Fonds 2019005 - Fonds Étienne Castagné

Tome 1 Tome 2
Open original Objet numérique

Zone d'identification

Cote

2019005

Titre

Fonds Étienne Castagné

Date(s)

  • 1868 - 1877 (Production)

Niveau de description

Fonds

Étendue matérielle et support

1 boîte (2 albums, 1 mémoire manuscrit) ; soit 0,525 ml

Zone du contexte

Nom du producteur

(1823-1890)

Notice biographique

Étienne Castagné naît le 29 juin 1823 dans la commune du Roc, canton de Peyrac (Lot). Son père, François Castagné, est propriétaire. Étienne Castagné devient agent-voyer, d’abord à Catus, puis à Saint-Céré et enfin à Cahors jusqu’à sa retraite. C’est un homme de terrain, particulièrement actif, à une époque où le Conseil général du département, suite à la loi sur les chemins vicinaux du 21 mai 1836, engage des moyens considérables pour l’entretien et l’amélioration des routes de grandes communications et des chemins vicinaux, politique encouragée et soutenue par l’empereur Napoléon III.
Depuis le début du XIXe siècle, une longue discussion s'est tenu entre spécialistes pour savoir où placer le site du dernier lieu de résistance des Gaulois après la défaite d'Alesia : Uxellodunum. Pour mettre un terme à la polémique, les autorités locales ont chargé Étienne Castagné, agent voyer chargé de l'entretien des chemins du département, de mener une étude sur les différents sites proposés. En 1866 et 1875, Étienne Castagné publie un rapport avec plans des ouvrages de fortification de l'oppidum de Murcens, du Puy d’Issolud et de l'Impernal à Luzech. Suite à ces résultats, Napoléon III, dans le second tome de l'Histoire de Jules César, déclara le Puy d’Issolud (Lot) comme étant Uxellodunum. Étienne Castagné est nommé correspondant de la Commission de Topographie des Gaules en 1870. A ce titre, il informe régulièrement le Musée gallo-romaine (futur musée des Antiquités nationales) des découvertes faites dans les environs de Cahors et enquête sur les questions que lui pose Alexandre Bertrand sur les antiquités du département. Il négocie régulièrement l’achat des objets archéologiques par le musée de Saint-Germain. Il signale également à la CTG un nouvel oppidum placé sur les hauteurs de Luzech, sur la montagne de l’Impernal. La CTG le sollicite alors pour une étude des vestiges, en particulier du mode de construction de la muraille. En effet, les fouilles dirigées par Castagné à Murcens (Lot) en 1867 ont révélé pour la première fois une fortification gauloise de type murus gallicus marquant une étape décisive dans la connaissance des oppida. Pour étayer son rapport, en 1868, Étienne Castagné ajoute à une description manuscrite minutieuse, des relevés d'une grande précision et des photographies.
Cette expertise sur trois oppida du département du Lot encourage Étienne Castagné à poursuivre ses recherches dans ce domaine. Son travail sur Murcens est primé au concours des sociétés savantes de l’Académie de Toulouse en 1870, ce qui le conforte dans ses positions. Après les fouilles de l’Impernal, il présente un article plus global sur ces trois sites (Puy-d’Issolud, Murcens, Impernal), avec une synthèse sur les murailles gauloises, au congrès de la Société française d’Archéologie à Toulouse en 1875, publié la même année dans les comptes rendus.
En 1877, il publie un nouvel opuscule sur Les voies romaines du département du Lot qui lui permet de mettre en perspective l’histoire des voies de communications auxquelles il a consacré sa carrière d’agent-voyer. La même année, il présente au congrès de la Société française d’Archéologie de Senlis un mémoire sur le camp des Césarines près de la ville de Saint-Céré, dont il a dirigé les fouilles. Le mémoire est publié en 1879 dans les comptes rendus du congrès.
Étienne Castagné décède le 18 août 1890 à Cahors, à l’âge de 67 ans.

Nom du producteur

(1843-1889)

Notice biographique

Henri Dutasta naît à Bordeaux le 12 octobre 1843. Son père, Jean-Baptiste Eugène Dutasta, est directeur de l’hôpital Saint-Jean à Bordeaux.
Après un cursus à l’École normale supérieure de Paris, il est nommé professeur de philosophie au lycée de Cahors en octobre 1866 et entreprend des recherches sur l’histoire de la région. Le 29 mars 1867, il donne une conférence à l’hôtel de ville de Cahors, intitulée « De la science ». À la fin de l’année 1867, il accompagne Étienne Castagné sur le site de Murcens et adresse un rapport au préfet Louis Charles de Lespinasse de Pebeyre le 3 février 1868 dans lequel il décrit le site, en regard de l’Histoire de Jules César, et annonce les résultats positifs des premiers sondages réalisés.
Henri Dutasta ne reste que deux années au lycée de Cahors, il est ensuite muté au lycée de Toulon. Il mène une carrière politique, entre au conseil municipal de Toulon en 1871 et en est maire de 1878 à 1888.
Henri Dutasta décède le 14 juillet 1889.

Histoire archivistique

Le site de Murcens (aussi nommé Mursens ou Mursceint ou, plus rarement, Murshein) est fouillé en 1867-1868 par l’abbé Cuquel et Étienne Castagné. Ce dernier écrit un premier mémoire sur les premières découvertes et sur le potentiel archéologique du site, qu’il adresse au préfet du département du Lot en janvier 1868. Henri Dutasta, jeune professeur de philosophie du lycée de Cahors mis en relation avec Étienne Castagné par le préfet, rédige à son tour un compte-rendu de sa visite du site au préfet le 3 février 1868. Ce sont ces deux mémoires manuscrits que Louis Charles de Lespinasse de Pebeyre, préfet du département du Lot, envoie au Musée gallo-romain, futur musée des Antiquités nationales, actuel musée d’Archéologie nationale, le 3 février 1868, le jour même où il reçoit le rapport d’Henri Dutasta. Ces deux rapports sont inscrits sur le registre d’entrée de la bibliothèque le 24 juin 1868 (inv. BIB 396bis) et signalés comme « don des auteurs » (MAN, Centre des archives, correspondance ancienne : lettre de Louis Charles de Lespinasse de Pebeyre, Cahors, le 3 février 1868). Sous cette entrée figure aussi un troisième rapport, probablement celui d’Étienne Castagné daté du 31 mars 1868, qui dresse un état plus complet des fouilles de Murcens. Peut-être ce troisième mémoire a-t-il été donné directement à Alexandre Bertrand, ce dernier s’étant rendu à Cahors en avril 1868 et ayant rencontré Étienne Castagné à cette occasion. Alexandre Bertrand lui aurait d’ailleurs signalé lors de ce voyage que s’il avait eu connaissance plus tôt des recherches entreprises par Étienne Castagné à Murcens, il aurait pu obtenir une subvention à la réunion des sociétés savantes des départements à la Sorbonne.
Étienne Castagné adresse un nouveau mémoire au Musée gallo-romain au début de l’année 1869. Rédigé le 28 décembre 1868, il porte sur la continuation des fouilles exécutées au Puy-d’Issolud et à Murcens « par ordre de l’Empereur » dans l’objectif de confirmer la position d’Uxellodunum. Les fouilles entreprises au Puy-d’Issolud et à Murcens avaient en effet provoqué, de la part d’érudits locaux, la contestation de la localisation proposée par le général Casimir Creuly et Alfred Jacobs, membres de la CTG, qui plaçaient Uxellodunum sur la presqu’île de Luzech, au sommet de la butte de la Pistoule. Ce mémoire est inscrit au registre d’entrée de la bibliothèque le 3 mars 1869 et indiqué comme « don de l’auteur » (inv. BIB 844).
S’intéressant désormais aux sites fortifiés du département du Lot, et devenu membre correspondant de la CTG, Étienne Castagné signale la découverte d’un nouvel oppidum à Luzech, sur la montagne de l’Impernal. La CTG lui commande alors une étude sur le mode de construction des murailles, pour savoir si les modes d’assemblages sont semblables à celui relevé sur le site de Murcens. Ce sont ces recherches qui forment la matrice du mémoire, rédigé en 1872 et envoyé à la CTG, dans lequel Étienne Castagné compare les sites de Murcens, du Puy-d’Issolud et de l’Impernal. Le mémoire suscite de vives controverses, vis-à-vis notamment des allusions peu diplomatiques d’Étienne Castagné aux travaux de la CTG et de son obstination à croire que le Puy-d’Issolud est Uxellodunum : les passages concernés sont rayés de rouge, des corrections à l’encre et des explications complémentaires au crayon à papier en marge du document sont ajoutées sur le mémoire. Ce mémoire est donné par la CTG au Musée gallo-romain et inscrit au registre d’entrée de la bibliothèque le 10 mars 1874 (inv. BIB 3666).
Toujours dans l’objectif d’une centralisation des résultats archéologiques, Étienne Castagné envoie à la CTG un nouveau mémoire écrit en 1877 et portant sur le camp des Césarines, sur la commune de Saint-Céré, où il a engagé des fouilles archéologiques. Le mémoire manuscrit, accompagné d’un tiré à part de sa communication sur le même sujet au congrès de la Société française d’Archéologie (les textes sont mots pour mots identiques), est donné par la CTG au Musée gallo-romain et inscrit au registre d’entrée de la bibliothèque le 3 août 1878 (inv. BIB 5322).
Les différents mémoires manuscrits sont ainsi arrivés entre 1868 et 1878 au musée des Antiquités nationales. Les cinq premiers mémoires (inv. Bibliothèque 396bis, 844 et 3666) sont choisis pour être présentés à l’exposition du congrès international des sciences géographiques dans la section consacrée aux travaux de la Commission de la Topographie des Gaules (CTG). Ils sont probablement reliés à cette occasion dans les deux albums destinés à mettre en valeur les travaux de la CTG. La couverture porte en lettres dorées l’intitulé « Album Castagné – Murs Gaulois – Commission de la Topographie des Gaules », tome 1 et tome 2. Malgré la prédominance du site de Murcens à l’intérieur, c’est le thème des « Murs gaulois » qui a été choisi pour identifier cet ensemble de mémoires manuscrits. De même, la reliure ainsi réalisée donne l’impression que l’ensemble des mémoires a été commandé et/ou adressé à la CTG alors qu’il n’en est rien : sur les cinq mémoires reliés, un seul fut réellement commandé par la CTG.

Source immédiate d'acquisition ou de transfert

Les six mémoires manuscrits ont des provenances diverses. Les deux premiers (janvier et février 1868) sont transmis au Musée gallo-romain, futur musée des Antiquités nationales puis musée d’Archéologie nationale, par le préfet du département du Lot, Louis Charles de Lespinasse de Pebeyre ; les deux suivants (mars et décembre 1868) semblent avoir été donnés directement au musée (ou directement à Alexandre Bertrand) par Étienne Castagné ; les deux derniers (1872 et 1877) ont été donnés au musée par la Commission de Topographie des Gaules en 1874 et 1878.

Zone du contenu et de la structure

Portée et contenu

Six mémoires manuscrits liés à Étienne Castagné sont conservés au musée d’Archéologie nationale et Domaine national de Saint-Germain-en-Laye, dont cinq reliés en deux tomes intitulés « Album Castagné – Murs gaulois – Commission de la Topographie des Gaules ».
Le premier tome contient trois rapports ou mémoires datés de 1868 signés d’Étienne Castagné et de Henri Dutasta. Ils portent sur la découverte et les premières fouilles faites à Murcens (Lot), dont l’orthographe varie parfois en Mursens ou Mursceint (2019005/1).
Le second tome contient deux rapports d’Étienne Castagné ; le premier rédigé en décembre 1868 porte sur la continuation des fouilles de Murcens, le second daté de 1872 concerne en revanche la découverte d’un nouvel oppidum sur la montagne de l’Impernal près de Luzech (Lot) (2019005/2).
Un mémoire manuscrit isolé, plus tardif, écrit par Étienne Castagné en 1877, porte sur le camp des Césarines à Saint-Céré (2019005/3).

Évaluation, élimination et calendrier de conservation

Pas d’élimination.

Accroissements

Mode de classement

Le mode de classement adopté est chronologique, choisi dès la fin du XIXe siècle au moment de la reliure des cinq premiers manuscrits en albums. Il est toutefois possible de noter que dans le tome 1, le mémoire d’Henri Dutasta, daté de février 1868, est placé après le 2e mémoire d’Étienne Castagné, rédigé en mars 1868.

Zone des conditions d'accès et d'utilisation

Conditions d’accès

Librement communicable.

Conditions de reproduction

Selon le règlement de la salle de lecture.

Langue des documents

  • français

Écriture des documents

Notes sur la langue et l'écriture

Caractéristiques matérielle et contraintes techniques

Instruments de recherche

Zone des sources complémentaires

Existence et lieu de conservation des originaux

Existence et lieu de conservation des copies

Les pdf associés aux notices de ce fonds présentent des versions complètes des albums, en basse définition.
Des photographies HD du contenu, réalisées par Valorie Gô, photographe au Musée d'Archéologie nationale, sont accessibles sur ce site dans la partie "fonds photographiques du MAN" > images numériques natives > images de pièces d'archives et d'ouvrages du MAN et identifiées sous l'intitulé BIB 844 - 2019005/1 et BIB 844 - 2019005/2.

Unités de description associées

Musée d’Archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye, Centre des archives :

  • Fonds correspondance ancienne, dossier Castagné : lettres envoyées à Alexandre Bertrand et à Jean-Baptiste Auguste Verchère de Reffye (1869-1883).
  • Fonds correspondance ancienne, dossier Pebeyre : lettres envoyées à Alexandre Bertrand (1868)
    Fonds correspondance ancienne, dossier Verchère de Reffye : lettres envoyées à Claude Rossignol et à Alexandre Bertrand (1864-1878).
  • Fonds des registres, 2018005/15 : livre de sortie de la bibliothèque (1871-1944)
  • Fonds des registres, 2018005/17 : registre d’entrée de la bibliothèque n°1 (1865-1882).

Archives départementales du Lot :

  • Registres d’état civil (acte de naissance, acte de décès)

Descriptions associées

Zone des notes

Note

AMIGUES, Édouard, Notice sur Henri Dutasta, 11 octobre 1843 – 14 juillet 1889, Versailles, Imprimerie Cerf et fils, [1890] (Extrait du Bulletin de l'Association des anciens élèves de l'École normale, 1889).
CASTAGNÉ, Étienne, « Sur la découverte d'une muraille gauloise, au lieu de Mursceint, commune de Cras », Revue archéologique, tome XVII, 1868, p. 249_253.
CASTAGNÉ, Étienne, Mémoire sur la découverte d'un oppidum avec muraille et emplacements d'habitations gauloises à Mursens, adressé à M. de Pebeyre, préfet du Lot [31 mars 1868], Cahors, Imprimerie de A. Laytou, 1868.
CASTAGNÉ, Étienne, Mémoire sur les ouvrages de fortification des oppidum gaulois de Murcens, d’Uxellodunum et de l’Impernal situés dans le département du Lot, Extrait des comptes-rendus du congrès tenu à Toulouse par la Société française d’Archéologie en juin 1875, Tours, Imprimerie Paul Bouserez, 1875.
CASTAGNÉ, Étienne, Dictionnaire archéologique de la Gaule, Époque celtique. Répertoire des monuments dits celtiques qui existent dans le département du Lot, Cahors, Imprimerie J.-G. Plantade, [1876].
CASTAGNÉ, Étienne, Notice sur les voies romaines du département du Lot, Cahors, Imprimerie J.-G. Plantade, 1877.
CASTAGNÉ, Étienne, « Découverte d’armes franques à Saint-Denis, près Catus (Lot), Revue archéologique, 1878, tome XXXVI, p. 75-79, pl. XVII.
CASTAGNÉ, Étienne, Mémoire sur le camp des Césarines, près de la ville de Saint-Céré (Lot), Extrait des comptes-rendus du congrès tenu à Senlis par la Société française d’Archéologie en mai 1877, Tours, Imprimerie Paul Bouserez, 1879.
Congrès international des Sciences géographiques, 2e session, Paris 1875, Exposition,
Catalogue général des produits exposés, 4e éd. Revue et augmentée, Paris, Typographie Lahure, 1875.
DUTASTA, Henri, De la science, conférence faite à l’hôtel de ville de Cahors le 29 mars 1867, Cahors, Imprimerie A. Laytou, 1867.
GIRAULT Jean-Pierre, La Fontaine de Loulié au Puy d’Issolud. Le dossier archéologique du siège d’Uxellodunum, Glux-en-Glenne, Bibracte, Centre archéologique européen, 2013.
REINACH, Salomon, « La Commission de Topographie et le Dictionnaire archéologique de la Gaule », Revue archéologique, 1915, vol. 2, p. 209-227.

« Nouvelles archéologiques et correspondance », Revue archéologique, 1872, tome XXIII, p. 193-194.
« Nouvelles archéologiques et correspondance », Revue archéologique, 1872, tome XXIV, p. 404-405.

D’Alésia à Rome : l’aventure archéologique de Napoléon III, catalogue d’exposition Musée d’Archéologie nationale et domaine national de Saint-Germain-en-Laye (28 mars - 14 juillet 2020), Paris, RMN-GP, 2020.

Note

Sites internet :
Aux sources de l’archéologie nationale, la Commission de Topographie des Gaules [en ligne] : http://archeologie.culture.fr/sources-archeologie/fr (consulté le 29/01/2019)

Identifiant(s) alternatif(s)

Mots-clés

Mots-clés - Lieux

Mots-clés - Noms

Mots-clés - Genre

Zone du contrôle de la description

Identifiant de la description

Identifiant du service d'archives

Règles et/ou conventions utilisées

ISAD-G.

Statut

Finale

Niveau de détail

Complet

Dates de production, de révision, de suppression

Avril 2019 - mars 2020

Langue(s)

  • français

Écriture(s)

Sources

Note de l'archiviste

Soline Morinière

Objet numérique (Matrice) zone des droits

Objet numérique (Référence) zone des droits

Objet numérique (Imagette) zone des droits

Zone des entrées