Anne Hyets, femme de monsieur Ennis, colonel dans l’armée du Roy.
Charles Leyburne
Anne Innes, Trinité
John Shaw »

Finances, impôts, comptabilité

La série ancienne thématique CC rassemble :

  • Taxes perçues au nom du roi, des seigneurs et des États de la province. Taille, abonnement. Taxes perçues au profit de la ville. Droits de banalité.
  • Réduction d'impôts pour insuffisance de récoltes.
  • Arpentements et cadastres de ville, de paroisse et de quartier (on englobe ici sous le nom générique de "cadastres" tous les livres fonciers, quels que soient les noms, variables suivant les régions, sous lesquels on a coutume de les désigner. Mais il ne s'agit, bien entendu ici, que des livres municipaux, et non pas de terriers seigneuriaux dont la place n'est pas, en principe, dans les archives municipales).
  • Comptes des recettes et des dépenses, et pièces à l'appui; fournitures et commandes.
  • Octroi, rentes, droits divers.
  • Dettes de la ville; emprunts.
  • Rachat par la ville des offices municipaux ou autres.
  • Opérations financières diverses.

Écroue de la chambre aux deniers lors d’un séjour du roi à Saint-Germain-en-Laye

« Du lundy vingt deux jour de septembre MVIc soixante et dix, le Roy à Saint Germain
Panneterie
Au boulanger, pour la bouche, VII Xes II pains : IIII l. XIII s ; II d.
A luy, pour le commun, IIIIxx IIII Xes X pains : LV l. II s. X d.
Somme : LIX l. XVI s.
Eschansonnerie
Au marchand de vin, pour la bouche, IIIers : XI l. XIIII s. VIII d.
A luy, pour LXIIII ers quartier ptie vin table : IIc LI l. XII s. IX d.
A luy, pour XVers II quartiers vin b. : LX l. XI s. IX d.
A luy, XXXIers vin de commun : LIX l. III s. VI d.
Somme : IIIc IIIIxx III l. II s. VIII d.
Cuisinnes
Au pourvoyeur, pour la bouche : CLIX l. III s. IIII d.
A luy, pour le commun : VIc V l. XVI s. X d.
Somme : VIIc LXV l. II d.
Fourniture d’officiers
Aux escuyers bouche pour leurs fournitures : XV l.
A ceux du grand maitre et chamb. : XLVIII l.
Aux verduriers : IX l.
Au patissier : XXVI l. XV s.
Somme : CXXIII l. XV s.
Fruitterie
Aux officiers pannterie bouche : XXII l.
A ceux de fruitterie commun pour leur fruit : IIIIxx l.
A eux pour toutte la cire blanche et jaulne : IIIIxx XII l. XVI s. VI d.
Somme : C IIIIxx XV l. XVI s. VI d.
Fouriere
A messieurs les maitres d’hostel : X l.
Aux 4 controlleurs : VI l.
Aux deux medecins : VI l.
Au marchand de linge : XXIII l. XV s.
A Bruneau : X l.
Aux 4 lavandiers : X l. XVI s.
Au porteur b. : XX s.
Au fallotier : III l.
Au concierge : III l.
A six pauvres : III l. XII s.
Pour les petits chiens du Roy : III l. IIII s.
A deux balayeurs : XXIIII s.
A Lagarde, capitaine des charoys : LXII l. X s.
Aux officiers de fouriere : LXXIIII l. XII s.
A eux, pour prise de paille : XVI s.
Somme : IIc XIX l. IX s.
Somme du jour : dix sept cent quarente six livres dix neuf solz quatre deniers
Langloys »

Brevet de concierge du Château-Neuf

« Henry, par la grace de Dieu roy de France et de Navarre, à tous ceux qui ces presentes lettres verront, salut. Scavoir faisons que pour la bonne confiance et congnoissance que nousavons de la personne de Loys Ferrand et de ses sens, suffisance, loyauté, prudhommie, experience, diligence et fidelité, à icelluy pour ces causes et aultres bonnes considerations à ce nous mouvans, avons donné et otroyez, donnons et octroyons par ces presentes l’estat et charge de concierge et garde des meubles de nostre chasteau et bastiment neuf de Saint Germain en Laye que nagues soulloyt tenir et exercer feu Hellain Gaucher, son beau père, dernier paisible possesseur d’icelluy, vaccant à present par son decedz, pour par led. Ferrand l’avoir, tenir et doresnavant exercer, en jouyr et user aux honneurs, auctoritez, prerogatives, preeminances, previlleges, exemptions, franchises, libertez, gaiges de cinq cens livres par an, droictz, fruictz, proffictz, revenuz et esmolumens accoustumez et qui y appartiennent telz et semblables qu’en jouyssoit led. deffunct Gaucher, tant qu’il nous plaira. Si donnons en mandement à nostre amé et feal le sieur de Frontenac, cappitaine et gouverneur de nostred. chasteau de Saint Germain en Laye qu’apres qu’il luy sera apparu des bonnes vye, mœurs, conversation et religion catholique dud. Ferrand, et de luy pris et receu le serment en tel cas requis et accoustumé, il le mecte et institue ou face mectre et instituer de par nous en possession et saisine dud. estat et d’icelluy, ensemble des honneurs, auctoritez, prerogatives, preeminences, previlleges, exemptions, franchises, libertez, gaiges de cinq cens livres par an, droictz, fruictz, proffictz, revenuz et esmolumens dessusd., face, souffre et laisse jouyr et user plainement et paisiblement, et à luy obeir et entendre de tous ceux et ainsi qu’il appartiendra es choses touchans et concernans lad. charge. Mandons en oultre à noz amez et feaux conseillers les tresoriers de nostre Espargne et de noz bastimens presens et à venir que lesd. gaiges de Vc l. et autres droictz aud. estat et charge appartenans ilz payent ou facent payer, bailler et delivrer comptant doresnavant, chacun en l’annee de son exercice, aud. Ferrand, à commancer du jour et datte de ces presentes et rapportant lesquelles ou le vidimus d’icelles deuement collationné avecq les quictances dud. Ferrand sur ce suffisantes, tout ce que payé, baillé et delivré luy aura esté à l’occasion susd. sera passé et alloué en la despence de leurs comptes, desduictz et rabattu de leur recepte par noz aussy amez et feaux conseillers les gens de noz comptes à Paris, ausquelz nous mandons ainsy le faire sans difficulté. Car tel est nostre plaisir. En tesmoing de quoy nous avons faict mectre nostre scel à cesd. presentes. Données à Paris le IIIIe jour de janvier l’an de grace mil six cens quatre et de nostre regne le quinzieme.
Henry »

Quittance pour des réparations de vitreries aux châteaux de Saint-Germain-en-Laye

« En la presence des notaires soubzsignez, Pierre Le Liepvre, vitrier ordinaires des Bastiments du Roy, confesse avoir receu comptant des le dix huictiesme juillet MVIc vingt trois de noble homme messire Anne Jacquelin, conseiller du Roy et tresorier general des Bastiments de Sa Majesté, la somme de deux cens quinze livres quatre solz six deniers à luy ordonnée pour les ouvrages et reparations de vittrerie par luy faictz pour le Roy durant l’année MVIc vingt deux en plusieurs endroictz du chasteau vieil et neuf de Saint Germain en Laye suivant les partyes de ce faictes et veriffiées par le controlleur general desd. Bastiments, de laquelle somme de deux cens quinze livres quatre solz six deniers led. Le Liepvre se contente et en quitte led. sieur Jacquelin, tresorier susd., et tous autres. Promettant. Obligeant. Renonçant. Fait et passé es estudes desd. notaires l’an mil six cent vingt cinq, le vingt cinquiesme jour de juing apres midi, et ont signé.
Pierre Le Lievre
Bruneau, Le Camus »

Marché pour des travaux au château de Saint-Germain-en-Laye

« […] Bergeron, juré du Roy es œuvres de massonnerye, demeurant à Paris, savoir led. sieur Mazière rue Traversante et led. sieur Bergeon rue de Richelieu, parroisse Saint Roch, lesquels ont fait marché, promis et promettent solidairement, sans division, discussion ny forme de fidesjussion, à quoy ilz renoncent, au Roy nostre sire, ce acceptant par messire Jean Baptiste Colbert, chevalier, baron de Seignelay et autres lieux, conseillers du Roy ordinaire en tous ses conseils du conseil royal, intendant des Finances, surintendant et ordonnateur des Bastimens, arts et manufactures de France, demeurant à Paris, rue Neuve des Petitz Champs, parroisse Saint Eustache, et par messire Pierre Coquart, sieur de la Motte, conseiller du Roy en ses conseils, intendant et ordonnateur desd. Bastimens de Sa Majesté demeurant rue des Mauvaises parrolles, parroisse Saint Germain l’Auxerrois, à ce present, de faire et parfaire bien et deuement comme il apartient au dire d’ouvriers et gens à ce cognoissans tous les ouvrages de massonnerye mentionnez au devis cy devant escript et pour cet effect fournir par lesd. entrepreneurs de pierre de taille, taille d’icelle, moillon, caillou, chaux, sables et autres matereauux necessaires, plus de faire faire et fournir à leurs frais les ouvrages de charpenterye, couverture, serrurerie, vitrerie et plomberie et autres choses aussy mentionnez audit devis, poser le tout et fournir toutes peines d’ouvriers, eschafaudages, cordages, engins et autres choses necessaires generallement quelconques pour rendre lesd. ouvrages faits et parfaitz et receus en la manière accoustumée, et la clef à la main, dans la fin du present mois de may, le tout suivant les plans et dessein qui en ont esté arrestés, exhibés par led. sieur surintendant, lesquels ont esté à cet instant paraphés par l’un desd. entrepreneurs et des notaires soubssignez à leur requisition, demeurés es mains dud. sieur surintendant pour y avoir recours sy besoin est. Ce marché faict moyennant la somme de vingt quatre mil livres tournois en blocq, laquelle somme led. sieur surintendant aud. nom et intendant promettent faire bailler et payer ausd. entrepreneurs au fur et à mesure qu’ils travailleront ausd. ouvrages. Car ainsy a esté accordé. Promettans. Obligeans lesd. entrepreneurs solidairement. Renonceans. Fait et passé savoir pour led. sieur surintendant et intendant au chasteau de Saint Germain en Laye et pour lesd. entrepreneurs en cette ville de Paris, es estudes des notaires soubzsignez, l’an mil six cens soixante cinq, le treiziesme jour de may apres midy, et ont signé.
Colbert, La Motte Coquart
Maziere
Bergeron
Mouflet, Chouyn »

Marché pour l’entretien du grand parc de Saint-Germain-en-Laye et projet de marché pour l’entretien du jardin du Val

« Marché pour les labours et entretien des grands et petits plants du grand parc de Saint Germain en Laye, 20 août 1669
Devis des labours et ouvrages qui sont nécessaires de faire pour l’entretien des grands et petits plants des avenues et allées du grand parc à commencer en la présente année 1669 et continuer pendant trois années consécutives
Premièrement
Faire les premiers labours des grands plants de six pieds avec des besches partout où il se pourra et le surplus avec des houes
Les seconds labours les faire au mois de juillet avec les houes fourchues et des serfouelles
Faire les troisiemes labours au mois de novembre comme les premiers qui ce doivent faire au mois de mars
Esbourjonner tous lesdits grands plants pendant les deux sèves, les eslaguer pendant l’hyver à la manière que Balthasard d’Ambresne, jardinier flament, l’indiquera, escheniller tous lesdits arbres, emporter les essenilles et les brusler, soudre la charmille qui est plantée dans les rigolles entre les arbres nouveaux plantez.
A l’esgard des petits plants, il fault faire les premiers labours au mois de mars avec les houes fourchues et des grandes pioches.
Faire les segonds labours au mois de juillet avec des serfouettes pour faire mourir les herbes qui se trouveront dans les rayons desdits petits plants.
Faire aussi les troisiemes labours comme les premiers, qui se doivent faire au mois de mars, et regarnir de petits plants dans les rayons sous les endroits où il en manquera en faisant ces derniers labours. Lesd. petits plants seront fournis par Sa Majesté.
Furent présens Henry Dupuis et Louis Houdoin, jardiniers demeurant scavoir ledit Dupuis rue Baffray, fauxbourg Saint Anthoine, et ledit Houdoin à Versailles, de présent à Paris, lesquels ont faict marché, promis et promettent au Roy nostre sire, ce acceptant pour Sa Majesté messire Jean Baptiste Colbert, chevalier, marquis de Seignelay et autres lieux, conseiller du Roy ordinaire en tous ses conseils du conseil royal, commandeur et grand trésorier de ses ordres, secrétaire d’Estat et des commandemens de Sa Majesté, controlleur général de ses finances, surintendant et ordonnateur général des Bastimens, arts et manufactures de France, demeurant à Paris, en son hostel sciz rue Neuve Saint Eustache, en la paroisse Saint Eustache, et acceptant, de faire les labours, eslaguer les arbres et les esbourgeonner dans les temps, saisons et ainsy qu’il est porté au devis cy devant escript, pendant trois années qui ont commencé au jour Saint Jean Baptiste dernier et qui finiront à pareil jour de l’année que l’on comptera seize cens soixante douze. Ce marché faict moyennant, scavoir, pour trois labours par chacune des trois années […], et treize livres dix sols pour les trois labours de chacun an pour à compte vingt pieds pour passer et compasser pour arpent des petits plants aussy par chacune des trois années, lesquels prix seront payés ausdits entrepreneurs par le trésorier des Bastimens de Sa Majesté en exercice suivant les ordres dudit seigneur surintendant, au feur et à mesure qu’ils feront lesdits labours. Car ainsy. Ce fait en la présence de noble homme […] conseiller du Roy et controlleur general desdits Bastimens, aussy pour ce présent et comparant. Promettant. Obligeant chacun en droit soy, ledit seigneur surintendant en ladite qualité. Renonçant. Faict et passé scavoir par ledit seigneur Colbert au chasteau de Saint Germain en Laye en son appartement et par lesdits entrepreneurs en l’estude de Le Fouyn, l’un des notaires soubsignés, l’an mil six cens soixante neuf, le vingtième jour d’aoust, et ont signé
Colbert, Dupuis
Houduin
Lefebvre, Lefouin

Le sieur Coustillier, jardinier du Roy au pavillon du Val dans le parc de Saint Germain en Laye, s’oblige d’entretenir quatre cens dix huict thoises d’espalliers au pourtour des murs du jardin dudit pavillon, lesdits espalliers présentement plantez en pruniers, abricotiers, peschers, poiriers, pommiers, figuiers, muscats et bourdelots, fournir à ses despens de tous arbres de mesme espece de ceux qui mourront, et entretenir les treillages en bon estat jusques à ce que l’on soit obligé de les refaire de neuf ; que s’il arrive, par la force des vents ou autrement, qu’il s’abbatte quelque pand de mur qui entrainent et rompent lesdits treillages, ledit jardinier ne sera obligé de les retablir.
S’oblige d’entretenir les arbres fruitiers en buisson plantez autour des quarrez à platte bandes du jardin.
S’oblige d’eslever des melons, concombres, fraisiers et autres plantes et d’entretenir à ses despens le nombre de cloches, chassis, nattes et paillessons qui luy seront fournis pour une fois seulement.
S’oblige d’entretenir le potager garny de touttes sortes d’herbes potagères, sallades, artichaux et autres légumes, et un quarré d’asperges de 12 thoises de long sur 10 thoises de large, lequel quarré le jardinier s’oblige de mettre présentement en estat moyennant la somme de deux cens livres qui lui seront payés par-dessus le prix du présent marché pour une fois seulement, tant pour les terres qu’il faudra remuer que pour les fumiers et plants nécessaires pour garnir ledit quarré, qu’il s’oblige d’entretenir par le présent marché.
S’oblige d’entretenir les fleurs et plants de différentes espèces dans le parterre et dans les platte bandes de la principale allée du jardin.
S’oblige aussi d’avoir toujours trois hommes travaillant audit jardin.
Le tout moyennant la somme de douze cens livres par chacun an.

De la main de Perrault :
Monseigneur a ordonné de passer marché avec Henry Dupuis, Louis Houdoin, jardinier, suivant le devis cy joint moyennant la somme de cinq livres cinq sols le cent de thoisé des grands plans et treize livres dix sols l’arpent des petits plants à vingt pieds pour perches l’arpent.
Ce 5 juin 1669
Signé Perrault

En titre sur le revers de la feuille :
Marché pour l’entretien du jardin du pavillon du Val
A signer par Monseigneur »

Procès-verbal d’une assemblée des habitants de Saint-Germain-en-Laye concernant les travaux aux aqueducs

« A tous ceux qui ces présentes lettres verront, André Georges Legrand, seigneur des Alluets, conseiller du Roy, président, prévost, lieutenant général de police de Saint Germain en Laye, Saint Léger, Le Pecq, Achères et dépendances, salut. Scavoir faisons que ce jourd’huy lundy vingt deux juin mil sept cent trente trois, unze heures du matin, en l’assemblée générale des habitans dudit Saint Germain, en l’auditoire royal, convocquée devant nous à la diligence de Charles Houillié, sindic en charge de laditte communauté, ledit Houillié assisté de maître Guillaume Bergeron, son procureur, nous a remontré qu’en exécution de l’adjudication faite le vingt un novembre mil sept cent trente un par M. l’intendant de la généralité de Paris à Jean Louis Rousseau des ouvrages de maçonnerie et terrasse à faire pour le rétablissement et augmentation du cours des fontaines de cette ville, ledit Rousseau a mis les aqueducs et le nouveau regard dans leur perfection au terme de laditte adjudication, mais il est absolument nécessaire, pour conserver le cours de l’eau jusqu’en cette ville et mettre ledit nouveau regard en état, de faire une grille pour l’œil de bœuf dudit nouveau regard, une rampe de fer pour l’escallier dudit regard scellée en plomb, une grille de fer pour mettre à la chute de l’acqueduc, une barre de fer et deux ancres pour contenir la voute dudit acqueduc, une soupape de fonte et son armature de fer pour la décharge de fond, faire faire dix huit crapodines de fer scellées en plomb garnyes d’une clef pour lever les tampons, faire sceller la porte de l’ancien regard, y faire faire une forte serrure et deux clefs faire raccommoder la soupape et l’armature de fer dudit ancien regard, faire sceller en plomb une grille de fer que ledit Houillié a découvert dans les anciens acqueducs, faire transporter à rez les quatre vingt tuyeaux que M. le duc d’Antin a accordé à la ville, achepter environ vingt perches de terre appartenantes aux sieurs Lemaire, Delaforest et Damouy pour recharger les acqueducs et achever la chaussée qui renferme une partye desdits nouveaux acqueducs, faire sculpter les armes du Roy et faire faire une inscription sur une table de marbre pour mettre dans le fronton dudit nouveau regard, faire faire le netoyement des anciens acqueducs avant de procédder à une nouvelle adjudication afin de voir plus exactement les réparations nécessaires suivant le certifficat du sieur de Lassurance, contrôlleur des Bâtiments du Roy au département dudit Saint Germain, sous la direction duquel se font tous lesdits ouvrages de fontaines, du premier du présent mois qu’il a représenté, et d’autant que ces ouvrages pressent et n’ont point été compris dans l’adjudication faite audit Rousseau, n’ayant pu être prévus, ledit Houillié requiert d’être authorisé à les faire faire, et pour l’acquistion desdittes vingt perches environ de terre, sauf à comprendre le tout par la suitte dans les adjudications qui sont à faire pour la continuation et perfection des ouvrages de rétablissement et augmentations du cours desdittes fontaines. A laquelle convocation sont comparus Toussaint Bataille, Charles Delastre, Louis Jamet, Estienne Bergeron, Claude Antoine Richard, Charles Pollet, Claude Binet, Jean Duval, Claude Mahieu, anciens sindics, Nicolas Armagis, maître Charles Mestais, maître Jean François de Cléramboust, Antoine Tronche, Philippes Gosnet, anciens marchands et habitans, maître Pierre Plouvyé, maître François Duchasteau et maître Claude Jouanin, anciens procureurs, desquels avons, ce requérant le procureur du Roy, pris et receus le serment de fidèllement donner leur avis sur ce que dessus, ce qu’ils ont juré et promis faire, et après avoir conféré ensemble et pris communication du certifficat dudit sieur de Lassurance, ont dit qu’ils sont d’avis qu’il soit fait tous les ouvrages mentionnés audit certifficat et l’acquisition des vingt perches environ de terre y énoncées pour parvenir au parachèvement de la conduitte des eaux en cette ville, et qu’à cet effet le dit Houillié avance toutes les sommes nécessaires, sauf à les employer dans les nouveaux rôlles ou adjudication à faire, comm’aussy qu’il fasse faire deux couches de peinture sur la porte dudit regard. Duquel avis, de l’agrément de M. le duc de Noailles, veu le certifficat dudit sieur de Lassurance du premier de ce mois, ouy et ce consentant le procureur du Roy, nous avons donné lettres en conséquence, et l’homologuant disons qu’il sera fait tous les ouvrages mentionnés au certifficat dudit sieur de Lassurance pour parvenir au parachèvement de la conduitte des eaux en cette ville et l’acquisition des vingt perches environ de terre pour recharger les nouveaux acqueducs et achever la chaussée qui en renferme une partye, comm’aussy les deux couches de peinture sur la porte dudit regard, et permis audit Houillié, sindic, d’avancer et payer les sommes nécessaires pour le tout, sauf à les employer dans les nouvelles adjudications et rôlles, et sera ledit certifficat dudit sieur de Lassurance déposé au greffe et transcrit ensuitte des présentes, et ont lesdits Houillié et Bergeron, son procureur, signé avec le procureur du Roy et nous la minutte desdittes présentes les jour et an que dessus.
Ensuit la teneur du certifficat dudit sieur de Lassurance
Je soussigné, architecte et contrôlleur des Bâtiments du Roy au département de Saint Germain en Laye, certiffie qu’il est nécessaire de faire une grille pour l’œil de bœuf du nouveau regard, une rempe de fer pour l’escallier dudit regard scellée en plomb, une grille de fer pour mettre à la chutte de l’acqueduc, une barre de fer et deux ancres pour contenir la voûte dudit, une soupape de fonte et son armature de fer pour la décharge de fond, faire faire dix huit crapodines de fer scellées en plomb garnyes d’une clef pour lever les tampons, faire sceller la porte de l’ancien regard, y faire faire une forte serrure et deux clefs, faire raccommoder la soupape et l’armature de fer dudit ancien regard, faire sceller en plomb une grille de fer que le sieur Houillié a découvert dans les anciens acqueducs, faire transporter à rez les quatre vingt tuyeaux que M. le duc d’Antin a accordé à la ville, achepter environ vingt perches de terre pour recharger les acqueducs et achever la chaussée qui renferme une partye desdits nouveaux acqueducs, lesdittes terres appartenantes à M. Lemaire, M. Delaforest et Demouy, faire sculpter les armes du Roy, et faire faire une inscription sur une table de marbre pour mettre dans le fronton dudit nouveau regard, faire faire le nétoyement des anciens acqueducs avant de procéder à une nouvelle adjudication, afin de voir plus exactement les réparations nécessaires.
Signé de Lassurance, et au dessous, à Saint Germain en Laye le premier juin mil sept cent trente trois, ainsy qu’il est dit en la minutte des présentes. »

Arrêt du conseil d’État concernant le bornage de la forêt du Vésinet

« Arrest du conseil d’Estat du Roy du 5 aoust 1751 qui ordonne la fixation, réunion et bornage de la forest du Vézinet avec l’ordonnance de monsieur le grand maître des Eaux et forests étant ensuite, du 12 desdits mois et an
Extrait du registre du conseil d’Estat
Le Roy estant informé que la forest de Vezinet, vulgairement dite garenne de Vezinet, n’a jamais été bornée ou que, l’ayant été, les riverains en ont supprimé les bornes pour en usurper les parties qui sont à leur bienséance, que l’on dit communément dans le pays que cette forêt contient onze cens arpens, que l’incertitude de sa véritable continence procède du peu d’attention que l’on a eu à suivre ce qui étoit prescrit par l’arrest du 26 janvier 1664 rendu pour la réformation de la forest de Saint Germain en Laye et de celle dite pour lors garenne du Vézinet, que l’assiette des forests en cas de réformation étant le premier objet qui se présente naturellement à l’esprit de tous les réformations, et qui doit faire la base de leur opération, ayant échappé alors, il n’est point étonnant que jusqu’ici les officiers d’Eaux et Forests soient demeurés dans la sécurité, qu’étant nécessaire d’y remédier, il faut recourir à tout ce qui peut conduire à une opération aussi importante, qu’il est constant que par l’article 36 dudit arrest du 26 janvier 1664, à l’occasion de la forest du Vézinet, il est dit que la garenne qui étoit lors formée dans cette forest et qui vraisemblablement lui a fait prendre le nom de garenne seroit réduite en continence suivant son ancien établissement, proche la maison du garenier et bruyères joignantes, jusqu’à la muraille qui fait la séparation de lad. garenne et des héritages des particuliers, et divisée des bois taillis qui sont de l’autre part par un fossé, et pour le surplus des bois, que les lapins en seroient détruits, conformément à l’article 35 dudit arrest, avec défenses à toutes personnes d’y en mettre, qu’à la vérité les commissaires dressèrent seulement leur procès-verbal de l’état de ladite forest, qu’il résulte dudit procès-verbal que la garenne étoit partagée en deux parties par le grand chemin de Saint Germain à Paris, qu’elle étoit en terres vaines et vagues pour la plus grande partie, que les endroits plantés en bois étoient en très mauvais état, scavoir les taillis abroutis par les lapins, dont les terriers étoient en grande quantité, que les balliveaux qui y avoient été refais étoient émondés, que, ladite forest reconnue en cet état, les officiers de la maîtrise, le procureur de Sa Majesté en la réformation et les anciens du pays appelés, ayant jugé qu’il étoit nécessaire de détruire la garenne au lieu de la cantonner, ou bien qu’il falloit la laisser subsister, attendu qu’elle étoit affermée 6000 livres, et ce dernier parti étant diamétralement opposé à la disposition dudit art. 36 de l’arrest du 26 janvier 1664, cette alternative ayant été référée à Sa Majesté, Elle ordonna que ladite garenne seroit ruinée pour y faire un lieu de chasse, ainsi qu’il avoit été du tems des rois ses pères et ayeuls, qu’en conséquence le réformateur rendit son ordonnance portant que les bois seroient recepés, la garenne ruinée et que les places vaines et vagues seroient labourées et ensemencées en glands, seines, châtaigniers, et mettre du lapin dans ladite garenne, et d’y introdire aucuns bestiaux, même sous prétexte de droit d’usages, que tous ceux faits résultans du contenu au volume de réformation de ladite maîtrise de Saint Germain ne paroissant point par aucuns actes postérieurs, que les intentions de Sa Majesté ayant été lors remplies, il y a à supposer que ces choses en sont restées là, que les riverains ont usurpé ce qu’ils ont voulu, et que les lapins ont réduit les bois de cette forest en un si total abroutissement qu’ils ne sont d’aucune espérance, que Sa Majesté, désirant connoître la véritable étendue, nature et qualité de ladite forest, et l’asseoir par des bornes immuables, Elle auroit été informée que Henri IV ayant fait construire le Château Neuf de Saint Germain en face du Vézinet, il avoit acquis des habitans du Pecq le terrein qui forme les bas jardins, en les abonnant à mille livres de taille, que depuis Louis XIII, considérrant que le Vézinet, en face du Château Neuf qu’il habitoit, ne contenoit que 284 arpens 24 perches suivant un arpentage constaté par procès verbal de 1606, il avoit acquis en 1612 des seigneurs de Chatou et de la Borde 335 arpens 92 perches et demi, suivant qu’il est mentionné en un procès-verbal de bornage de ladite année 1612, et du seigneur de Croissy 363 arpens 43 perches par contrat passé devant Robineau, notaire, le 21 janvier 1634, qu’enfin Louis XIV y réunit 418 arpens à la mesure de 18 pieds pour perche qui, réduit à 22 pieds pour perche, forment 281 arpens 4 perches, qu’il résulte suivant ce détail que ladite forêt doit contenir 1264 arpens 63 perches et demi, que Sa Majesté ne jouissant pas à beaucoup près de cette quantité, Elle a voulu y pourvoir,
Ouy le rapport,
Le Roy estant en son Conseil a fixé, quant à présent, la forest du Vézinet à 1264 arpens 63 perches et demi, sauf ses autres droits, s’il y échet. Ce faisant, Sa Majesté a ordonné et ordonne que par le sieur du Vaucel, grand maître des Eaux et Forests du département de Paris ou les officiers de la maîtrise de Saint Germain qu’il pourra commettre, il sera procédé à la visite et reconnoissance, autant que faire se pourra, des véritables limites de ladite forest, comme aussi que les contestations qui pourroient survenir lors desdites visites et reconnoissance seront par ledit sieur grand maître ou ledits officiers instruites et jugées sommairement dans le procès verbal de limitation et assiette de ladite forest, et que ce qui sera par eux statué et ordonné sera exécuté par provision, sauf et sans préjudice de l’appel au Conseil, que les appellans seront tenus de faire juger dans le mois, sinon déchus, et les jugemens, ordonnances et sentences dont aura été appellé seront exécutés selon leur forme et teneur, comme chose jugée en dernier ressort ; à l’effet de laquelle délimitation et assiette il sera préalablement, par les arpenteurs que ledit sieur grand maître nommera, procédé à l’arpentage général et à la levée du plan figuratif de ladite forest en son état actuel, pour connaître en quoi elle diffère de sa véritable continence ci-dessus déterminée. Ordonne Sa Majesté que ce qui sera jugé usurpé, et repris pour la parfaire, sera distingué et désigné sur ledit plan, ainsi que les bornes quee ledit sieur grand maître jugera nécessaire de faire planter pour l’assiette de ladite forêt. Ordonne pareillement Sa Majesté qu’après l’assiette de ladite forest par bornes apparentes, tous les riverains seront, à la requête, poursuite et diligence du procureur de Sa Majesté en la maîtrise de Saint Germain, assignés aux plus briefs délais pour représenter les titres de propriétés de leurs héritages, dont sera dressé procès-verbal par ledit sieur grand maître, ou lesdits officiers, en présence du procureur de Sa Majesté, comme aussi qu’il sera procédé à la description de l’état où se trouvera ladite forest, tant en fonds que superficie, pour lesdits procès-verbaux d’assiette, de description de titre et de l’état, nature et qualité de ladite forest rapportés au Conseil, avec l’avis dudit sieur grand maître, être ensite par Sa Majesté ordonné ce qu’il appartiendra. Fait au conseil d’Estat du Roy, Sa Majesté y étant, tenu pour les Finances. A Compiègne, le cinquième jour d’août mil sept cens cinquante un.
Signé Phélipeaux, avec paraphe.
Louis François du Vaucel, chevalier, conseiller du Roy en ses conseils, grand maître enquéteur et général réformateur des Eaux et Forests de France au département de Paris et Isle de France
Veu l’arrest du Conseil dont copie est cy dessus, et tout considéré, nous ordonnons que ledit arrest sera enregistré au greffe de la maîtrise des Eaux Forests de Saint Germain en Laye pour être exécutés selon sa forme et teneur, et en conséquence qu’au jour qui sera par nous ci après indiqué il sera procédé aux opérations portées audit arrêt, à l’effet de quoi ordonnons qu’il sera imprimé, lu, publié et affiché partout où besoin sera, et que par Collot et Ducy, arpenteurs, il sera procédé à l’arpentage général et à la lavée du plan figuratif de ladite forest en son état actuel, le tout à la diligence du procureur du Roy en ladite maîtrise, auquel nous enjoignons d’y tenir la main. Donné en notre hôtel à Paris le douze août mil sept cens cinquante un.
Du Vaucel, et plus bas Par Monseigneur, L’Eclope.
Collationné à l’original par nous écuyer, conseiller secrétaire du Roy, maison, couronne de France et de ses finances. »

Brevet de concierge du jeu de paume de Saint-Germain-en-Laye

« Aujourd’huy vingt un janvier mil sept cent soixante dix, le Roy étant à Versailles, voulant traite favorablement le sieur Lavarde, l’un des paulmiers racquetiers de Sa Majesté, Elle lui a accordé et fait don de la conciergerie du jeu de paulme à Saint Germain, vacante par la démission volontaire du sieur Lataille, pour par led. sieur Lavarde jouir de lad. conciergerie tant qu’il plaira à Sa Majesté aux mêmes privilèges, prérogatives et fonctions dont a joui ou dû jouir led. sieur Lataille, et dont jouissent ou doivent jouir les autres concierges des maisons royales. Mande et ordonne Sa Majesté au sieur marquis de Marigny, lieutenant général des provinces d’Orléanois et de Beauce, directeur et ordonnateur général des Bâtiments, jardins, arts et manufactures royales, commandeur de ses ordres, de faire jouir led. sieur Lavarde du contenu au présent brevet que pour assurance de sa volonté Sa Majesté a signé de sa main et fait contresigner par moy conseiller secrétaire d’Etat et de ses commandements et finances.
Louis
Phélypeaux
Vu par nous marquis de Marigny, conseiller du Roy en ses conseils, commandeur de ses ordres, lieutenant général des provinces d’Orléanois et Beauce, directeur et ordonnateur général des Bâtiments de Sa Majesté, jardins, arts, académies et manufactures royales, le présent brevet pour par led. sieur Lavarde jouir de l’effet d’iceluy suivant l’intention de Sa Majesté. A Versailles le 21e février mil sept cent soixante dix
Le marquis de Marigny »

Délibération du conseil de ville concernant la construction d’une caserne pour la garnison d’invalides de Saint-Germain-en-Laye

« Copie de l’extrait de la délibération du conseil de ville de Saint Germain en Laye du 13 janvier 1778
Aujourd’hui mardi treize janvier 1778, en l’assemblée du conseil de ville de Saint Germain en Laye tenu devant nous Achilles Nicolas Cousin, conseiller du Roi, président, prévôt, lieutenant général de police de Saint Germain en Laye, 3 heures de relevée,
Sont comparus les sieurs Charles Duteil, ancien sindic, Claude Faugeron, Joseph Laporte, Jean Louis Petit, Charles Cottereau, Victor Boutron des Marais, Denis Gatineau, Pierre Mellanger tous conseillers, François Chapelier, adjoint au sindicat, Claude Bon, sindic actuel,
Est aussi comparu M. Jouanin, procureur du Roi de la prévôté royale de Saint Germain en Laye.
Par le sieur sindic a été représenté et mis sur le bureau 1° une lettre à lui adressée par le sieur Duval, subdélégué de monseigneur l’intendant à Saint Germain en Laye, dattée de Paris du 25 décembre 1777, conçue en ces termes :
Monsieur l’intendant, Monsieur, se trouvant dans la nécessité de déloger incessament du château neuf la compagnie d’invalides établie à Saint Germain, pour la cazerner dans la ville, et ne voulant pas qu’il en résulta pour la ville de nouvelles dépenses, il a fait faire un plan de cazerne susceptible de loger convenablement cette compagnie. L’intention de M. l’intendant est pourvoir au loyer de cette cazerne lorsqu’elle sera construite, sans augmentation de nouvelles impositions ni prendre en aucune manière sur les revenus municipaux de la Ville. On offre à M. l’intendant de construire cette cazerne et tout ce qui en dépend dans l’espace de six mois à compter du premier janvier 1778 et de faire toutes les avances pour cette construction conformément au plan et de l’entretenir exactement, le tout moyennant 1500 l. de loyer par année, que M. l’intendant se charge d’acquiter comme je viens de le dire, sans qu’il en coûte rien de plus à la Ville. Le terrein sur lequel les cazernes seront bâties étant à la disposition de M. l’intendant, il pourrait le faire concéder à la Ville, suposé qu’elle voulût elle-même dans le tems ci dessus indiqué de six mois faire construire les cazernes à ses frais, conformément au plan ci joint, et pour la dédommager des dépenses que cet établissement lui occasionnerait, M. l’intendant offre à la Ville de lui faire payer annuellement les quinze cent livres qu’il doit affecter au loyer des cazernes.
M. l’intendant, en faisant cette proposition à la Ville, me charge de lui marquer, par la voie du sindic, qu’il n’a eu en vue que de lui donner la préférence, suposé qu’elle trouvât quelques avantages à s’approprier cet établissement aux conditions que je viens de vous marquer. Sur quoi, d’après son ordonnance ci jointe et la présente lettre que vous communiquerez au conseil de ville, il demande réponse prompte et positive en forme de délibération à l’ordinaire, laissant au choix du conseil de ville d’accepter ou de refuser la proposition ci-dessus avec la plus grande liberté, attendu qu’elle n’a pour objet que de lui offrir la préférence, ce qui est l’usage ordinaire en pareil cas.
J’ai l’honneur d’être, Monsieur, avec toute l’estime et toute la considération possible, votre etc.
Signé Duval
Et 2° une ordonnance de monseigneur l’intendant en date du 17 décembre 1777 jointe à la lettre ci-dessus transcrite, portant que la présente assemblée serait convoquée.
Sur quoi, ayant mûrement délibéré, la compagnie a unanimement arrêté et arrête de remercier comme elle le fait par la présente délibération monseigneur l’intendant de sa bonne volonté et de la préférence qu’il veut bien donner à la Ville, par la raison qu’elle se trouve dans l’impossibilité d’accepter la proposition qu’il a bien voulu faire faire par lad. lettre par deux raisons, la première parce qu’elle n’est point en état de faire une avance aussi considérable, n’y ayant point de ville plus pauvre, et la deuxième parce que les habitans n’ont jamais aprouvé et n’aprouveront l’établissement de la compagnie d’invalides.
Ce fait, l’assemblée prochaine a été indiquée au mardy [vide] février prochain et ont tous les sieurs susnommés signé. »

Résultats 151 à 200 sur 845