Fonds 2019001 - Fonds Charles Cournault

Album 1 Album 2 Album 3 Album 4

Zone d'identification

Cote

2019001

Titre

Fonds Charles Cournault

Date(s)

  • 1852 - 1884 (Production)

Niveau de description

Fonds

Étendue matérielle et support

4 boîtes (4 albums, 1 mémoire manuscrit)

Zone du contexte

Nom du producteur

(1815 - 1904)

Notice biographique

Correspondant de la CTG pour la Meurthe

Histoire archivistique

Apprenant la création du Musée Gallo-Romain fondé par Napoléon III dans le château de Saint-Germain-en-Laye, Charles Cournault propose d’offrir à l’empereur dès 1862 deux cartons à dessins réunissant 10 années de recherches archéologiques dans l’Est de la France. Son don ayant été accepté, les dessins sont remis au musée d’Archéologie nationale (MAN) sans toutefois être inscrits au registre d’entrée de la bibliothèque où sont généralement intégrés les documents d’archives. D’abord conditionnés dans deux cartons à dessins, dont l’inventaire sommaire est joint à une lettre de Charles Cournault (annexe 1), les premiers dessins sont ensuite mis en albums en 1875 en vue de leur exposition du congrès international des sciences géographiques dans la section consacrée aux travaux de la Commission de la Topographie des Gaules (CTG). Ces dessins sont réunis dans les albums 1 et 2.
En 1868, Charles Cournault informe Alexandre Bertrand qu’un congrès archéologique est sur le point d’ouvrir à Bonn, au sein duquel est prévue une exposition rassemblant les objets les plus remarquables des musées et collections particulières d’Allemagne. Alexandre Bertrand propose au Comte de Nieuwerkerke d’envoyer Charles Cournault en mission à Bonn pour y faire un rapport du congrès et des dessins des objets exposés. Le rapport et les dessins sont envoyés au musée et inscrits au registre d’entrée de la bibliothèque le 17 mars 1869 (inv. BIB 882). Le rapport est intégré à la collection des manuscrits (désormais réintégré dans le fonds Cournault sous la cote 2019001/5) tandis que les planches de dessins sont insérées dans les albums 1, 2 et 4. Celles qui sont incluses dans l’album 4 ont reçu une marque du tampon à encre de la bibliothèque avec le numéro d’entrée 5804.
En janvier 1875, Charles Cournault sollicite auprès de la Commission des voyages et des missions du ministère de l’Instruction publique une subvention pour une mission archéologique en Suisse et en Allemagne afin d’y dessiner les objets archéologiques de divers musées et collections. Les dessins sont destinés au Cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Charles Cournault voit ce travail et le choix du lieu de conservation de ses dessins comme une marque de reconnaissance envers le Comité des Travaux historiques et scientifiques : « Si j’ai agi comme je l’ai fait, c’est parce qu’ayant reçu du Comité d’archéologie la marque la plus distinguée d’encouragement que nous puissions désirer pour nos efforts, j’ai voulu lui en témoigner ma reconnaissance par un travail important. Sachant aussi que l’administration n’a pas dans ses locaux, une place où les dessins soient conservés avec soin, je les ai dirigés sur le cabinet des estampes où ils formeront, en quelque sorte, un avant-propos à l’ouvrage de Gaignières sur les antiquités du m. âge. » (Lettre de Charles Cournault, Malzéville, le 9 avril 1875 ; MAN, Centre des archives, Fonds Correspondance ancienne, dossier Cournault). Ayant gardé les calques d’un certain nombre d’objets, Charles Cournault propose au MAN des doubles des dessins. Alexandre Bertrand commande en 1878 une série de dessins d’épées en bronze et Charles Cournault s’engage à produire 100 dessins d’épées. Ces planches forment l’album 3 dont la reliure est annoncée par le conservateur du musée à Charles Cournault en juin ou juillet 1879, ce dernier s’empressant alors d’envoyer un dessin supplémentaire. Ces planches sont regroupées sous un même numéro dans le registre d’entrée de la bibliothèque (inv. BIB 4231), soit au total : 23 feuilles avec 60 épées ; 16 feuilles avec 39 épées ; 17 feuilles avec 38 épées ; 5 feuilles avec 46 rasoirs ou tranchets. Les épées sont majoritairement regroupées dans l’album 3. Sous ce numéro 4231 sont également compris les deux premiers albums du musée, reliés précédemment, et remis par l’intermédiaire de la Commission de Topographie des Gaules (le tampon de la bibliothèque du musée avec le numéro d’entrée 4231 est apposé sur la première page intérieure des deux premiers albums bien que le contenu découle de provenances diverses). Charles Cournault avoue en effet à Alexandre Bertrand préférer envoyer ses envois au ministère, et notamment par le biais du « bureau de la Carte des Gaules » pour faciliter la prise en charge des colis par la poste et limiter les frais (Lettre de Charles Cournault à Alexandre Bertrand, Malzéville, le 18 juin 1879 ; MAN, Centre des archives, Fonds Correspondance ancienne, dossier Cournault).
En juillet 1879, Charles Cournault sollicite une autre indemnité auprès de la Commission des voyages et des missions du ministère de l’Instruction publique pour dessiner les nouvelles découvertes de Suisse. Il s’engage cette fois à exécuter tous les dessins en double exemplaire, le premier pour compléter la série du cabinet des estampes de la BnF, le second pour le MAN. La direction des Musées nationaux contribue à hauteur de 500 francs à la subvention de 2000 francs validée par la Commission des voyages et des missions en janvier 1880. Dix aquarelles numérotées de 1 à 12 et correspondant au congrès de Pesth et au musée de Pesth sont enregistrées sur le registre d’entrée de la bibliothèque le 6 mars 1880 (inv. BIB 5645). Le 16 novembre 1880, plus de 170 planches issues de la mission en Suisse sont inscrites au registre d’entrée de la bibliothèque (inv. BIB 5804) mais une confusion dans la destination des deux lots entraîne le retrait de près de 70 planches en réalité destinées à la BnF. Sur les conseils de Jules Quicherat, Charles Cournault avait en effet envoyé les deux lots de dessins au ministère, ceux qui sont pour la BnF avaient au verso un I, et ceux pour le MAN avaient au verso un II. La personne chargée de la répartition s’étant trompée, l’album 4 contient des planches avec des signes I et II au verso et des tampons à la fois du musée et de la Bibliothèque nationale de France, parfois sur les mêmes planches. Il en est de même dans les albums de la BnF.
La découverte d’objets à Breuvannes en avril-mai 1882, dont le célèbre casque et un anneau en bronze sont remis au MAN le 26 janvier 1883 (MAN 27308 et 27309), entraîne de nouveaux dessins : 2 planches de dessins du casque et d’un anneau de bronze, avec deux exemplaires de boucles d’oreille pour comparaison, sont livrés au musée par le Comité des Travaux historiques et scientifiques et inscrits au registre d’entrée de la bibliothèque du MAN le 31 janvier 1883 (inv. BIB 6273).
Enfin, le 5 avril 1884, Charles Cournault donne au musée des Antiquités nationales 2 planches complémentaires représentant des épées du musée historique lorrain à Nancy (inv. BIB 6444).
Quelques planches inventoriées sous le numéro 4231, et toutes les planches enregistrées sous les numéros 5645, 5804, 6273 et 6444 sont rassemblés dans l’album 4 relié après 1884, date des dessins les plus récents.
Les albums Cournault deviennent une référence. Lors de l’opération de moulage réalisée sur les collections du musée lorrain par le mouleur Martinelli, cinq des objets reproduits sont référencés dans le registre d’entrée des collections par leur numéro de figure dans l’album Cournault (n°423-425, n°427 et n°429 ; Registre d’entrée des collections n°4, inv. MAN 23918 à 23922). Les dessins issus de ses missions en Suisse, en Allemagne, en Autriche et en Hongrie constituent pour les archéologues français une source de matériaux propices à leurs recherches. Par exemple, Édouard Flouest, qui a parfois côtoyé Charles Cournault aux séances de la Société nationale des Antiquaires de France, a abondamment copié les dessins de Charles Cournault conservés à la Bibliothèque nationale de France et au musée d’Archéologie nationale.

Source immédiate d'acquisition ou de transfert

Le fonds Charles Cournault est entré au Musée d’Archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye en plusieurs envois faits entre 1862 et 1884 : dons de l’auteur (1862 et 1884), dons du Comité des Travaux historiques et scientifiques (1882), missions (1868 et 1880) et achats ou don de la Commission de la Topographie des Gaules (1875-1879). La correspondance entre Charles Cournault et Alexandre Bertrand conservée au musée d’Archéologie nationale indique l’achat de ces dessins en 1878-1879. Cependant, le registre d’entrée de la bibliothèque signale que les deux premiers volumes reliés ont été donnés par la Commission de la Topographie des Gaules dont Alexandre Bertrand a été secrétaire puis directeur. Ces différents modes d’entrée donnent à certains documents le statut d’archives publiques et à d’autres celui d’archives privées.

Zone du contenu et de la structure

Portée et contenu

Le fonds est constitué de quatre albums de dimensions standard (48,5 x 31 cm). Les planches de dessins et de photographies, accompagnées de notes et de plans, ont été reliées par le musée afin de faciliter leur manipulation. On observe une différence notable entre les dessins les plus anciens (1852-1873) et les plus récents (1873-1884). Les premiers sont sur papier blanc et lisse, de dimensions très variables, réalisés à l’aquarelle ou au crayon. Ils ont été collés sur des planches de papier cartonné de dimensions égales pour être reliés en albums. Les derniers sont exclusivement des dessins à l’aquarelle gouachée réalisés sur du papier spécial, produit dans les Vosges, et de dimensions standardisées : 30x43 cm pour les planches simples ; 21 à 30 x 90 cm pour les planches doubles (exclusivement des épées) ; rarement 58 x 43 cm.
Les deux premiers albums ont été reliés en 1875, la reliure du troisième est envisagée en 1879 et le dernier a été constitué en album après 1884. Malgré la provenance d’origines diverses des documents iconographiques (dons ; achats) et les dates différentes des reliures, ces quatre albums sont numérotés de manière continue et constituent un ensemble.
Les quatre albums contiennent majoritairement des dessins, exécutés par Charles Cournault. Il est toutefois possible de noter la présence de 10 photographies, 2 lithographies et gravures, ainsi que quelques feuillets de notes, accompagnant généralement le premier don de dessins. La quasi-totalité des dessins représentent des objets, à l’exception de trois plans : le plan de l’enceinte druidique située sur la hauteur des Fourches près de Langres, copie d’un plan dressé par Henri Cournault, colonel du génie (album 1, pl. 13) ; et deux plans des sites lacustres de Chevroux et Corcelettes qui sont des copies de plans exécutés par Arnold Morel-Fatio, conservateur du musée archéologique de Lausanne (album 4, pl. 125-126). Dans une perspective ethno-anthropologique, Charles Cournault s’intéresse également à l’usage des objets modernes qui ressemblent aux objets archéologiques et plusieurs dessins d’objets d’Afrique, d’Asie ou d’Europe moderne vont dans ce sens.

Charles Cournault dessine au crayon ou à l’aquarelle rehaussée de gouache. Les objets sont généralement représentés grandeur nature. Seuls des objets de grandes dimensions, comme certains vases, ont été dessinés à échelle réduite au 1/3. Il ne précise pas toujours la modification de l’échelle mais l’explique dans ses rapports de mission. Pour les épées, il lui arrive de dessiner aussi des coupes des objets avec des traits de section. Dans le cas d’objets abîmés ou incomplets, Charles Cournault trace parfois au trait simple le contour originel de l’objet. La plupart des dessins sont signés « Ch. Cournault » ou « Ch. Ct. ».
Chaque planche est légendée, la provenance de l’objet est rigoureusement indiquée dès lors qu’elle est connue. Charles Cournault s’appuie pour ce travail sur les catalogues publiés et sur ses entretiens avec les conservateurs des musées concernés. À partir de 1872, les légendes sont normalisées : le lieu de conservation est situé dans l’angle supérieur gauche, le lieu de découverte et l’identification des objets représentés sont placés en partie basse. Cette normalisation suppose un classement des planches par lieu de conservation (musées et collections particulières) lié au contexte de réalisation des dessins, tel qu’il a été conservé à la Bibliothèque nationale de France. Il ajoute parfois quelques développements supplémentaires, par exemple la date de découverte de l’objet ou, plus rarement, l’inventeur. De minimes corrections apparaissent, elles ont été faites au musée : il est ainsi possible d’y reconnaître l’écriture de Gabriel de Mortillet.

Les critères qui ont régi l’organisation des planches au moment de la mise en album ne sont pas ceux d’origine. Par exemple, la fig. 17 de la planche 6 de l’album 1 mentionne que les objets 1, 2 et 3 ont été trouvés réunis alors que le dessin ne comporte que la représentation de l’objet 3. Ce découpage postérieur explique peut-être l’absence de lieux de conservation pour certains des dessins. De même, la série de planches produites pour l’exposition du congrès de Bonn a une numérotation d’origine qui n’a pas été suivie et elles se retrouvent aujourd’hui éclatées entre les albums 1, 2 et 4 (les figures concernées ont une numérotation P. I à X dans l’angle supérieur gauche). Celle réalisée au moment du congrès de Pesth sur des objets de l’exposition du congrès et du musée de Pesth est aussi éclatée sur différentes planches de l’album 4. Les deux planches concernant le casque de Breuvannes ont été positionnées à deux endroits très différents de l’album 4 (pl. 23 et pl. 80), ce qui laisse à penser que l’ordre des planches dans ce dernier album n’a pas été réfléchi. Une numérotation au crayon à papier présente sur quelques planches suggère un ordre de classement différent.

Les deux premiers albums se caractérisent également par une absence presque totale de date de réalisation des dessins, à l’exception de ceux réalisés à l’occasion du congrès archéologique de Bonn en septembre 1868 et par deux planches isolées datées de 1873 dans l’album 2 (pl. 9 et pl. 35). L’auteur mentionne davantage la période chronologique de l’objet, avec une précision pour l’âge du Fer reprise des études de F. Troyon. Il consulte parfois les antiquaires, mentionnant par exemple pour la serpe conservée au musée de Besançon que les antiquaires la nomment plutôt Gais ou Gayon (album 1, planche 38, fig. 119). En revanche, la majeure partie des planches des deux derniers albums sont datées avec un grand nombre de planches des années 1878, 1879, 1880 et plus rarement de 1872 et 1882.

Évaluation, élimination et calendrier de conservation

Fonds clos

Accroissements

Fonds clos

Mode de classement

Le mode de classement reprend l’ordre des quatre albums conservés au musée d’Archéologie nationale. Ce mode de classement est celui qui a été adopté par le musée au moment de la mise en albums. L’étude du contenu des albums a révélé que cet ordre n’était pas celui adopté par le producteur et ne rend pas compte des différentes livraisons de dessins. Les albums 1 et 2, reliés avant 1875, semblent mélanger les dessins offerts par Charles Cournault à l’empereur Napoléon III en 1862, transmis au musée des Antiquités nationales, et ceux produits lors de la mission qui lui fut confiée, à la demande d’Alexandre Bertrand, pour le congrès archéologique de Bonn en septembre 1868. L’album 3 contient la série d’épées commandée par Alexandre Bertrand à Charles Cournault à partir des calques des dessins réalisés par lui lors de ses missions de 1875 et 1876 et ses voyages de 1878-1879. L’album 4 contient en revanche la production de Charles Cournault pour la mission co-financée par la Commission des voyages et des missions et la direction des musées nationaux, quelques envois isolés (1872, 1882, 1884), la série du congrès de Pesth et la suite de celui de Bonn. Enfin, nous avons ajouté dans le fonds Cournault le rapport qu’il envoie suite au congrès archéologique de Bonn et dont les dessins ont été intégrés aux albums 1, 2 et 4.
Le mode de classement adopté par le musée est différent de celui de la Bibliothèque nationale de France : un classement majoritairement typologique pour les quatre albums du musée d’Archéologie nationale ; un classement géographique par lieu de conservation des objets pour les dix albums de la Bibliothèque nationale de France.
L’instrument de recherche prend en compte l’album en tant qu’article. Pour le détail du contenu des albums, il est possible de se référer à l’annexe 2 qui recense, planche après planche, tous les objets représentés.

Zone des conditions d'accès et d'utilisation

Conditions d’accès

Communicable

Conditions de reproduction

Selon la réglementation en vigueur

Langue des documents

  • français

Écriture des documents

Notes sur la langue et l'écriture

Caractéristiques matérielle et contraintes techniques

Instruments de recherche

Zone des sources complémentaires

Existence et lieu de conservation des originaux

Existence et lieu de conservation des copies

Unités de description associées

Musée d’Archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye, Centre des archives :
Fonds correspondance ancienne, dossier Cournault : lettres envoyées à Alexandre Bertrand et Gabriel de Mortillet (1867-1900).
Fonds des registres, 2018005/15 : livre de sortie de la Bibliothèque (1871-1944)
Fonds des registres, 2018005/17 : registre d’entrée de la Bibliothèque n°1 (1865-1882).

Descriptions associées

Note de publication

Bibliographie sélective :
150 ans pour faire l’histoire. 1848-1998 : la Société d’Histoire de la Lorraine et du Musée Lorrain a 150 ans, Hors-série Le Pays Lorrain, août 1998.
Barrucand, Marianne, « Charles Cournault « orientaliste » lorrain du XIXe siècle », Le Pays lorrain, 1982, 1, p. 25-38.
Congrès international des Sciences géographiques, 2e session, Paris 1875, Exposition, Catalogue général des produits exposés, 4e éd. Revue et augmentée, Paris, Typographie Lahure, 1875.
Cournault, Charles, « De l'usage des rouelles chez les Gaulois », Journal de la Société d’archéologie et du Comité du Musée lorrain, 1865, 14e année, p. 139-141.
Cournault, Charles, « À propos d'une acquisition faite par le Comité du Musée lorrain », Journal de la Société d’archéologie et du Comité du Musée lorrain, 1874, 23e année, p. 77-84.
Cournault, Charles, « Les autels de Deneuve », Journal de la Société d’archéologie et du Comité du Musée lorrain, 1874, 23e année, p. 105-108.
Cournault, Charles, « Sépultures du cimetière mérovingien de Liverdun (Meurthe) », Mémoires de la Société d’archéologie lorraine, 1871, p. 65-87.
Cournault, Charles, « Rapport sur les antiquités gauloises de la Suisse et du haut Danube », Archives des missions scientifiques et littéraires. Choix de rapports et instructions publiés sous les auspices du Ministère de l’Instruction publique, des Cultes et des Beaux-arts, 1877, p. 135-144.
Cournault, Charles, « Rapport sur les antiquités gauloises de la Suisse et du haut Danube », Archives des missions scientifiques et littéraires. Choix de rapports et instructions publiés sous les auspices du Ministère de l’Instruction publique, des Cultes et des Beaux-arts, 1879, p. 33-48.
Cournault, Charles, « Une œuvre de l’enlumineur François Oudet, de Metz », Journal de la Société d’archéologie et du Comité du Musée lorrain, 1880, 29e année, p. 101-108.
Cournault, Charles, « Rapport sur une mission en Suisse », Archives des missions scientifiques et littéraires. Choix de rapports et instructions publiés sous les auspices du Ministère de l’Instruction publique, des Cultes et des Beaux-arts, 1882, p. 287-298.
Cournault, Charles, « Instruments d’agriculture d’époque gauloise », Journal de la Société d’archéologie et du Comité du Musée lorrain, 1890, 39e année, p. 291-291.
Cournault, Charles, Jean Lamour, serrurier du roi Stanislas à Nancy, Librairie de l'art, J. Rouam éditeur Paris, 1886.
Cournault, Charles, Ligier Richier, statuaire lorrain du XVIe siècle, Librairie de l'art, J. Rouam éditeur Paris, 1887.
Dagorne, Richard, « Monsieur le Conservateur Cournault », Le Pays Lorrain, 97, 2016, p. 7-12.
Demarolle, Jeanne-Marie, « L’aquarelle au service des Antiquités : l’album archéologique de Charles Cournault », Académie nationale de Metz, 1993, p. 83-98.
Demarolle, Jeanne-Marie, « Charles Cournault et l’archéologie lorraine », Le Pays Lorrain, 97, 2016, p. 13-20.
Durrieu, P., « Séance du 4 janvier 1905 : discours d’ouverture », Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 1905, p. 85-86.
Johnson, Lee, « La collection Charles Cournault », Bulletin de la Société pour l'histoire de l'art français 1978, p. 249-262.
Hecre Emmanuel, « Charles Cournault et les sociétés savantes de son temps », Le Pays Lorrain, 97, 2016, p. 21-28.
Meixmoron de Dombasle, Charles, « Charles Cournault », Mémoires de l'Académie de Stanislas, 1904, p. 219-240.
Olivier, Laurent, « Charles Cournault et les Antiquités nationales (1867-1900) », Le Pays Lorrain, 97, 2016, p. 29-38.
Péché, Valérie (dir.), L’objet archéologique. Aquarelles de Charles Cournault 1815-1904, [catalogue d’exposition], Musées de la Meuse, Commercy, 1999.
Quintard, Léopold, « Charles Cournault (1815-1904) », Bulletin mensuel de la Société d’archéologie lorraine et du Musée historique lorrain, 1904, p. 46-48.

Sites internet :
Aux sources de l’archéologie nationale, la Commission topographique des Gaules [en ligne] : http://archeologie.culture.fr/sources-archeologie/fr (consulté le 29/01/2019)
Annuaire prosopographique du CTHS : COURNAULT Charles (1815-1904) [en ligne] : http://cths.fr/an/savant.php?id=1165 (consulté le 29/01/2019)

Zone des notes

Note

Saint-Germain-en-Laye, Musée d’Archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye, Centre des archives :
Collection Manuscrits, Boîte 17 : Notes sur les noms de potiers (inv. Bibliothèque 28239).
Collection Epigraphie, 2018002/C/079-2018002/C/080 : estampages de Charles Cournault réalisés au musée de Dijon.
Collection Epigraphie, 2018002/C/271, 2018002/C/277 à 285 : estampages de Charles Cournault réalisés au musée de Langres.
Collection Epigraphie, 2018002/C/286, 2018002/C/296 : estampages de Charles Cournault réalisés au musée historique lorrain à Nancy.

Note

Paris, Bibliothèque nationale de France
GB-82(KA)-FT5 : musées de Constance, de Genève, de Lausanne, de Lucerne, de Munich, de Neuchâtel, de Salzbourg, de Sigmaringen, de Stuttgart, de Vienne, de Zurich et diverses collections particulières (grand format).
GB-82(K)-FT5 : musées et collections d’Augsbourg, de Bâle, de Berlin, de Berne, de Bienne, de Zurich, de Budapest, de Colmar (grand format).
Gb-82c-Fol : musées de Berne et de Bienne
Gb-82d-Fol : musée de Zurich (objets des stations lacustres)
Gb-82e-Fol : musée de Zurich (antiquités provenant des tumuli)
Gb-82f-Fol : musée de Zurich (antiquités provenant de diverses fouilles)
Gb-82g-Fol : musées de Bâle, Coire, Fribourg, Genève, Lausanne, Schaffouse et Zug
Gb-82h-Fol : diverses collections particulières de Suisse
Gb-82i-Fol : musées de Sigmaringen, Stuttgart, Vienne
Gb-82j-Fol : musées d'Augsbourg, Berlin, Budapest, Colmar, Londres, Munich, Nuremberg, Ratisbonne.

Note

Nancy, Bibliothèque-médiathèque
MS 1181, Cournault, Charles, Recherches sur la Lorraine à l’époque préhistorique.

Note

Paris, Archives nationales :
Archives des musées nationaux, Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, 20144782/1 : Nomination de membres correspondants de la commission consultative (1867)
Archives des musées nationaux, Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, 20144782/3 : Proposition de documentation sur les antiquités gallo-romaines par Cournault (1862)
Archives des musées nationaux, Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, 20144782/13 : Dessins des objets archéologiques à l’exposition de Bonn (1868)
Archives des musées nationaux, Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, 20144782/15 : Exécutions de dessins dans les musées de Suisse (1880-1881)
Archives des musées nationaux, Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, 20144782/39 : Possibilité de fournir des documents pour les archives archéologiques relatives aux antiquités de la Gaule dans le cadre de la formation d’un musée à Saint-Germain (1862)
Instruction publique, F/17/2847 : Dossier CTHS de Charles Cournault (1867-1903)
Instruction publique, F/17/2951 : Mission en Suisse et en Allemagne (22 mars 1875 – 19 janvier 1880).
Beaux-arts, F/21/4435 : Dossier des personnels chargés de mission, Charles Cournault (1880-1881)

Note

Nancy, Archives départementales de la Meurthe-et-Moselle
52 J 19, Correspondance active Charles Cournault à Alexandre de Metz-Noblat et Henri Buquet.

Note

Nancy, Archives municipales
3 Z 1-19, Fonds Charles Cournault.

Note

Nancy, Musée historique lorrain
Correspondance Charles Cournault.

Note

Sampigny, Département de la Meuse, Conservation départementale des musées de la Meuse
Correspondance passive Charles Cournault. Planches de dessins de Charles Cournault.

Note

Toulouse, Archives municipales de Toulouse, dépôt du Muséum d’Histoire naturelle de Toulouse
Fonds Émile Carthaillac, 92Z-196/1 : lettre manuscrite de Charles Cournault (1897).

Identifiant(s) alternatif(s)

Mots-clés

Mots-clés - Sujets

Mots-clés - Lieux

Mots-clés - Noms

Mots-clés - Genre

Zone du contrôle de la description

Identifiant de la description

Identifiant du service d'archives

Règles et/ou conventions utilisées

ISAD-G

Statut

Finale

Niveau de détail

Complet

Dates de production, de révision, de suppression

Mai 2019

Langue(s)

  • français

Écriture(s)

Sources

Note de l'archiviste

Soline Morinière

Zone des entrées

Sujets associés

Personnes et organismes associés

Genres associés

Lieux associés