Affichage de 7347 résultats

Description archivistique
Pièce
Aperçu avant impression Affichage :

3700 résultats avec objets numériques Afficher les résultats avec des objets numériques

Lettre concernant les salles réclamées par le musée de Saint-Germain-en-Laye

« Ministère des Travaux publics
Direction des Bâtiments civils et des palais nationaux
Paris, le 3 mai 1879
Le ministre à monsieur le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts
Monsieur le Ministre et cher collègue,
Par la lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’adresser le 28 avril, vous me rappelez qu’à la date du 24 janvier dernier, votre prédécesseur m’a demandé de prescrire les mesures nécessaires pour livrer au musée du château de Saint-Germain cinq grandes salles et deux petites composant l’angle nord-est du dit palais, afin d’y exposer les nombreuses antiquités qu’on n’a pu mettre encore sous les yeux du public, faute d’emplacement, et vous exprimez le désir d’être renseigné sur la suite donnée à cette affaire.
J’ai l’honneur de vous faire connaître, M. le Ministre et cher collègue, que dès le 6 février, j’ai saisi de cette demande M. l’architecte du château de Saint-Germain en l’invitant à m’adresser un devis de la dépense nécessaire pour cette installation.
En l’absence de M. Millet, déjà éloigné de son porte pour cause de maladie, son inspecteur m’a adressé un rapport où il m’exposait que l’appropriation des salles réclamées par M. le directeur du musée gallo-romain amènerait forcément l’appropriation d’autres localités en communication directe avec elles et qu’en résumé, il fallait fournir la disposition de 12 salles dont la dépense en travaux et objets mobiliers devait être évaluée à 65000.
En présence d’une dépense aussi élevée, comparée à l’ensemble du crédit affecté aux travaux de restauration de l’édifice, l’architecte a demandé à M. le directeur d musée s’il ne serait pas possible de livrer seulement une partie des salles et s’ajourner la livraison des autres.
Cette combinaison a paru la meilleure et, d’accord avec ce fonctionnaire, il a été convenu que l’on exécuterait seulement cette année les parties les plus nécessaires au développement des collections.
En présence de cette situation, j’ai l’honneur de vous faire connaître, M. le Ministre et cher collègue, que j’ai compris le château de Saint-Germain pour une somme de 130000 f. dans la répartition du crédit affectée, en 1879, aux travaux de grosses réparations des Bâtiments civils et que j’ai décidé que, sur cette allocation, une somme de 30000 serait spécialement employée à l’aménagement des localités instamment réclamées par l’administration du musée.
J’ai donné des instructions à cet égard à M. Lafollye, architecte du château de Saint-Germain, et ces travaux seront entrepris très prochainement.
Veuillez agréer etc. »

Ministère des Travaux publics

Lettre concernant l’ouverture de nouvelles salles au musée de Saint-Germain-en-Laye

« Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts
Direction des Musées nationaux
Musée de Saint-Germain
Château de Saint-Germain (Seine-et-Oise), le 8 octobre 1879
Monsieur l’Administrateur,
J’ai l’honneur de vous donner avis, ce dont vous avez du reste pu vous rendre compte à votre dernière visite, que l’installation des nouvelles salles du musée est achevée et que les salles peuvent être livrées au public.
Les salles nouvelles sont au nombre de neuf. Ce sont les premières salles ouvertes depuis l’établissement de la République. Ces salles sont du plus haut intérêt historique. Je serais heureux que cette ouverture se fit avec un caractère officiel. Je m’en remets à vous pour solliciter cette faveur de monsieur le sous-secrétaire d’Etat.
Quelques détails concernant ces salles nouvelles mettront facilement en évidence le succès dont elles sont appelées à jouir auprès non seulement des érudits, mais des artistes et du grand public. J’en ai fait l’expérience en les montrant à plusieurs de nos meilleurs connaisseurs individuellement. Tous leur ont donné leur entière approbation. Je puis vous citer entre autres notre grand historien Henri Martin qui, à deux reprises, les a examinées avec le plus grand soin. MM. de Saulcy, Charles Robert et Ernest Desjardins, membres de l’Académie des Inscriptions et belles lettres, monsieur Massenet, membre de l’Académie des Beaux-Arts, plusieurs sénateurs et députés et la plupart des membres de la Société des Antiquaires de France et du comité des Sociétés savantes. L’impression faite sur les savants étrangers auxquels j’en ai donné l’accès n’a pas été moins favorable.
Le musée de Saint-Germain, vous le savez, Monsieur l’Administrateur, a pour but « de centraliser tous les documents relatifs à l’histoire des races diverses ayant successivement occupé le territoire de la Gaule (de l’océan au Rhin) depuis les temps les plus reculés jusqu’à Charlemagne » (programme de la commission d’organisation arrêté en 1866).
Ce large programme a été suivi à la lettre et le musée mérite réellement aujourd’hui le titre qu’il porte : Musée des Antiquités nationales.
Le musée achevé contiendra quarante-quatre salles, neuf au rez-de-chaussée, trente-cinq aux trois étages supérieurs. Chacune de ces salles a déjà reçu, dans un plan logiquement conçu, sa destination définitive. Le plan photographié annexé au présent rapport indique avec un numéro d’ordre le gendre d’antiquités que chaque salle doit contenir.
Sur ces quarante-quatre salles, onze ont été ouvertes en 1867. Il s’agit, ainsi que je l’ai dit plus haut, d’en inaugurer neuf nouvelles et de porter par conséquent à vingt les salles publiques.
Les antiquités déposées dans les anciennes salles représentaient la période de notre histoire antérieure à l’introduction du fer en Gaule, antérieure par conséquent à l’arrivée des Gaulois sur la rive gauche du Rhin.
Les neuf salles à inaugurer mettent sous nos yeux ce que l’archéologie peut nous apprendre touchant les Celtes et les Gaulois de l’histoire, depuis le septième siècle environ avant notre ère, jusqu’au troisième siècle environ après Jésus-Christ, c’est-à-dire pendant une période de dix siècles (une salle provisoire contient ce que nous possédons d’antiquités franques ou mérovingiennes, je ne parle que des salles définitivement classées).
Permettez-moi de caractériser en quelques mots l’originalité de ces nouvelles salles. Je suivrai l’ordre chronologique conformément au plan annexé.
Deuxième étage, salle VI (salle ancienne entièrement remaniée)
Cette salle contient les armes, bijoux, ustensiles retirés des tumulus funéraires gaulois de la plus ancienne époque. Un certain nombre de ces tombes contenaient des vases et bijoux étrusques, datés par leur style. Ces objets d’aspect étranger sont les authentiques témoins des grandes expéditions de nos pères en Italie et jusqu’à Rome. Les armes, et en particulier l’épée de fer, en fer mou, de grande dimension et à pointe mousse, répond parfaitement à la description que nous a laissée Polybe de la primitive épée gauloise, l’épée des compagnons de Brennus.
Deuxième étage (suite), salle VII
La salle VII renferme le résultat de fouilles faites par le gouvernement et par des particuliers dans près de cinquante cimetières gaulois des départements des Ardennes, de l’Aube et surtout de la Marne. Ces antiquités représentent les populations de la Belgique de César, un siècle ou deux avant la conquête. Les Gaulois ont à cette époque abandonné la grande épée pour adopter la petite épée ibérique à pointe aigue. Ils portent le sagum ou plaid écossais, sont armés du grand bouclier à umbo très proéminent. Le fameux torque, décoration militaire, se trouve dans presque toutes les tombes. La céramique funéraire est à cette époque très développée.
Les vitrines de la salle VII contiennent :
Une centaine d’épées et poignards en fer
Une centaine de torques
Deux cents fibules en bronze ou en fer (agrafes destinées au sagum)
Une centaine de lances en fer
Une vingtaine d’umbo de boucliers
Des chaînes en bronze et en fer pour suspendre les épées
Plus de quatre cents vases en terre d’un type très original
A cette époque, les Gaulois combattent encore sur des chars. Une grande vitrine contient les débris de ces chars de combat.
(Les salles VIII, IX, X, XI, XII en organisation et dont deux (salles VII et IX) pourront être ouvertes cet hiver contiendront des représentations complètes de quelques-unes de ces tombes et entr’autres la tombe d’un guerrier couché en terre sur son char et entouré de tous les débris du cher et des harnois.)
Descendons au premier étage, salle XIII (siège d’Alise)
Avec la salle XIII, nous touchons à la période gallo-romaine. Cette salle pourrait s’appeler la salle de la Conquête. Elle contient d’un côté :
1° Un grand plan en relief d’Alesia sur lequel sont marqués les travaux exécutés par César autour de cet oppidum.
2° Une reproduction à petite échelle de ces divers travaux.
3° Un plan d’Avaricum (Bourges) avec représentation des travaux d’approche exécutés par César.
4° Un fac-similé en petit du pont du Rhin d’après les Commentaires.
5° Une série d’antiquités, épées, pilum romain, lances romaines et gaulois, casque gaulois, umbo de boucliers gaulois et romains provenant des fouilles exécutées sur l’emplacement du camp de César sous Alésia.
6° Six cents monnaies consulaires et gauloises trouvées dans les fossés d’Alésia. La plus récente est de deux ans avant le siège. Plusieurs portent le nom de chefs gaulois. L’une en or est une monnaie de Vercingétorix.
7° Le fameux vase d’argent de travail grec trouvé sur l’emplacement du camp de César.
8° Un fac-similé du mur gaulois de Murcens (Lot) entièrement conforme à la description faite par César du mur gaulois d’Avaricum (Bourges).
9° Série de vitrines contenant les armes et objets découverts dans divers oppidum de l’époque de la conquête, entre autres le mont Beuvray (Bibracte des Commentaires), le Puy d’Ussolu (Lot), Borioles (Meuse) etc.
Ces vitrines nous donnent une idée exacte de ce qu’était la civilisation gauloise au temps de César.
10° Vitrine très intéressante renfermant une série de creusets, outils etc. concernant l’émaillerie gauloise. Ces objets ont été recueillis par M. Balliot dans divers ateliers du faubourg antique de Bibracte. Des monnaies datent les vestiges de notre plus ancienne industrie, qui était contemporaine de la conquête de César.
A l’entrée de la salle se trouve un soldat romain, tout armé, de grandeur naturelle, restauré d’après des documents historiques et archéologiques certains.
(Les salles suivantes XIV, XV et XVI renfermeront tout ce qui a trait à l’art en Gaule à l’époque romaine. Les salles XIV et XV contiendront la céramique, la verrerie et des statuettes gallo-romaines. Elles pourront être ouvertes à la fin de l’hiver.]
Il convient maintenant de descentes au rez-de-chaussée, salles A et B.
Les salles A et B (rez-de-chaussée) sont consacrées aux moulages de l’arc d’Orange et à la mosaïque d’Autun.
Ces salles sont de celles qui sont appelées à avoir le plus de succès. Les artistes y trouveront, en effet, reproduits avec un réalisme complet, tous les détails du costume militaire gaulois, au commencement de l’ère chrétienne. L’arc est daté de l’an 21 de Tibère. Tous les détails ont été surmoulés afin qu’ils frappent plus facilement les yeux. Le peintre ou le sculpteur y trouveront :
1° Le casque à cornes.
2° Le long bouclier avec ornements en métal.
3° Le sanglier-enseigne.
4° Le casque ou trompette gauloise à gueule d’animal.
5° Les braies gauloises.
6° Le sagum gaulois.
7° La selle gauloise avec toutes ses lanières.
8° Des lances flamboyantes dont parle Diodore de Sicile.
Et mille autres détails.
Le médaillon du Bellérophon nouvellement restauré et du plus bel effet au milieu de la salle.
En remontant à l’entresol, nous reprenons la série des salles gallo-romaines, salles XVII, XVIII, XIX, XX, XXI et XXII
Nous voyons dans ces salles se développer toute la civilisation importée en Gaule par la conquête.
Salle XVII, bornes milliaires
Celle salle contient une carte des voies romaines à grande échelle et des représentations grandeur nature des diverses formes de bornes milliaires usitées d’Auguste à Valentinien III, de l’an 3 av. J.-C. à l’an 417 après l’ère chrétienne.
Un meuble à volet contiendra une copie (demi-grandeur) de toutes les inscriptions concernant les bornes milliaires de la Gaule.
Salle XVIII
Les Romains ont laissé en Gaule un grand nombre d’inscriptions portant le nom des civitates (cités), pagi (bourg), viri (villages) ainsi que des colonies et municipes de la Gaule.
La salle XVIII contient en originaux, moulages et facsimilé peints tous les monuments de ce genre qui ont pu être recueillis.
La salle XIX est consacrée à la mythologie gauloise. Cette salle (une de nos plus grandes salles) ne suffit déjà plus à contenir les monuments de ce genre réunis au musée. Les documents contenus dans cette salle sont pour la plupart nouveaux et du plus grand prix, je veux dire de la plus grande valeur historique.
Après l’écrasement du druidisme sous Tibère et Claude, surgissent sur toute la surface du pays une foule de divinités locales, chantées seulement jusque-là (puisque les druides n’admettaient pas les représentations figurées de la divinité) et qui tout à coup prennent corps avec les attributs les plus divers. Des inscriptions nous indiquent le nom topique de la plupart de ces divinités.
Les auteurs anciens ne nous ont rien dit de la majorité de ces divinités. Les renseignements que nous recueillons dans cette salle sont donc des plus précieux. On le comprendra facilement quand je dirai qu’il y rencontre :
10 divinités tricéphales inconnues jusqu’ici,
4 divinités aux jambes croisées à la manière du Bouddha indien, dont une portant de grandes cornes comme le Cernunnos des autels de Notre-Dame-du-Gars,
Une quinzaine de divinités des sources thermales, au nombre desquelles les Borvo des eaux de Bourbon-l’Archambault, Bourbon-Lancy etc., le Lixovius des eaux de Luchon,
Six Epona, déesse des chevaux,
Trois Serona, déesse gauloise associée à Apollon comme Diane lui est associée dans la mythologie romaine,
Dix Rosmerta, déesse associée à Mercure, inconnue aux mythologies gréco-romaines,
Une déesse Bœserte, déesse topique de la vallée de Baserte dans les Pyrénées.
Apollon et Mars nous apparaissent dans cette salle avec divers surnoms locaux très significatifs Mars Caturix, Mars Leheren, Mars Harixir, Mars Virituis etc., Apollo-Grannus, Apollo-Belenus, Apollo-Toutiorix, Apollo-Verotulus, Apollo-Coblectivanus etc.
C’est toute la mythologie gauloise qui sort de terre.
Salle XX
La politique romaine ne laissait pas seulement aux Gaulois soumis la plus grande liberté dans le développement de leurs cultes locaux, elle ne craignait pas d’enrôler les Gaulois dans les légions, où ils formaient en particulier plusieurs escadrons de cavalerie. Les Gaulois, dont beaucoup servaient dans les légions établies à demeure en Gaule, se faisaient volontiers enterrer dans leur ville natale. Nous possédons une série de tombes de légionnaires où, au-dessus de l’épitaphe, figure un bas-relief représentant le guerrier tout armé.
Ces tombes d’un si grand intérêt pour nous ont été toutes montées et figurent dans la salle XX.
Un meuble à volet et des cadres suspendus tout autour de la salle donnent les inscriptions funéraires des légionnaires dont les tombes ne méritaient pas d’être reproduites en entier.
Une annexe de la salle XX (le couloir) donne des spécimens des divers modes d’ensevelissement par incinération.
La salle XXII (la salle XXI est sombre et servira de dépôt), la salle XXII, dis-je, qui sera ouverte cet hiver, offrira un plus grand aliment encore à la curiosité. Elle contiendra le moulage de toutes les stèles et figurines des costumes gaulois et des représentations de métiers. Cette série est prête et déjà déposée dans la salle, dont l’architecte va s’occuper immédiatement (l’architecte du château est chargé de la décoration et du mobilier des salles).
Je suis obligé de m’arrêter. Je crains même d’avoir été déjà trop long. Je n’ai fait cependant qu’effleurer le sujet. Une seule dalle de [la] salle de l’arc d’Orange vient de fournir à M. de Saulcy la matière de deux articles destinés au Journal des savants et actuellement à l’impression. L’étude particulière de chaque dalle pourrait être l’objet d’articles aussi étendus.
Il est temps, je crois, que notre magnifique musée soit mis un peu plus en évidence. Son éloignement de Paris doit nous faire désirer un patronage plus actif de l’autorité et de la presse. Je remets, Monsieur l’Administrateur, entre vos mains dévouées nos intérêts qui sont ceux de la science.
Veuillez agréer, Monsieur l’Administrateur, l’expression de mes sentiments respectueux et dévoués.
Alexandre Bertrand »

Ministère des Travaux publics

Lettre concernant l’aménagement d’une nouvelle voie de chemin de fer dans les parterres de Saint-Germain-en-Laye

« Ministère des Travaux publics
Direction des Bâtiments civils et des Palais nationaux
Bureau de l’architecte
Saint-Germain-en-Laye, le 11 octobre 1879
A monsieur le ministre des Travaux publics
Monsieur le Ministre,
J’ai l’honneur de vous informer que l’ingénieur de la compagnie des chemins de fer de l’ouest vient de faire des relevés dans le parterre de Saint-Germain.
Ces relevés sont relatifs au tracé d’une voie destinée à relier la gare de Saint-Germain au chemin de fer de grande communication.
Le projet donné par la compagnie, déposé à la préfecture de Versailles, comporte de profondes modifications dans la direction du tunnel et des abords de la gare.
J’ai cru devoir prévenir Monsieur le Ministre de ces faits, afin que le projet ne puisse avoir de suite sans que votre administration en soit régulièrement saisie, qu’elle puisse connaître les parties du Domaine qui sont affectées, et pouvoir ainsi présenter les observations auxquelles l’intérêt du Domaine pourraient donner lieu.
Déjà, lors du premier établissement, on a placé la gare trop près du château, on a retiré ainsi à l’entrée des parterres sur la ville toute son importance, on a encore commis une faute en ne forçant pas la compagnie à couvrir le quai de droite comme elle l’a fait pour le quai de gauche ; la gare eût été dans l’alignement du mur de soutènnement et l’on eut ainsi évité un décrochement qui gêne la circulation, le long de la gare.
Pénétré qu’il était de toute nécessité que le projet dressé par la compagnie soit communiqué à votre administration, j’ai cru devoir mettre Monsieur le Ministre au courant de ces faits, afin qu’il puisse prendre les mesures qu’il jugera convenable.
Je suis avec un profond respect, Monsieur le Ministre, votre dévoué serviteur.
A. Lafollye »

Ministère des Travaux publics

Lettre concernant des travaux à opérer à la gare du chemin de fer dans les parterres de Saint-Germain-en-Laye

« Ministère des Travaux publics
Direction des Bâtiments civils et des Palais nationaux
Château de Saint-Germain-en-Laye
Bureau de l’architecte
Saint-Germain-en-Laye, le [29] décembre 1884
A monsieur le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts
Monsieur le Ministre,
Par votre dépêche du 11 courant, vous avez bien voulu me demander de vous faire connaître les observations que j’avais à présenter sur les renseignements recueillis par monsieur le ministre des Travaux publics au sujet de l’encoche que fait actuellement la gare du chemin de fer sur le parterre de Saint-Germain, ainsi que sur l’utilité de la modification qu’on propose d’apporter dès à présent à la bordure du parterre et à celle du trottoir.
Je n’avais pas connaissance de la décision ministérielle du 23 janvier 1853 déliant la compagnie, comme le dit monsieur le ministre des Travaux publics, de la servitude du recouvrement de l’encoche. Cette décision ne figure pas dans notre dossier et je pense qu’il serait utile d’en recevoir une copie du ministère des Travaux publics.
L’existence de cette pièce tranche la question. Ainsi, le 24 mai 1845, M. de Montalivet, intendant général de la Liste civile, insiste vivement dans sa lettre au préfet de Seine-et-Oise sur la stricte observation des conditions imposées à la compagnie du chemin de fer à propos de l’établissement de la gare sur le parterre. Il ajoute que les modifications par lui réclamées se trouvent indiquées sur le plan officiel du 8 avril 1845 portant sa signature et celle de M. Pereire, directeur de la compagnie. La légende de ce plan indique l’encoche dont il s’agit comme surface concédée en souterrain et non pas en tranchée ouverte à ciel découvert, ainsi que le reste de la gare. Il n’y a donc pas d’équivoque possible. On accorde bien à la compagnie la jouissance du dessous et non pas celle du dessus.
Et cependant, huit ans plus tard, une décision ministérielle intervient qui transforme la concession faite comme partie souterraine en concession faite pour tranchée à ciel découvert, et cette décision ministérielle parait déterminée par un avis favorable du conseil municipal de Saint-Germain, ignorant alors des véritables intérêts de la Ville et de l’Etat, et qui, trente ans plus tard, instruit par l’expérience, revient sur une approbation trop légèrement donnée et demande qu’on profite des travaux à exécuter à la gare pour supprimer l’empiètement commis sur la promenade en 1853.
Su les termes de la décision ministérielle de cette époque sont suffisamment catégoriques, il n’y a plus à discuter aujourd’hui sur la question de droit. Il ne reste plus qu’à examiner le genre de travaux que la compagnie se proposerait d’exécuter pour donner satisfaction à la réclamation qui lui est adressée.
Dans sa lettre du 3 décembre dernier, monsieur le ministre des Travaux publics est d’avis qu’il y aurait lieu d’ajourner le recouvrement de l’encoche jusqu’à l’adoption définitive des dispositions proposées pour la gare transformée, et il ajoute qu’« il semble d’ailleurs facile de réaliser immédiatement et à peu de frais une amélioration qui atténuerait l’irrégularité formée par le mur du chemin de fer au moyen d’une simple rectification de la bordure actuelle du parterre ».
N’ayant sous les yeux aucun projet relatif à l’amélioration dont il est parlé ci-dessus, il ne m’est pas possible d’émettre un avis à cet égard. J’ajouterai que jusqu’à présent, je n’aperçois par la possibilité de la réaliser. S’il fallait pour cela empiéter encore sur les massifs du parterre déjà clos et plantés, la solution serait absolument inadmissible. Je comprends qu’on les agrandisse, mais non pas qu’on les diminue.
Il me parait donc prudent, dans l’incertitude où l’on se trouve, d’attendre que la compagnie exécute ses travaux définitifs, pourvu qu’elle soit informée par monsieur le ministre des Travaux publics qu’elle devra prendre les dispositions nécessaires pour rétablir les choses dans l’état où elles se trouvaient avant la décision ministérielle du 23 janvier 1853 et qu’en outre les projets de la compagnie seront soumis, avant leur exécution, à la direction des Bâtiments civils et des Palais nationaux, afin d’éviter tout malentendu pour l’avenir.
En ce qui concerne la dépense, il ne serait pas juste de faire payer à la ville de Saint-Germain le rétablissement complet du trottoir au-dessus de l’encoche après l’avoir privée pendant trente ans d’une partie de sa promenade. Dans tous les cas, le but principal qu’on se propose est d’obtenir la rectification de l’encoche, sous réserve plus tard, quand on connaitra exactement le travail à exécuter et la dépense à faire, de répartir celle-ci entre l’Etat, la compagnie du chemin de fer et la ville de Saint-Germain. Et je crois utile d’avertir celle-ci dès à présent de la situation qui lui a été faite par le vote émis le 12 novembre 1852 par son conseil municipal.
Je suis avec un profond respect, Monsieur le Ministre, votre très dévoué serviteur.
A. Lafollye »

Ministère des Travaux publics

Procès-verbal d’une séance du conseil général des Bâtiments civils concernant les travaux à mener au château de Saint-Germain-en-Laye

« M. Questel, inspecteur général, a la parole pour la lecture de son rapport sur les projets dressés par M. Lafollye, architecte, ayant pour objet : le premier de modifier et de compléter les dispositions prises par M. Millet, son prédécesseur, pour l’installation de la bibliothèque et celle du logement du conservateur du musée, le second la construction de l’entrée primitive de la chapelle et de la verrière placée au-dessus de la porte, côté de la cour.
Plaçant sous les yeux du conseil les plans anciennement dressés par M. Millet et ceux de M. Lafollye, M. Questel donne communication du rapport rédigé par ce dernier architecte à l’appui de son projet et accompagne cette lecture e toutes les explications propres à aider le conseil dans son travail de comparaison et d’appréciation.
Le premier projet de M. Lafollye ne soulève aucune critique et le conseil serait tout disposé à l’adopter préférablement à celui de M. Millet, mais le 2e projet ne se présente pas dans les mêmes conditions : la dépense de son exécution doit être partagée par le ministère des Beaux-Arts aussi, se réunissant à l’opinion de son rapporteur, le conseil pense-t-il qu’il ne pourrait être pris de décision que lorsque l’on aurait fait sur place un examen auquel serait conviée d’assister une délégation des archives des Monuments historiques essentiellement intéressés dans la question.
En conséquence, le conseil ajourne son avis sur l’ensemble des travaux à exécuter jusqu’après sa visite au château de Saint-Germain. »

Ministère des Travaux publics