Affichage de 682 résultats

Description archivistique
Ministère de l'Instruction publique
Options de recherche avancée
Aperçu avant impression Affichage :

502 résultats avec objets numériques Afficher les résultats avec des objets numériques

Album Castagné n° 1 - Murs gaulois - Commission de Topographie des Gaules

L'album concerne les fouilles effectuées à Murcens. Il est composé de plusieurs mémoires, de plans, relevés et coupes ainsi que de vues photographiques du lieu et des fouilles. Le contenu est organisé ainsi :

  • Fouilles faites à Mursceint, commune de Cras, Département du Lot. Découverte d'une muraille gauloise. 1er rapport. (daté de janvier 1868, Cahors ; signé "Castagné, agent voyer d'arrondissement").
  • Plans et dessins à l'appui du Mémoire sur les fouilles faites au lieu de Mursceint, commune de Cras, départ. du Lot.
  • Découverte d'un Oppidum avec muraille et emplacements d'habitations gauloises à Mursens. Mémoire sur cette découverte.
  • Deuxième mémoire sur la découverte d'un Oppidum avec Muraille et Emplacements d'habitations gauloises à Mursens, commune de Cras, département du Lot, adressé à Mr de Pebeyre, préfet du Lot, par Mr Castagné, agent voyer d'arrondissement. (daté du 31 mars 1868, Cahors ; signé "Castagné, agent voyer d'arrondissement, Rapporteur des fouilles exécutées au Puy-d'Issolud (Uxellodunum) par la commission départementale instituée par Mr le Préfet).
  • carte du département du Lot
  • plan de l'oppidum gaulois de Mursens
  • muraille gauloise de Mursens
  • restauration de la muraille gauloise de Mursens
  • maisons gauloises
  • vues photographiques du lieu
  • vues photographiques des fouilles
  • vues photographiques des produits des fouilles
  • Troisième rapport sur la découverte d'un oppidum et d'un rempart gaulois à Mursceint par Mr Dutasta, professeur de philosophie au Lycée impérial de Cahors (daté du 3 février 1868, Cahors).

Commission de Topographie des Gaules

Arrêté affectant au ministère de l’Instruction publique une bande de terrain de l’ancienne vénerie de Saint-Germain-en-Laye

« Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts
Direction des Beaux-Arts
Bureau des Bâtiments civils et des Palais nationaux
Décret
Le président de la République,
Sur le rapport du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts
Vu l’avis favorable émis par le ministre des Finances le 2 juillet 1904
Décrète
Article I
Est affecté au ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts (direction des Beaux-Arts) une bande de terrain de 3 m. 20 de largeur sur 43 mètres de longueur destinée à isoler du bâtiment ressortissant au service des Bâtiments civils et des Palais nationaux la propriété domaniale de l’ancienne vénerie du château de Saint-Germain, dont l’aliénation est poursuivie par l’administration des Domaines.
Article II
Les ministres des Finances et de l’Instruction publique et des Beaux-Arts sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret, qui sera inséré au Bulletin des lois et au Journal officiel.
Fait à la Bégude de Mazenc le 3 aout 1904.
Emile Loubet
Par le président de la République,
Le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts
J. Chaumié »

Ministère de l'Instruction publique

Arrêté concernant le crédit accordé pour les travaux au château de Saint-Germain-en-Laye

« Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts
Sous-secrétariat d’Etat des Beaux-Arts
Division des services d’architecture
Bureau des Bâtiments civils et des Palais nationaux
République française
Arrêté
Le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts
Sur la proposition du sous-secrétaire d’Etat des Beaux-Arts
Arrête :
Un crédit de trente-un mille neuf cent vingt-huit francs (31928 fr.), réparti ainsi qu’il suit, est ouvert sur le chapitre 48 du budget de l’exercice 1908 (grosses réparations des Bâtiments civils) en vue des travaux de restauration du château de Saint-Germain, savoir :
1° Terrasse : 6600 f.
2° Maçonnerie : 1650 f.
3° Menuiserie : 9400 f.
4° Serrurerie : 11500 f.
5° Peinture et vitrerie : 1550 f.
6° Honoraires de l’architecte et du vérificateur : 1228 f.
Total égal : 31928 f.
Paris, le 4 mai 1908
Gaston Doumergue »

Ministère de l'Instruction publique

Arrêté concernant l’une des tapisseries destinées à la salle des commissions au château de Saint-Germain-en-Laye

« Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts
Beaux-Arts
Enseignement et manufactures nationales
République française
Arrêté
Le ministre de l’Instruction publique, des Beaux-Arts et des Cultes
Arrête :
Une tapissier des Gobelins représentant le château neuf de Saint-Germain-en-Laye, inscrit aux inventaires de la manufacture sous le n° 434, mesurant 3 m. 50 de hauteur sur 2 mètres 12 de largeur et ayant coûté 11509 f. 61 c. est affectée à la décoration du dit château.
Paris, le 10 août 1896
Signé : A. Rambaud »

Ministère de l'Instruction publique

Arrêté de nomination du Général Creuly

"Le Ministre Secrétaire d'Etat au département de l'Instruction publique et des Cultes,

Vu l'arrêté du 17 juillet 1858 par lequel une Commission a été instituée à l'effet de procéder à l'examen et à la classification des documents concernant la préparation d'une carte des Gaules aux premiers siècles de l'ère chrétienne ;

Arrête :

M. le Général Creuly est nommé membre de la dite Commission.

Fait à Paris le 26 mars 1859
Signé : Rouland"

Ministère de l'Instruction publique

Arrêté révoquant l’autorisation d’exploiter un ascenseur contre la Grande Terrasse de Saint-Germain-en-Laye

« République française
Préfecture du département de Seine-et-Oise
Le préfet de Seine-et-Oise, officier de la Légion d’honneur,
Considérant que l’accident qui s’est produit à l’ascenseur de Saint-Germain-en-Laye le mercredi 8 juin courant est dû à une négligence, que la société exploitante est d’autant plus répréhensible qu’elle avait été avisée neuf jours auparavant par ses employés du mauvais état de cet appareil, que, d’autre part, des observations semblables avaient été faites par le public, le préfet et le maire de la ville,
Considérant qu’elle n’a tenu aucun compte de ces avertissements et que, malgré les injonctions du préfet prescrivant la visite immédiate de cet appareil par un ingénieur sous peine de retrait d’autorisation, aucune mesure n’a été prise pour remédier à un état de chose dangereux pour la sécurité des voyageurs,
Vu l’article 7 de l’arrêté de concession en date du 30 décembre 1899,
Arrête :
L’autorisation accordée à M. Embry, administrateur délégué de la société pour la construction d’ascenseurs en France, dont le siège est à Chatou, 7, place de l’Hôtel-de-Ville, d’accéder à la terrasse de Saint-Germain par une porte faisant communiquer cette terrasse avec la passerelle d’un ascenseur construit sur le coteau du Pecq, est révoquée.
M. le secrétaire général de la préfecture, M. le directeur des Domaines, M. l’architecte chargé de la conservation du château et des parcs du domaine de Saint-Germain sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté.
Fait à Versailles, le 12 juin 1900
Poirson »

Ministère de l'Instruction publique

Aspect des fouilles de Garin

Croquis de l'aspect des fouilles menées sur le site de Garin, le document est daté du 2 octobre 1873 et signé par Alfred Ramé. Dans le coin inférieur droit du document, plan schématique de l'implantation des sépultures.

Commission de Topographie des Gaules

Cahier des charges pour la démolition du pavillon sud-ouest du château de Saint-Germain-en-Laye

« Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts
Direction des Beaux-Arts
Château de Saint-Germain-en-Laye
Démolition du pavillon sud-ouest
Cahier des charges particulières
Article premier
La démolition du pavillon sud-ouest, teintée en jaune au plan ci-annexé, sera faite depuis le sommet jusqu’au sol du rez-de-chaussée, avec conservation des murs extérieurs dans la hauteur du rez-de-chaussée et de l’entresol jusqu’au niveau du lit de dessous de l’assise de scellement des consoles en fer forgé du balcon du 1er étage.
Article 2
Tous les matériaux de démolition resteront la propriété de l’Etat. Le démolisseur aura la charge de les mettre en dépôt dans les fossés et dans les caves du château, aux endroits désignés par l’architecte, et aussi dans l’ancien chantier des tailleurs de pierres au-dessus du fossé est, dans la partie comprise entre la portion cultivée et le chemin du chantier, et d’enlever les gravois sans que des remblais d’aucune sorte puissent être faits dans les fossés du château. Le démolisseur devra s’être rendu compte de l’état du bâtiment à démolir. Il le prendra tel quel, sans pouvoir produire de réclamations quelconques.
Article 3
Le démolisseur sera responsable de tous les dégâts et accidents qui pourront se produire par son fait et celui de ses ouvriers, et devra en conséquence prendre au préalable et en cours de sa démolition toutes les précautions utiles à l’exception des étaiements.
Article 4
Le démolisseur devra transporter tous les gravois provenant de la démolition sur les parterres, au lieu dit « l’esplanade du château », en passant par le pont de service dont il sera parlé plus loin, et en entrant sur les parterres par la place du château.
Article 5
Le démolisseur aura la charge de construire un pont de service au-dessus du fossé du côté de la place Thiers pour sortir ses gravois. L’utilisation des fossés lui étant interdite pour cet objet, il devra également établir une palissade de protection au pourtour utile du pavillon à démolir, afin de ne pas entraver la continuation du travail de restauration du château.
Article 6
Le démolisseur devra exécuter son travail (démolitions, enlèvement des gravois et mise en dépôt et rangement des matériaux) dans le délai de cinq mois à compter du jour où l’architecte lui aura donné l’ordre de l’entreprendre, sous peine d’une retenue de cinquante francs par chaque jour de retard constaté.
Article 7
Le démolisseur devra être en permanence sur le chantier ou y établir un chef ouvrier qui le représentera, pour recevoir et faire exécuter les ordres de l’architecte. Sur avis de ce dernier, il devra renvoyer du chantier les ouvriers, charretiers etc. qui par insubordination, maladresse ou mauvaise conduite troubleraient l’exécution des travaux.
Article 8
En ce qui concerne les objets pouvant présenter quelque intérêt ou quelque valeur qui pourraient être trouvés au cours de la démolition, l’Etat s’en réserve la propriété dans les conditions indiquées à l’article 23 du cahier des conditions générales des Bâtiments civils et des Palais nationaux.
Article 9
Le démolisseur devra verser à la Caisse des dépôts et consignations un cautionnement de cinq cents francs (500 f.) avant le dépôt de sa soumission. Le récépissé de ce cautionnement devra être joint à sa soumission. L’adjudicataire sera tenu de payer les frais de l’adjudication suivant l’usage.
Article 10
Le remboursement du cautionnement aura lieu sur demande de l’entrepreneur après la certification de l’architecte que l’opération est terminée dans les conditions indiquées dans le présent cahier des charges particulières.
Il est expressément expliqué que l’entrepreneur reste soumis aux prescriptions du cahier des conditions générales applicables aux travaux des Bâtiments civils et des Palais nationaux en date du 31 janvier 1900, en tout ce à quoi il n’est pas formellement dérogé par les présentes clauses.
L’adjudicataire s’engage à appliquer aux travaux dont il s’agit les dispositions du décret du 10 août 1899 sur les conditions du travail dans les marchés passés au nom de l’Etat.
Le présent cahier des charges particulières dressé par le soussigné, architecte du château de Saint-Germain.
Saint-Germain-en-Laye, le 10 novembre 1900
Daumet
Vu et approuvé
Paris, le 18 décembre 1900
Le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts
Pour le ministre et par autorisation
Le directeur des Beaux-Arts, membre de l’Institut
Roujon »

Ministère de l'Instruction publique

Camps de César à Gergovie

Planche présentant des plans et coupes des camps de César et du plateau de Gergovie ainsi qu'une vue en couleur du plateau de Gergovie prise depuis la Tour de la Roche-Blanche, tirée de l'Histoire de Jules César par Napoléon III, gravée par Erhard Schieble et imprimée à l'Imprimerie Impériale.

Commission de Topographie des Gaules

Carte archéologique du département du Tarn aux époques glaciaire, anté-historique, gauloise, romaine, visigothe et franque

Carte dressée pour l'empereur Napoléon III par Mr Alfred Caraven, naturaliste, correspondant du ministère de l'Instruction publique, attaché à la Commission de Topographie des Gaules, membre et lauréat de plusieurs académies et sociétés savantes à Castres (Tarn).

Commission de Topographie des Gaules

Carte d'implantation des vestiges mégalithiques pour le canton d'Auray

Carte réalisée par Louis Galles, cousin de René Galles (directeur du musée départemental d'archéologie du Morbihan et membre de la CTG) et présentant l'emplacement des différents mégalithes relevés sur le territoire du canton d'Auray. L'ensemble se compose de deux cartes (canton d'Auray et canton de Quiberon) ainsi que des fiches numérotées réalisées pour chaque monument par commune.

Commission de Topographie des Gaules

Carte d'implantation des vestiges mégalithiques pour le canton de Quiberon

Carte réalisée par Louis Galles, cousin de René Galles (directeur du musée départemental d'archéologie du Morbihan et membre de la CTG) et présentant l'emplacement des différents mégalithes relevés sur le territoire du canton de Quiberon. L'ensemble se compose de deux cartes (canton d'Auray et canton de Quiberon) ainsi que de fiches numérotées réalisées pour chaque monument par commune.

Commission de Topographie des Gaules

Carte des bornes milliaires

Carte des bornes milliaires réalisée en 1878 par Héron de Villefosse, elle semble être le point d'aboutissement de l'axe épigraphique dans les recherches de topographie et de géographie historique prévues initialement par la Commission.

Commission de Topographie des Gaules

Résultats 1 à 50 sur 682