Pièce 118 - État des travaux de restauration du château de Saint-Germain-en-Laye

Zone d'identification

Cote

118

Titre

État des travaux de restauration du château de Saint-Germain-en-Laye

Date(s)

  • 28 septembre 1872 (Production)

Niveau de description

Pièce

Étendue matérielle et support

1 document sur support papier

Zone du contexte

Nom du producteur

Histoire archivistique

Source immédiate d'acquisition ou de transfert

Zone du contenu et de la structure

Portée et contenu

« Le château de Saint-Germain, septembre 1872
Ainsi que nous le faisons chaque année et principalement vers la fin des travaux de la campagne, nous croyons être utiles à l’intérêt de l’art et à celui de la ville en publiant sur notre vieux manoir et sa restauration, si heureusement entreprise et continuée par M. Eugène Millet, les renseignements qu’en outre de nos fréquentes visites, nous puisons à des sources certaines. Voici donc l’état où se trouve actuellement le monument en voie de restauration.
Le crédit restreint alloué à ces importants travaux ne permet pas de poursuivre activement l’œuvre de restauration. Les désordres sont cependant graves sur tous les points. La belle sainte chapelle de Saint-Louis s’écrase sous les tristes bâtisses qui la surmontent et qui lui ont été imposées à la fin du XVIIe siècle ; néanmoins, l’architecte continue ses travaux et nous devons remercier M. le ministre des Travaux publics des ressources qu’il veut bien consacrer à cette restitution intéressant tous les artistes qui s’occupent des diverses phases de notre art national, et se reliant à un si haut degré à notre ville, et nous dirons même à son avenir.
Le bâtiment méridional, sur la rue du Château-Neuf, était assurément, par sa situation, le plus favorable à l’habitation. Au XVIe siècle, tous les terrains compris entre le château et le côté de Versailles – où s’élèvent actuellement de nombreuses villas et les quartiers et casernes – étaient livrés de toute construction et de ce point du château, on découvrait les ravissants coteaux de Marly, de Louveciennes, de Bougival, et l’œil pouvait suivre la Seine enserrant dans son gracieux parcours les bois du Vésinet.
Le créateur de l’œuvre avait alors disposé ce corps de logis pour l’habitation privée et intime de tous les siens et, par ces pièces relativement petites, ces escaliers de service multipliés, sa galerie de dégagement, il devait admirablement se prêter à sa destination.
Des traces de tout cela subsistent ; elles sont nombreuses et indiquées d’ailleurs de la façon la plus nette dans les planches du savant architecte Du Cerceau, gravées et publiées en 1576 – ne pas confondre, comme l’on fait certains journalistes ignorants, avec le P. Ducerceau, jésuite, auteur, entre autres ouvrages, d’un théâtre spécial à l’éducation scolaire.
Les dispositions d’ensemble sont simples et bien entendues : ainsi, dans le premier étage, au midi, l’habitation proprement dite ; à l’est, les appartements de parade ou de luxe ; au nord, sur le parterre, les salles d’apparat ou de réception, et enfin à l’ouest, à l’extrémité de cet ensemble, la belle galerie des fêtes et des grandes réunions
C’est là assurément la disposition primitive, car le roi Louis XIV, s’étant trouvé à l’étroit dans l’aile méridionale, aurait, dit-on, fait installer sa chambre à coucher et ses appartements particuliers dans le pavillon nord-est, et dans les pièces voisines.
L’administration des bâtiments civils veut assurément, en restaurant le château de Saint-Germain, le retour aux anciens arrangements, et dans le bâtiment sud, on doit retrouver les nombreuses distributions et y installer la bibliothèque du musée, les cabinets des conservateurs, la salle du conseil, et, dans les étages secondaires, ménager quelques logements pour des employés ou gardiens. Ce côté du château sera mis en communication avec la rue du Château-Neuf par une passerelle en bois traversant le fossé et dont les dispositions sont indiquées dans une des jolies gravures d’Israël Sylvestre.
En 1871, on commençait la restauration du bâtiment sud, et la continuation de l’escalier de service dans le pavillon sud-est.
En 1872, au commencement de la campagne, on achevait l’escalier dont il vient d’être parlé et l’on complétait la construction des quatre éperons supérieurs de la façade sud-est, au droit de l’escalier ou de ses annexes. On continuait aussi la restauration des contreforts correspondants sur la cour. Des reprises partielles et de détails sont en cours d’exécution dans diverses parties du bâtiment qui nous occupe. Les années précédentes avaient vu se fonder et se construire les contreforts devant porter la tourelle en encorbellement de l’angle sud-est, mais la bâtisse avait été arrêtée à la hauteur du plancher haut du rez-de-chaussée.
En ce moment, on achève la démolition du pavillon Louis XIV ; on a repris les travaux de reconstruction de toute l’encoignure qui, si nous sommes bien renseignés, sera poursuivie et accomplie à la fin de cette campagne, jusqu’à la hauteur des appuis des croisées du deuxième étage.
En déblayant la chapelle du château, on a trouvé deux tombes qu’on a cru devoir attribuer à des ancêtres de saint Louis… ou bien à d’autres personnages. Nous avons à ce sujet et sans résultats feuilleté le président Hainaut du Hamal, Carrazat ; il serait pourtant curieux de savoir quels ont pu être les restes mortels enterrés dans la chapelle ; les réduits sont du temps de sa construction et peut-être l’histoire de la ville de Poissy, ou tout autre ouvrage, contiendraient-elles les noms des personnages morts avant 1230 environ.
Dans tous les cas, nous faisons appel à tous les érudits du pays, et nous recevrons avec empressement et reconnaissance les documents qui pourront nous être adressés à cet égard.
L. de V. »

Évaluation, élimination et calendrier de conservation

Accroissements

Mode de classement

Zone des conditions d'accès et d'utilisation

Conditions d’accès

Conditions de reproduction

Langue des documents

Écriture des documents

Notes sur la langue et l'écriture

Caractéristiques matérielle et contraintes techniques

Instruments de recherche

Instrument de recherche

Zone des sources complémentaires

Existence et lieu de conservation des originaux

Existence et lieu de conservation des copies

Unités de description associées

Descriptions associées

Note de publication

Léon de Villette, « Le château de Saint-Germain, septembre 1872 », L’Industriel de Saint-Germain-en-Laye, 20e année, n° 39-787, 28 septembre 1872, p. 154

Zone des notes

Identifiant(s) alternatif(s)

Mots-clés

Mots-clés - Sujets

Mots-clés - Lieux

Mots-clés - Noms

Mots-clés - Genre

Zone du contrôle de la description

Identifiant de la description

Identifiant du service d'archives

Règles et/ou conventions utilisées

Statut

Niveau de détail

Dates de production, de révision, de suppression

Langue(s)

Écriture(s)

Sources

Zone des entrées

Sujets associés

Personnes et organismes associés

Genres associés

Lieux associés