Fonds 2020001 - Fonds Ernest Chantre

Open original Objet numérique

Zone d'identification

Cote

2020001

Titre

Fonds Ernest Chantre

Date(s)

  • 1871-1918 (Production)

Niveau de description

Fonds

Étendue matérielle et support

6,15 ml.

  • 34 « cartons-tiroirs » ;
  • 3 ouvrages reliés ;
  • 2 ouvrages non-reliés dans un carton ;
  • 8 couvertures d'ouvrages.

Zone du contexte

Nom du producteur

(1843 - 1924)

Notice biographique

Benoît Jean Paul Ernest Chantre est né le 13 janvier 1843 à La Guillotière (Rhône). Fils d'un courtier de commerce, il est licencié en Sciences à la faculté de Lyon quand il se passionne pour la préhistoire, et pour les différents sites archéologiques dans la région du Rhône. Il mène des recherches sur les âges du Bronze et du Fer, et sur les origines de la métallurgie dans sa région natale et dans les stations lacustres helvétiques. Sous l'influence du professeur Broca, il se dirige vers une étude anthropologique plus large, et propose dans les années 1870 le terme de « paléo-ethnologie » afin de tendre à une compréhension plus globale de l'évolution de l'humanité. Au début de l'année 1870, il est nommé correspondant de la Commission de Topographie des Gaules (CTG), pour le département du Rhône. Il publie en 1871 son premier ouvrage scientifique, Les Palafittes ou constructions lacustres du lac de Paladru (station des Grands-Roseaux), à la suite d'une mission de fouilles officielles de la CTG, et dont il livre les résultats archéologiques au musée des Antiquités nationales. En 1873, il devient co-éditeur avec son ami Émile Cartailhac de la revue Matériaux pour l'histoire primitive et naturelle de l'Homme, fondée par Gabriel de Mortillet en 1864. Jusqu'en 1888, il participe à la publication de quinze volumes de la revue. Ses premiers pas dans l'édition permettent de l'ancrer durablement dans le paysage scientifique de l'archéologie préhistorique. Il est élu secrétaire aux différents congrès internationaux d'anthropologie et d'archéologie préhistorique : à Copenhague en 1869, à Bologne en 1871, à Stockholm en 1874 ou encore à Budapest en 1876. Cette reconnaissance à l'échelle européenne est simultanée à son insertion dans le paysage scientifique lyonnais.
Alors qu'il est devenu attaché au Muséum d'Histoire naturelle de Lyon (MHNL) en 1871, il en devient sous-directeur en 1877, et ce jusqu'en 1910. Il marque la ville de Lyon par l'implantation de la discipline anthropologique, encore nouvelle dans cette région. Il créé au MHNL en 1874 un « Laboratoire d'anthropologie », le premier de la ville grâce au soutien financier de ses collègues de l'Association française pour l'Avancement des Sciences (AFAS) ainsi qu'à l'enthousiasme de Paul Broca pour ses projets scientifiques. Puis, il propose d'offrir à la municipalité lyonnaise sa collection personnelle, à la condition d'ouvrir une galerie dédiée spécifiquement aux sciences anthropologiques. Lors de son inauguration en 1878, Broca propose dans son discours d'invité d'honneur d'intégrer un enseignement public de l'anthropologie. La ville de Lyon fait alors entrer la discipline dans les cours municipaux, et en confie la responsabilité à Ernest Chantre. Cet engouement populaire connaît des réserves dans le monde universitaire lyonnais. L'anthropologie n'entre pas dans les programmes de la faculté. Jules Ferry, alors ministre de l'Instruction publique et sûrement convaincu par Paul Broca, organise officiellement l'enseignement de l'Anthropologie qui est finalement intégrée à la faculté des Sciences. Le nouveau poste est alors confié à Ernest Chantre en 1881. Onze ans plus tard, l'anthropologie est rattachée à la chaire de géologie, et devient l'ethnologie. En 1901, sa place dans les cursus universitaires est enfin reconnue : le doyen de la faculté des Sciences rend la discipline obligatoire pour la licence en Sciences, au même titre que la stratigraphie et la paléontologie, et c'est à Ernest Chantre de s'occuper de ce cours jusqu'en 1908. Enfin, il est reconnu officiellement par les instances scientifiques et universitaires en 1901, lorsqu'il devient docteur ès Sciences naturelles, à l'université de Lyon.
Fort de ces réussites sur les programmes universitaires de Sciences, Ernest Chantre fonde dans les années 1880 une Société d'Anthropologie lyonnaise, sur le modèle parisien de Paul Broca de 1859. Il est nommé secrétaire général de la société tandis que le Dr Paulet, professeur de la faculté de Médecine en devient le président. Avec cette société anthropologique, les savants tendent à une étude exhaustive de l'Homme, et de son évolution à divers points de vue. Ils intègrent ainsi la biologie, la zoologie, l'ethnographie et l'ethnologie, et jouent sur l'interdisciplinarité, notamment avec la linguistique, la géographie et surtout l'archéologie. Un bulletin annuel est publié, auquel participe activement Ernest Chantre, comme secrétaire mais aussi et surtout comme chercheur.
Ses activités dans la Société d'Anthropologie de Lyon s'intègrent dans un réseau de sociétés et d'associations régionale et nationales. Il est l'un des membres fondateurs de la Société géographique de Lyon en 1873, ou encore un membre de la Société linéenne de Lyon et devient son président d'honneur en 1922. Il intègre l'Académie des sciences, des belles-lettres et des arts de Lyon comme membre en 1872, puis le Comité des travaux historiques et scientifiques comme membre non-résident de 1891 à 1922. À cette dernière date, il devient membre correspondant de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, distinction qui couronne sa carrière.
Ces différentes sociétés et académies lui offrent la possibilité de publier et de se faire connaître : en 1904, il devient l'un des membres fondateurs de la Société préhistorique française, aboutissement d'une longue carrière de recherches sur la préhistoire française, mais aussi européenne. Son parcours scientifique s'incarne certes dans ses publications mais aussi et surtout dans ses dons d'objets archéologiques, résultat de ses fouilles en France et dans le Caucase notamment, à diverses grandes institutions muséales. Outre le MHNL de Lyon, son établissement de prédilection, il entretient de nombreux rapports avec le musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye auquel il donne de nombreux objets, à titre personnel ou en tant que correspondant de la CTG.
Ernest Chantre est également connu pour sa méthodologie scientifique : il promeut une démarche comparatiste, afin de mettre en place une méthode scientifique universelle. Il participe à partir des années 1870 à la refonte de la cartographie archéologique pour laquelle il soutient en 1874, au congrès d'Anthropologie et de Préhistoire de Stockholm, une Légende internationale pour les cartes préhistoriques, qui est adoptée par les préhistoriens européens. Il met en application cette légende cartographique dédiée à l'archéologie, dans son Atlas des sites archéologiques des différents départements français, qu'il réalise dans les années 1880, alors qu'il est membre de la Sous-commission d'inventaire des monuments mégalithiques et des blocs erratiques de la France et de l'Algérie. Créée en 1879 et présidée par Henri Martin, cette Sous-commission est rattachée à la Commission des monuments historiques. Les dix membres de cette Sous-commission se sont réparti différentes régions de France afin de dresser la liste des monuments mégalithiques ; Ernest Chantre se voit donc confier le groupe « sud-ouest ».
Cependant, Ernest Chantre ne se limite pas aux frontières françaises et toujours dans cette visée universelle de comparaison des cultures préhistoriques, il débute dès les années 1870 une longue série de voyages à l'étranger. Ses nombreuses pérégrinations sont pour la plupart réalisés sur ses deniers personnels, avant de bénéficier ponctuellement des financements et des ordres de missions de la Commission des voyages et des missions du ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts au début des années 1880. Ernest Chantre parcourt l'Europe, en commençant par la Grèce et la Turquie en 1873. En 1879, il participe au congrès d'Anthropologie en Russie et s'intéresse aux fouilles réalisées dans le Caucase. Il obtient alors du ministère les fonds nécessaires pour retourner deux ans plus tard dans le Caucase et entreprendre des fouilles dans la nécropole de Koban, puis continuer son périple vers l'est, en Transcaucasie, au Kurdistan et en Arménie. En rapportant de nombreux objets (et certaines sépultures de Koban) en France pour le MHNL mais aussi pour le musée des Antiquités nationales, il obtient des lettres de missions de la Commission aux voyages et aux missions, bien qu'il continue de financer lui-même une grande partie de ses déplacements. Il se rend alors en Europe centrale, puis retourne vers l'Est de l'Europe, et se concentre au tout début du XXe siècle sur les terrains égyptiens et nubiens, ainsi que nord-africain. Tous ces voyages et missions donnent lieu à de nombreux articles, dessins et croquis, publiés dans les différentes revues auxquelles il participe, et à des récits plus littéraires écrits par son épouse Bellonie Chantre qui, dès leur mariage en 1886, est de tous ses voyages, non seulement comme secrétaire, mais aussi comme photographe et scientifique.
La chronologie des voyages d'Ernest Chantre révèle que la première partie de ses recherches – des années 1860 à 1880 – se concentre autour du bassin du Rhône, du Dauphiné et de la Suisse. Puis, il élargit ses recherches avec le recensement des différents monuments mégalithiques pour réaliser des statistiques et, à terme un atlas archéologique de la France qui ne sera jamais publié mais donné au musée des Antiquités nationales. Simultanément, il se tourne vers l'Europe centrale et orientale, à la recherche des origines de la métallurgie, grande préoccupation des savants contemporains. En traversant l'Arménie à partir des années 1890, il commence aussi à étudier avec son épouse l'anthropométrie, selon une démarche de comparatisme scientifique.
La fin de sa vie est toutefois marquée par « l'affaire du crâne ». En 1908, cette affaire de plagiat le confronte à son supérieur au MHNL, le directeur Louis Lortet qui jette alors l'opprobre sur les différentes recherches et publications d'Ernest Chantre, et plus particulièrement celles concernant l’Égypte. Il est alors démis de ses fonctions au musée et son poste universitaire est supprimé. Bien qu'il ait obtenu un droit de réponse dans la presse et qu'une partie de la communauté scientifique le soutienne, il est difficile de nier l'ombre que cette affaire a jeté sur la fin de sa carrière, et sur sa postérité. À partir des années 1910 il semble néanmoins organiser sa succession, en donnant notamment au musée des Antiquités nationales une partie de ses travaux sur l'archéologie nationale ainsi qu'une partie de sa bibliothèque personnelle. Il lègue ensuite sa fortune personnelle aux hospices civils de Lyon ; ce qui n'est peut-être pas sans relation avec le fait son épouse était la directrice d'un hôpital dirigé par l'Union des femmes françaises, dont elle était elle-même la présidente à Lyon. Il meurt à Écully (Rhône) le 24 décembre 1924.

Histoire archivistique

Les conditions de l'arrivée du fonds Ernest Chantre au musée d'Archéologie nationale n'est pas encore bien définie. Sur le registre d'entrée de la bibliothèque, le fonds est réparti en deux numéros d'inventaire : « dessins inédits en douze volumes reliés, d'un don de Monsieur Chantre » (BIB 20158) et « un volume relié de 1441 planches avec trente-trois cartons de feuilles volantes » (BIB 20159). Ces deux numéros sont inscrits en octobre 1930, soit six ans après la mort du chercheur. Ils correspondent au fonds conservé au service de Ressources documentaires, puisqu'un tampon du musée a été ponctuellement apposé parmi les douze volumes « reliés ». Néanmoins, ce ne sont pas seulement des ouvrages reliés qui composent ce fonds. Parmi les douze volumes (BIB 20158), on compte deux ouvrages reliés, dédicacés au musée par Ernest Chantre et deux autres volumes dont les planches n'ont pas été reliées, et qui sont décrits comme des « albums de dessins inédits ». Les huit autres volumes sont des dessins, des calques et des croquis ni reliés ni assemblées, mais glissées entre huit couvertures qui portent des noms de périodes pré-historiques. Le volume et les trente-trois cartons inscrits sous le numéro 20159, sont quant à eux bien identifiés et correspondent à la description du registre d'entrée de la bibliothèque.
Selon l'inventaire, ces documents (inscrits en 1930) ont été donnés par Ernest Chantre. En 1918, dans une lettre de ce dernier à Salomon Reinach1 conservateur-directeur du musée des Antiquités nationales (1902-1932), l'archéologue propose de donner au musée des cartons qui regroupent en dossiers ses recherches pour la Carte préhistorique de la France par départements qu'il a renoncé à publier. Grâce à la description de ces dossiers « cartons-tiroirs », ces derniers semblent correspondre au numéro BIB 20159 du registre d'entrée de la bibliothèque. À ces dossiers, Ernest Chantre ajoute divers documents, qui l'ont aidé dans l'établissement de son Atlas. Malgré cette maigre description, on peut supposer que ces documents en question, sont les douze volumes (BIB 20158), qui ont accompagné les cartons-tiroirs d'Ernest Chantre. De plus, dans son catalogue illustré du musée des Antiquités nationales publié en 1921, Salomon Reinach évoque des manuscrits d'Ernest Chantre, conservés parmi ceux d'autres archéologues dans la nouvelle bibliothèque2. Mais il est difficile de déterminer à quoi correspondent réellement ces « manuscrits ». Dans la correspondance d'Ernest Chantre conservée au centre des archives, l'anthropologue demande en 1923 si l'envoi de ces documents est bien arrivé : le terme reste vague, mais le contexte d'après-guerre peut expliquer cet écart de temps. Il est donc fort probable que les documents dont le don et annoncé par Ernest Chantre en 1918, sûrement présents au musée dès 1921, soient ceux inscrits rétrospectivement en 1930 au registre d'entrée de la bibliothèque. Cette date de 1930 inscrit définitivement, et avec description précise, le don de ce fonds dans les collections e la bibliothèque du musée.
À la question de l'arrivée du fonds, s'ajoute celle de l'origine et du statut de ce fonds. Ernest Chantre est un membre de la CTG depuis 1870. Pour la Commission il fouille au lac du Paladru en 1870, mais aussi à Solutré (Saône-et-Loire)3, dont certains objets vont être donnés par la CTG au musée des Antiquités nationales. Son projet d'Atlas est très proche des missions de la CTG puis de la Commission de Géographie historique de l'ancienne France. Néanmoins, nous n'avons trouvé aucune mention du projet d'Atlas d'Ernest Chantre dans les sources consultées. L'anthropologue était aussi un membre actif de la Sous-commission d'inventaire des monuments mégalithiques et des blocs erratiques de la France et de l'Algérie, instituée en 1879. Il s'est occupé du groupe de départements dit « Sud-Ouest ». Ce travail d'inventaire des monuments n'est pas le même que celui réalisé par Chantre entre 1878 et 1882 pour l'Atlas préhistorique. Néanmoins les projets sont proches : il est fort probable que pour l'établissement de cet Atlas de la France préhistorique par départements, il se soit fondé en grande partie sur ses recherches pour la Sous-commission d'inventaire des monuments mégalithiques, et qu'il ait utilisé le même réseau de correspondants, chercheurs, archéologues et conservateurs, dont il donne la liste par département au début de l'ouvrage de 1441 planches (2020001/1). Le fonds Ernest Chantre conservé au musée d'Archéologie nationale, malgré une grande proximité avec ses activités professionnelles au sein de ces commissions, dans l'ambition autant que dans le contenu,serait d'avantage la compilation de plus d'un demi-siècle de fouilles et de recherches sur les sites préhistoriques français et européens. Cet ensemble de planches reliées et ces différents dessins, croquis et calques sont les résultats, hétérogènes, en grande partie non publiés de ses recherches sur la préhistoire et sur la paléoethnologie, constituant un fonds d'archives privées, bien que certains documents puissent être liés à ses activités et ses publications en tant que membre de la Commission de Topographie des Gaules et de la Sous-commission d'inventaire des monuments mégalithiques.

Source immédiate d'acquisition ou de transfert

Le fonds Ernest Chantre est un fonds d'archives privées, entré au musée des Antiquités nationales, aujourd'hui musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye, entre 1918 et 1930, par don du scientifique.

Zone du contenu et de la structure

Portée et contenu

La première partie du fonds inscrite à l'origine sous le numéro d'inventaire BIB 20159 est composé d'un volume relié et de trente-quatre caisses-tiroirs (2020001/1-2020001/35). Ces dossiers regroupent par départements les questionnaires envoyés aux différents correspondants d'Ernest Chantre afin d'établir son atlas des sites archéologique et préhistoriques de France. Dans le volume de 1441 planches (2020001/1), le savant lyonnais a compilé les réponses, afin d'établir des statistiques, et de placer sur les cartes de l'atlas Joanne les différents sites archéologiques recensés, en suivant la légende internationale d'archéologie préhistorique établie par lui-même dans les années 1870. Il a placé en tête du volume la liste des différents correspondants et savants par départements, mettant en exergue les différents réseaux utilisés pour cette compilation.
La seconde partie du fonds inscrite à l'origine sous le numéro d'inventaire BIB 20158, est composée de douze volumes. Parmi les douze volumes on compte deux ouvrages reliés, dédicacés au musée par Ernest Chantre, intitulés Études paléoethnologiques dans le bassin du Rhône : l'Âge du Bronze. Album inédit (1866-1876) et Études paléoethnologiques. Matériaux divers: l'Âge du Bronze et l'âge du Fer. Album inédit (1868-1878). Très proche dans l'apparence et l'organisation des albums publiés entre 1880-18851, ces albums de dessins inédits sont composés de planches de dessins (sur calques ou sur papier, collés sur les planches) numérotées. Le premier album (137 planches) concerne en grande majorité des objets issus du Bassin du Rhône, bien que quelques exceptions s'y soient glissées, tandis que le second (110 planches) ne se limite pas à cette aire géographique. Il est intéressant de souligner qu'Ernest Chantre précise sur plusieurs planches l'origine de certains dessins, qui proviennent des « Albums de Mr Cournault, avec son aimable autorisation ».
À ces deux ouvrages reliés, s'ajoutent deux autres volumes de planches numérotées Recherches sur les âges du bronze et du fer. Album dessins inédits I et II . Le premier volume de « dessins inédits » compte 64 planches de 54 x 41 cm et le second 61 planches illustrées de la même taille. Ces planches ne sont pas reliées, et sont majoritairement composées d'un dessin réalisé au crayon sur calque puis collé sur la planche.
Les huit autres « volumes reliés » qui correspondent au numéro d'inventaire BIB 20158, sont en réalité huit couvertures de publications d'Ernest Chantre, dans lesquelles ont été glissés, selon un ordre difficile à établir, des dessins, des calques, des croquis et des photographies. Chaque couverture porte un nom de période pré-historique, avec comme auteur Ernest Chantre, peut-être le vestige d'un projet d'édition qui n'a jamais abouti. Les tailles des pièces sont variables de même que les techniques utilisées : on note une majorité de dessins sur papier réalisés au crayon, parfois accompagné de craie blanche, pour les rehauts. Les dessins sur calques sont majoritairement réalisés au crayon, avec quelques dessins à l'encre. Une partie des dessins et des calques sont collés sur des planches, permettant une meilleure conservation du dessin ainsi que l'assemblage de plusieurs objets sur la même planche. Les reproductions de planches imprimées sont toutes en noir et blanc, parfois découpées, ou même fragmentaires. La plupart des croquis réalisés (que ce soit sur calques ou sur papier) ne comprend pas de signature : Ernest Chantre dessinait peut-être d'après un modèle, ou directement sur le modèle grâce au calque. Il légende la plupart des objets représentés, notamment les lieux de provenance et de conservation. Pour ceux qui ne le sont pas, l'emplacement du dessin dans le classement initial donne quelques indices. Néanmoins, un nom de dessinateur revient ponctuellement, notamment dans le sous-ensemble « Sépultures » et dans les volumes d'albums reliés : celui de L. Brossette. Nous possédons très peu d'informations sur cet artiste, il pourrait être le peintre et lithographe Louis Brossette, né à Lyon en 1827, et dont les dessins archéologiques semblent avoir circulé2. De plus, nous avons noté certains noms connus tels que L. Revon, B. Fournier, E. Clerc ou encore R. Pottier pour les dessins, ou encore des photographies par A. Pedroni et L. et A. Cloz. Quant à ses recherches en Transcaucasie, le Capitaine Barry est l'auteur d'une série de photographies (2020001/99/2-2020001/99/11). Enfin, pour les dessins ou les photographies post-1886, il ne faut pas sous-estimer le rôle de photographie de son épouse, Bellonie Chantre. On pense par exemple qu'elle a photographié la série des bijoux scytho-byzantins (2020001/99/12-2020001/99/18), conservés dans la collection Olchewski.

  • Boite bleue moderne (sans nom) : 108 pièces.
    Elle était à l'origine composée de 43 calques, dont 28 calques collés sur planche ; de 43 dessins dont 13 dessins collés sur planche ; de 19 reproductions de planches imprimée et de 3 photographies.

  • « Âge de pierre » : 25 pièces.
    À l'origine, composée de 3 calques, ; de 13 dessins et de 9 reproductions de planches imprimées.

  • « Âge du bronze I » : 134 pièces.
    À l'origine, composée de 12 calques dont 6 calques collés sur planche ; de 40 dessins dont 4 dessins collés sur planche ; de 54 reproductions de planches imprimées et 28 photographies.

  • « Âge du bronze II » : 252 pièces.
    À l'origine composée de 108 calques dont 15 calques collés sur planche ; de 103 dessins dont 4 dessins collés sur planche ; de 24 photographies dont 19 photographies collées sur planche ; de 15 reproductions de planches imprimées et de 2 reproductions polychromes de planches imprimées.

  • « Âge du bronze III » : 119 pièces.
    À l'origine, composée de 18 calques dont 6 calques collés sur planche ; de 17 dessins ; d'une note ; de 78 photographies et de 5 reproductions de planches imprimées.

  • « Âge du fer I » : 30 pièces.
    À l'origine, composée de 9 calques dont 3 calques collés sur planche ; de 7 dessins ; de 3 lithographies ; de 2 photographies et de 9 reproductions de planches imprimées.

  • « Âge du fer II »: 112 pièces.
    À l'origine composée de 33 calques dont 18 calques collés sur planche : de 45 dessins dont 5 dessins collés sur planche ; de 33 reproductions de planches imprimées et d'une photographie.

  • « Période Quaternaire » : 17 pièces.
    À l'origine composée d'un dessin et de 16 reproductions de planches imprimées.

Évaluation, élimination et calendrier de conservation

Pas d'élimination.

Accroissements

Fonds clos.

Mode de classement

Les quatre volumes de dessins reliés et non-reliés n'ont pas été réorganisés pour cet instrument de recherches, puisque les planches semblent avoir été placées selon un ordre pré-établi par le chercheur, notamment par leur numérotation et leur reliure. Néanmoins, l'état de chacun des huit autres « volumes » est très différent. Ces mélanges de papiers d'origines et de natures diverses, au sein de pochettes cartonnées, ne semblent pas être destinés à être reliés entre eux mais semblent plutôt avoir été répartis aléatoirement, sans tenir compte des titres d'époques imprimés sur les couvertures de pochettes. Pourtant, lors de l'inventaire de ces pièces, il a été possible de remarquer des tentatives antérieures de classement : des pochettes et des enveloppes marquées par Ernest Chantre, signifiant des ensembles, ainsi que des numéros de planches qui se suivent ; mais surtout un classement établi récemment, par des feuilles modernes, marquées au feutre, afin de définir des ensembles cohérents de pièces. Ce classement semble avoir été réalisé selon l'origine des objets représentés sur les différentes pièces et croquis. On retrouve alors des mentions comme : « Musées – collections privées – par départements... etc », qui ont été utiles au classement que nous avons réalisé. Il a donc été préféré pour ces huit volumes, une organisation topographique, afin de suivre les différents voyages et missions d'Ernest Chantre.
La première partie de cet inventaire concerne la France : viennent en premier ses recherches qui ont conduits à l'ouvrage non-publié Atlas préhistorique par départements (2020001/1) et les trente-quatre cartons-tiroirs de formulaires classés par départements (2020001/2 - 2020001/35) ; puis les deux albums reliés Études paléoethnologiques dans le Bassin du Rhône (2020001/36-2020001/37) et enfin les deux albums de dessins inédits non-reliés (2020001/38-2020001/39). À leur suite, sont classés l'ensemble des planches indépendantes contenues dans les huit volumes (2020001/40-2020001/85). Sur ces différents croquis, sont indiqués de nombreux noms de collections, certaines liées aux correspondants par départements dont la liste est placée au début de l'ouvrage de 1441 planches (2020001/1). Néanmoins, l'origine de certains objets représentés sur des croquis (sur calques et papier notamment) n'a pas toujours pu être définie, conduisant alors à un ensemble par typologie d'objets (2020001/76-80), rejoignant par-là la méthode comparatiste utilisée par Ernest Chantre dans certaines de ces publications. Nous avons aussi constitué un ensemble « Sépultures » (2020001/83-2020001/85) : par leurs dimensions et l'agencement des dessins, certaines pièces formaient un ensemble cohérent sur les nécropoles de plusieurs régions françaises, qui n'ont pas été entièrement publiées dans l'album Âge de Fer. Nécropoles et tumulus publié par Ernest Chantre en 1880.
La seconde partie de ce classement correspond à ses recherches sur l'Europe (2020001/86-2020001/99) : ses différents voyages dans les musées d'Europe méridionale (2020001/86-2020001/87), centrale (2020001/88-2020001/92) et septentrionale (2020001/93-2020001/94), et surtout ses missions en Russie, dans le Caucase puis au delà en Transcaucasie (2020001/97-2020001/99). Ces pièces sont très diverses, que ce soient dans leur contenu ou dans la technique utilisée : certains dessins n'ont pas pu être identifiés, conduisant à la création d'un ensemble par typologie d'objets dits « hallstattiens » (2020001/95), qui reprend une des catégories du classement antérieur. Enfin, un dernier ensemble, intitulé « planches imprimées » comprend les planches issues de publications telle que la revue Matériaux pour l'histoire naturelle et primitive de l'homme, ou d'ouvrages plus divers, probablement tirés de catalogues de musées, ou d'autres publications de sociétés savantes (2020001/100-105).

Zone des conditions d'accès et d'utilisation

Conditions d’accès

Conditions de reproduction

Langue des documents

  • français

Écriture des documents

Notes sur la langue et l'écriture

Caractéristiques matérielle et contraintes techniques

Instruments de recherche

Zone des sources complémentaires

Existence et lieu de conservation des originaux

Existence et lieu de conservation des copies

Unités de description associées

Musée d'Archéologie nationale et Domaine national de Saint-Germain-en-Laye, Centre des archives :

  • Fonds correspondance ancienne, dossier Chantre : deux lettres envoyées au musée des Antiquités nationales (1923).
  • Fonds des registres, 2018005/10 : Registre des dons, échanges et relations scientifiques, n°54 ; n°65 ; n°115 ; n° 148 ; n°174.
  • Fonds des registres, 2018005/13 : Registre d'entrée des objets – Lot 2.
  • Fonds des registres, 2018005/15 : Registres d'entrée de la bibliothèque n°2 et n°3.
  • Fonds des acquisitions, 2018006/3 : Lot 1 (MAN 9223, fiche manuscrite).
  • Fonds des acquisitions, 2018006/6 : Lot 4 (MAN 20129 à MAN 20175, deux lettres d'Ernest Chantre (juin 1872 et mars 1873) et un télégramme de 1873).
  • Fonds des archives privées : don Cordier, « Chantre, Ernest » dans les tiroirs bibliographiques.

Note de publication

Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjane :

  • Fonds de Correspondance de Salomon Reinach,boîte n°34, 17 f. (1908-1922).

Note de publication

Lyon, Archives municipales :

  • Ernest Chantre. Portrait à mi-corps de face, 1 PH 492.
  • Legs Chantre, 285 WP 2/1.
  • Dossier de carrière, Ernest Chantre, sous directeur du muséum d'histoire naturelle (1877-1924), 524 WP 209.
  • Acte de mariage d'Ernest Chantre et de Jeanne Bellonie Bourdaret (13 avril 1886), 2 E 1109.

Note de publication

Lyon, Archives départementales du Rhône :

  • Fonds d'archives privés, Ernest Chantre, 16 J 1-19.

Note de publication

Lyon, Archives musée des Confluences :

  • Amus595 : note bibliographique sur Ernest Chantre [s.d.].
  • Amus596 : Demande d'étude par Ernest Chantre dans les réserves du MHNL, refus par le directeur Claude Gaillard : lettre au maire de Lyon [1909-1924].
  • Amus597 : Missions, publications et itinéraires d'Ernest Chantre de 1873 à 1908 : note de présentation [s.d.].
  • Amus598 : Missions scientifiques d'Ernest Chantre de 1873 à 1908 : répertoire des villes [s.d.].
  • Amus599 : Missions scientifiques d'Ernest Chantre de 1873 à 1908 : liste des missions et des montants, publications principales auxquelles ces missions ont donné lieu [s.d].
  • Amus600 : Missions, publications et itinéraires d'Ernest Chantre de 1873 à 1908 : liste [s.d.].
  • Amus602 : 42 photographies sur l'Arménie : liste dactylographiée [s.d.].
  • Amus1971 : Échanges entre Chantre et Müller : correspondance [1904-1923].
  • Amus1972 : Distinctions honorifiques d'Ernest Chantre : justificatifs [1874-1902].
  • Amus1973-1984 : Lettres envoyées par le Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts à Ernest Chantre, sur ses différentes missions : correspondance [1873-1901].
  • Amus1985 : Échanges d'Ernest Chantre : correspondance [1895-1922].
  • Amus2292-2296 : Papiers d'Ernest Chantre : notes, correspondance, articles de presse [1873-1922]

Note de publication

Paris, Archives nationales :

  • Archives des musées nationaux, *F/21/4443
  • Instruction publique, F/17/13272 ; F/17/17270 ; F/17/2946 C.

Note de publication

Paris, Institut de France :

  • Correspondance de Henri Cordier, Ms 5447, f. 175 à 202. (1901-1924)
  • Correspondance de François-Joseph Chabas, Ms 2585, f. 523 à 526. (1874)-
  • Correspondance de François-Joseph Chabas, Ms 2588, f. 548 à 551. (1878-1882)
  • Correspondance de Joachim Menant, Ms 4174 (1), f. 140 à 149 bis. (1894 -1899)
  • Correspondance de Gabriel-Auguste Daubrée, Ms 2422, f.99 à 100. (s.d.)
  • Correspondance de sir Gaston Maspero, Ms 4010, f. 279. (1904)
  • Correspondances de la famille Fouqué, Ms 7321, deux pièces. (s.d.)

Note de publication

Paris, Institut de Paléontologie humaine :

  • EC-CTG-1 : Manuscrit d'Ernest Chantre sur Réallon (1872).
  • EC-CTG-4 : 7 fiches et notes d'Ernest Chantre sur l'Isère (1870-1872).
  • EC-CTG-7 : Manuscrit d'Ernest Chantre sur la Saône-et-Loire (1863).

Note de publication

Paris, Muséum national d'histoire naturelle, archives :

  • Fonds Paul Rivet, correspondance 2 AP 1 C4b (cinq pièces).

Note de publication

Toulouse, Muséum d'histoire naturelle (dépôt aux Archives municipales) :

  • Fonds Émile Cartailhac, correspondance, 92-Z162 413 pièces.

Zone des notes

Note

Bibliographie d'Ernest Chantre

  • CHANTRE Ernest, « Notes sur des cavernes à ossements et à silex taillés du nord du Dauphiné (époque quaternaire) », Bulletin de la Société de Géologie française, 1864.
  • CHANTRE Ernest, « Études paléo-ethnologiques, ou Recherches sur les mœurs de l'homme anté-historique », Annales de la Société des sciences industrielles de Lyon, 1867, p. 114-144 et 145-188.
  • CHANTRE Ernest, Nouvelles études paléoethnologiques. Foyers, sépultures néolithiques, Lyon, 1868.
  • CHANTRE Ernest, FALSAN Albert, Appel aux amis de sciences naturelles pour le tracé d'une carte géologique du terrain et des blocs erratiques des environs de Lyon du Nord du Dauphiné de la Dombes et du Midi du Bugey, et pour la conservation des blocs erratiques dans les mêmes régions, Lyon, éd. Pitrat, 1868.
  • CHANTRE Ernest, Les palafittes ou constructions lacustres du lac de Paladru (Station des Grands-Roseaux), près de Voiron (Isère), Chambéry, éd./lith. A. Perrin, 1871.
  • CHANTRE Ernest, « L'âge du bronze dans le bassin du Rhône et passage de l'âge du bronze au premier âge du fer », Compte-rendu du Congrès international d'Anthropologie et d'Archéologie préhistoriques, session de Bologne, 1871.
  • CHANTRE Ernest, LORTET Louis, « La faune et le climat du bassin du Rhône pendant l'époque quaternaire », Revue scientifique, vol.10, n°42, 1872, p. 361-369.
  • CHANTRE Ernest, « Découverte d'un trésor de l'âge du bronze à Réallon (Hautes-Alpes) », Revue Savoisienne, vol. 13, 1872, p. 20-21.
  • CHANTRE Ernest, « Géologie du tunnel de Fréjus ou percée du Mont-Cenis », Revue savoisienne, vol. 13, 1872, p.17-19.
  • CHANTRE Ernest, « Fonderies ou cachettes de fondeurs de l'âge du bronze dans la Côte-d'Or et la Savoie », Revue savoisienne, vol. 14, 1873, p.5.
  • CHANTRE Ernest, « Fouilles de tumulus de la forêt de Moidons (Jura) », Matériaux pour l'histoire naturelle et primitive de l'homme, 2e série, t. IV, 1873.
  • CHANTRE Ernest, L'âge de la pierre et l'âge du bronze en Troade et en Grèce, Lyon, éd. H. Georg, 1874.
  • CHANTRE Ernest, « Projet d'une légende internationale pour les cartes archéologiques préhistoriques », Congrès international d'Anthropologie et d'Archéologie préhistoriques, session de Stockholm, 1874.
  • CHANTRE Ernest, « Les faunes mammalogiques tertiaires et quaternaires du bassin du Rhône », Compte-rendu, 2e session de l'Association Française pour l'Avancement des Sciences (AFAS), Congrès de Lyon, 1874.
  • CHANTRE Ernest, Carte archéologique d'une partie du bassin du Rhône pour les temps préhistoriques (à l'échelle 1/864 000), Lyon, 1874.
  • CHANTRE Ernest, « Sur l'âge du bronze et le premier âge du fer en France », Compte-rendu, Congrès international d'Anthropologie et d'Archéologie préhistoriques, session de Stockholm, 1874.
  • CHANTRE Ernest, « Rapport au congrès de Stockholm sur une légende internationale pour les cartes préhistoriques », Compte-rendu, Congrès international d'Anthropologie et d'Archéologie préhistoriques, session de Stockholm, 1874.
  • CHANTRE Ernest, FALSAN Albert, « Monographie géologique des anciens glaciers et du terrain erratique de la partie moyenne du bassin du Rhône », Revue savoisienne, Lyon, p.115-116, 1875.
  • CHANTRE Ernest, « Carte du terrain erratique des anciens glaciers de la partie moyenne du bassin du Rhône », Annales de la Société d'agriculture, histoire naturelle et arts utiles de Lyon, t.VII, 4e et 5e séries, 1875.
  • CHANTRE Ernest, Études paléoethnologiques dans le bassin du Rhône. Première partie : Industries de l'âge du bronze. Âge du bronze, recherches sur l'origine de la métallurgie en France, Paris, éd. J. Baudry, 1875.
  • CHANTRE Ernest, BOURGEOIS (abbé), « Observations sur la découverte d'objets du 2ème âge du bronze à la fosse aux Prêtres près du Theil, commune de Billly (Loir-et-Cher) », Matériaux pour l'histoire primitive et naturelle de l'homme, série 3, t.VI, 1875, p.111-118.
  • CHANTRE Ernest, Études paléoethnologiques dans le bassin du Rhône. Deuxième partie : Gisements de l'âge du bronze. Âge du bronze, recherches sur l'origine de la métallurgie en France, Paris, éd. J. Baudry, 1876.
  • CHANTRE Ernest, Études paléoethnologiques dans le bassin du Rhône. Troisième partie : Statistiques. Âge du bronze, recherches sur l'origine de la métallurgie en France, Paris, éd. J. Baudry, 1876.
  • CHANTRE Ernest, « Caractères des âges du bronze et du fer de la France », Compte-rendu du Congrès international d'Anthropologie et d'Archéologie préhistoriques, session de Buda-Pesth, 1876.
  • CHANTRE Ernest, Légende internationale adoptée pour les cartes d'archéologie préhistorique, Lyon, 1876.
  • CHANTRE Ernest, « Compte rendu de l'Exposition préhistorique de Buda-Pesth en août 1876 », Matériaux pour l'histoire primitive et naturelle de l'homme, 2e série, t. VII, 1876.
  • CHANTRE Ernest, « Les nécropoles du premier âge de fer des Alpes françaises », Annales de la 6e session de l'AFAS, Congrès du Havre, 1877, p. 771-781.
  • CHANTRE Ernest, « Les nécropoles du premier âge du fer des Alpes », Matériaux pour l'histoire primitive et naturelle de l'homme, 2e série, t. IX, 1878, p. 1-15.
  • CHANTRE Ernest, « Observations sur les séries préhistoriques de quelques musées autrichiens », Matériaux pour l'histoire primitive et naturelle de l'homme, 2e série, t. X 1879, p. 533-553.
  • CHANTRE Ernest, Notes anthropologiques. De l'origine orientale de la métallurgie, Lyon éd. Pitrat, 1879.
  • CHANTRE Ernest, Notes anthropologiques. Relations entre les sistres bouddhiques et certains objets lacustres de l'âge du Bronze, Lyon, 1879.
  • CHANTRE Ernest, LORTET Louis, Études paléontologiques dans le bassin du Rhône. Période tertiaire, recherches sur les mastodontes et les faunes mammalogiques qui les accompagnent, Lyon, éd. H. Georg, 1879.
  • CHANTRE Ernest, FALSAN Albert, Monographie géologique des anciens glaciers et du terrain erratique de la partie moyenne du bassin du Rhône, 2 vol., Lyon, éd. Pitrat, 1879-1880.
  • CHANTRE Ernest, Etudes paléoethnologiques dans le bassin du Rhône. Âge du fer : Nécropoles et tumulus, Paris, J. Baudry, Lyon, H. Georg, 1880.
  • CHANTRE Ernest, « L'âge du bronze en Italie », Matériaux pour l'histoire primitive et naturelle de l'homme, 2e série, t. XI, 1880, p. 571-573.
  • CHANTRE Ernest, « L'âge du bronze au Caucase et dans la Russie méridionale », Matériaux pour l'histoire primitive et naturelle de l'homme, 2e série, t. XI 1880, p. 575.
  • CHANTRE Ernest, « Les nécropoles du premier pÂge du fer renfermant des crânes macrocéphales », Compte-rendu du congrès international d'Anthropologie et d'Archéologie préhistoriques, session de Lisbonne, 1880.
  • CHANTRE Ernest, « Observations sur l'âge des nécropoles préhistoriques de la chaîne centrale du Caucase », Compte-rendu du congrès international d'Anthropologie et d'Archéologie préhistoriques, session de Lisbonne, 1880.
  • CHANTRE Ernest, Etudes paléoethnologiques dans le Bassin du Rhone. Album. Volume 1 : Premier âge du fer. - Volume 2 : Âge du Bronze, Paris, éd. J. Baudry, 1880-1885.
  • CHANTRE Ernest, Anthropologie, Leçon d'ouverture du 7 janvier, Conférence Faculté des Sciences, Lyon, 1881.
  • CHANTRE Ernest, Notes anthropologiques. Recherches paléoethnologiques dans la Russie méridionale, Lyon, éd. H. Georg, 1881.
  • CHANTRE Ernest, « Itinéraire en Syrie, Haute-Mésopotamie, Kurdistan et Caucase. Mission scientifique de 1881 », Compte-rendu du congrès de géographie de Lyon, 1882.
  • CHANTRE Ernest, ROBERT Zéphyrin, « Présentation de débris de palafittes. Les tumulus de Gévingey », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.2, 1883 p.37-38.
  • CHANTRE Ernest, « Ustensiles en silex actuellement en usage en Roumanie », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.2, 1883, p.49.
  • CHANTRE Ernest, « Notice nécrologique sur M. le Docteur Bertillon », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.2, 1883, p.59-60.
  • CHANTRE Ernest, « Visite au musée d'antiquités de Bologne », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.2, 1883, p. 67-69.
  • CHANTRE Ernest, « Observations anthropométriques sur cinq zoulous de passage à Lyon », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.2, 1883, p.72-75.
  • CHANTRE Ernest, « La nécropole de Koban (Caucase) », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.2, 1883, p.92-107.
  • CHANTRE Ernest, « Les nécropoles hallstattiennes du Caucase », Annales de la 13e session de l'AFAS, Congrès de Blois, 1884, p. 361-362.
  • CHANTRE Ernest, « Sur les chars votifs hallstattiens », Annales de la 13e session de l'AFAS, Congrès de Blois, 1884, p. 419-421.
  • CHANTRE Ernest, « La nécropole d'Este (Italie) », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.2, 1884, p.179-192.
  • CHANTRE Ernest, « La nécropole de Watsch (Autriche), Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.2, 1884, p.195-209.
  • CHANTRE Ernest, « Le Dauphiné préhistorique », Compte-rendu, 14e session de l'AFAS, Congrès de Grenoble, 1885, p.161-162.
  • CHANTRE Ernest, Recherches anthropologiques dans le Caucase. Tome Ier : période préhistorique, Paris, éd. C. Reinwald, Lyon, éd. H. Georg, 1885.
  • CHANTRE Ernest, Recherches anthropologiques dans le Caucase. Tome II : période protohistorique, Paris, éd. C. Reinwald, Lyon, éd. H. Georg, 1885.
  • CHANTRE Ernest, « Les menhirs du Champ de la Justice ou alignement de Saint-Pantaléon, près d'Autun (Saône-et-Loire) », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.4, 1886, p.194-196.
  • CHANTRE Ernest, Recherches anthropologiques dans le Caucase. Tome III : période historique, Paris, éd. C. Reinwald, Lyon, éd. H. Georg, 1887.
  • CHANTRE Ernest, Recherches anthropologiques dans le Caucase. Tome IV : populations actuelles, Paris, éd. C. Reinwald, Lyon, éd. H. Georg, 1887.
  • CHANTRE Ernest, « Les tumulus des environs de Trévoux, d'après les fouilles de M.Valentin Smith », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.5, 1887, p.172-174.
  • CHANTRE Ernest, « Observation sur une tête momifiée d'indien Jivaro », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.6, 1887 p.211-216.
  • CHANTRE Ernest, « Présentation : Objets ethnographiques de la Sibérie orientale », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.7, 1888, p. 37-38.
  • CHANTRE Ernest, « Excursion de la Société à Solutré. Rapport ce M. l'abbé Ducrost sur ses dernières fouilles à Solutré », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.8, 1889, p. 250-256.
  • CHANTRE Ernest, « Éloge de M. l'abbé Ducrost », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.9, 1890, p.17-18.
  • CHANTRE Ernest, « Premiers aperçus sur les peuples de l'Arménie russe », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.9, 1890, p.81-85.
  • CHANTRE Ernest, « Nouvelles observations anthropométriques sur les Lesghiens », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.10, 1891, p.131-139.
  • CHANTRE Ernest, « Origine et ancienneté du premier âge du fer au Caucase », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.11, 1892, p.104-123.
  • CHANTRE Ernest, « La bijouterie caucasienne de l'époque scytho-byzantine », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.11, 1892, p.126-161.
  • CHANTRE Ernest, L'Ararat, Paris, 1893.
  • CHANTRE Ernest, « Mission en Cappadoce. Itinéraire et aspect général du pays », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.12, 1894, p.83-85.
  • CHANTRE Ernest, « L'âge du Bronze dans la Haute-Bavière par J. Naue. Résumé de m. Ernest Chantre », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.13, 1895, p.24-26.
  • CHANTRE Ernest, « Statuettes votives découvertes en Cappadoce », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.14, 1896, p.31-33.
  • CHANTRE Ernest, « Observations anthropologiques sur les Métouali », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.14, 1896, p.58-61.
  • CHANTRE Ernest, « Notes ethnologiques sur les Yésidi », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.14, 1896, p.65-75.
  • CHANTRE Ernest, « Les Arméniens, esquisse historique et ethnographique », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.15, 1897, p.49-101.
  • CHANTRE Ernest, « Les Kurdes, esquisse historique et ethnographique », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.15, 1897, p.169-209.
  • CHANTRE Ernest, Mission en Cappadoce : 1893-1894, Paris, éd. Leroux, 1898.
  • CHANTRE Ernest, « Premiers aperçus sur les résultats de ses recherches anthropologiques dans la Haute-Egypte », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.17, 1899, p.71-72.
  • CHANTRE ERNEST, « L'âge de la pierre dans la Haute-Egypte d'après les plus récentes découvertes », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.17, 1899, p.77-90.
  • CHANTRE Ernest, « Notice biographique sur Gabriel de Mortillet », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.17, 1899, p.167-173.
  • CHANTRE Ernest, Nouvel inventaire des monuments mégalithiques dans le bassin du Rhône : Ardèche, Drôme, Isère et Hautes-Alpes, Lyon, éd. A. Rey, 1900.
  • CHANTRE Ernest, « Mission en Haute-Egypte », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.18, 1900, p.67-70.
  • CHANTRE Ernest, « Les mégalithes de Noirétable (Loire) », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.18, 1900, p.196-205.
  • CHANTRE Ernest, Paléontologie humaine. L'homme quaternaire dans le bassin du Rhône, étude géologique et anthropologique, thèse de doctorat ès Sciences naturelles, dir. J. Fournet, A. Dumont et P. Broca, Lyon, éd. A. Rey, 1901.
  • CHANTRE Ernest, « Nouvel inventaire des monuments mégalithiques dans le bassin du Rhône », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.19, 1901, p.13-27.
  • CHANTRE Ernest, « L'homme pré-glaciaire dans le Bassin du Rhône », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.19, 1901, p.129-141.
  • CHANTRE Ernest, « L'homme quaternaire dans le bassin du Rhône », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.20, 1902, p.49-69.
  • CHANTRE Ernest, « Les bédouins d'Egypte. Esquisse ethnographique et anthropométrique », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.20, 1902, p.127-165.
  • CHANTRE Ernest, « La nécropole proto-historique de Cagnano, près de Luri (Corse) », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.21, 1902, p.178-189.
  • CHANTRE Ernest, BOURDARET Emile, « Esquisse anthropologique des Coréens », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.21, 1902, p.222-238.
  • CHANTRE Ernest, « Notice sur la vie et les travaux d'Albert Falsan. Ouvrages de M. Falsan », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.21, 1903, p.109-117.
  • CHANTRE Ernest, « Le département du Jura préhistorique. Répertoire et carte paléoethnologique », Compte-rendu, 33e session de l'AFAS, Congrès de Grenoble, 1904.
  • CHANTRE Ernest, « Recherches anthropologiques en Egypte », Lyon, éd. A. Rey, 1904.
  • CHANTRE Ernest, « Nouvelles observations sur le dépôt quaternaire Acheuléo-Moustérien de Villefranche-sur-Saône », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.23, 1905, p.157.
  • CHANTRE Ernest, « Le type des anciens égyptiens d'après leurs sculptures et leurs peintures », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.24, 1906, p.78-91.
  • CHANTRE Ernest, « La nécropole memphite de Khozan (Haute-Egypte) et l'origine des Egyptiens », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.26, 1908, p.229-246.
  • CHANTRE Ernest, « Premiers aperçus sur les résultats d'une mission scientifique en Tripolitaine et en Tunisie », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.26, 1908, p.154-159.
  • CHANTRE Ernest, « Les âges de la pierre dans la Bérberie orientale, Tripolitaine et Tunisie », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.27, 1909, p.104-107.
  • CHANTRE Ernest, MULLER Hippolyte, « La nécropole burgonde du pseudo-tumulus de Bois-Rond, près d'Etoile (Drôme) », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t. 27, 1909, p.71-79.
  • CHANTRE Ernest, « L'anthropologie à Lyon (1878-1908) », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t. 28, 1910.
  • CHANTRE Ernest, « Les Mozabites : esquisse ethnographique et anthropométrique », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t. 29, 1910, p.86-94.
  • CHANTRE Ernest, « Claudius Savoye. Sa vie et ses œuvres (1856-1908) », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t. 28, 1910, p.60-64.
  • CHANTRE Ernest, « Résultats principaux de ma dernière campagne anthropométrique dans l'Afrique du Nord », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t. 28, 1910, p.72-73.
  • CHANTRE Ernest, « La Roche-qui-danse ou le pseudo-cromlech de Douévas, commune de Saint-Barthélémy-de-Vals, canton de Saint-Vallier (Drôme) », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t. 30, 1911, p.10-18.
  • CHANTRE Ernest, « La population de la Tripolitaine », Bulletin de la Société d'Anthropologie de Lyon, t.30, 1912, p.125-127.
  • CHANTRE Ernest, BERTHOLON Lucien, Recherches anthropologiques dans la Bérbérie orientale. Tripolitaine, Tunisie, Algérie, 2 vol., Lyon, éd. A. Rey, 1913.

Note

Bibliographie secondaire :

  • ANDRE-LEICKNAM Béatrice, MOHEN Jean-Pierre, « Voyage archéologique au Caucase à la fin du XIXe siècle », La Revue du Louvre et des Musées de France, XVIIIe année, n°5/6, 1978, p. 313-322.
  • BANGE Christian, TUPINIER Yves, « La Société linnéenne de Lyon, ses collections et ses relations avec le Muséum », COTE Michel (dir.), Du Muséum au Musée des Confluences. La passion de la collecte : aux origines du musée des Confluences, Lyon, éd. Musée des Confluences, 2008, p. 65-88.
  • BEDIANASHVILI Giorgi, The Koban necropolis and the Late Bronze – Early Iron Age Caucasus : Ernest Chantre's Koban collections from the French National Archaeological (Saint-Germain-en-Laye) and Confluences (Lyon) Museums, sous la dir. VERGER Stéphane et SULAVA Nino, Paris, EPHE, 2016.
  • BODET Catherine, « La collection archéologique du musée des Confluences : une collection représentative des grands sites français », COTE Michel (dir.), Du Muséum au Musée des Confluences. La passion de la collecte : aux origines du musée des Confluences, Lyon, éd. Musée des Confluences, 2008, p. 113-124.
  • BODET Catherine, MATHIEU Julien, « Autour des sources relatives à l'anthropologue et préhistorien. Un exemple de coopération entre institutions patrimoniales », DAUGERON Bertrand, LE GOFF Armelle (dir.), Penser, classer, administrer.Pour une histoire croisée des collections scientifiques, Paris, éd. CTHS, 2014.
  • DAVID Louis, Histoire du Muséum de Lyon, Lyon, éd. ARPPAM, 1998.
  • DELABORDE François, « Éloge funèbre de M. Ernest Chantre, correspondant de l'Académie », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 68ᵉ année, n°5, 1924, p. 321-322.
  • FRANCOIS Martine, RAMOUSSE Raymond, « Chantre, Benoît Jean Paul Ernest (1843-1924) », Dictionnaire historique des membres de la société linnéenne de Lyon [en ligne], 2007-2019.
  • GRAN-AYMERICH Eve, Dictionnaire biographique d'archéologie. 1798-1945, Paris, CNRS éditions, 2001.
  • LORRE Christine, « L'origine de la collection archéologie d'Ernest Chantre au musée des Antiquités nationales », Antiquités nationales, n°30, 1998, p. 163-168.
  • LORRE Christine, « Ernest Chantre (1843-1924) et ses recherches dans la nécropole de Koban (Ossétie du Nord) », dans COTE Michel (dir.), Du Muséum au Musée des Confluences. La passion de la collecte : aux origines du musée des Confluences, Lyon, éd. Musée des Confluences, 2008, p.125-136.
  • REINACH Salomon, Catalogue illustré du Musée des Antiquités Nationales au château de Saint-Germain-en-Laye, Paris, Musée nationaux, Palais du Louvre, tome II, 1921.
  • VINSON David, « L'exemple d'Ernest Chantre. Le voyage anthropologique à la fin du XIXè et au début du XXè siècle », Astrolabe [en ligne], n° 17, Janv-Février 2008.

Identifiant(s) alternatif(s)

Mots-clés

Zone du contrôle de la description

Identifiant de la description

Identifiant du service d'archives

Règles et/ou conventions utilisées

Statut

Finale

Niveau de détail

Complet

Dates de production, de révision, de suppression

Langue(s)

  • français

Écriture(s)

Sources

Note de l'archiviste

Isabelle Brown

Objet numérique (Matrice) zone des droits

Objet numérique (Référence) zone des droits

Zone des entrées